En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Medef : Parisot hésite à se lancer pour un troisième mandat


le 15 janvier 2013 à 08h53 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 10h07.
Temps de lecture
3min
Laurence Parisot, présidente du Medef

Laurence Parisot, présidente du Medef/image d'archives / Crédits : LCI

A lire aussi
SocialLa "patronne des patrons" retarde l'annonce de sa décision sur une éventuelle nouvelle candidature à la présidence du Medef. Son choix pourrait dépendre de la décision du comité statutaire de l'organisation patronale sur une réforme de ses statuts.

Laurence Parisot a confirmé mardi avoir demandé d'examiner la possibilité de changer les statuts du Medef, ce qui lui permettrait éventuellement de conserver la présidence de l'organisation patronale. Le mandat de la "patronne des patrons", son deuxième à la tête du Medef, s'achève en juillet et des candidats commencent à se déclarer, à l'image de Pierre Gattaz lundi. 

"Ces statuts sont bancals, c'est une évidence, puisqu'ils prévoient la possibilité de faire deux mandats mais le premier dure cinq ans et le deuxième dure trois ans ; il y a quelque chose de profondément inégalitaire", a dit Laurence Parisot sur France Info. "J'ai donc demandé au comité statutaire d'examiner cette question. Le comité statutaire de notre mouvement fera des recommandations, et à partir de ce moment-là, le conseil exécutif décidera, et je prendrai ma décision."

"On ne change pas les règles du jeu"

Priée de dire si elle souhaitait conserver son poste, Laurence Parisot a répondu : "Il y a quelques mois, deux mois environ, plusieurs chefs d'entreprise, des présidents de fédérations professionnelles, des présidents de Medef territoriaux, quelques dirigeants de très grandes entreprises m'ont demandé de considérer la possibilité de rester plus longtemps à la tête du Medef compte tenu des turbulences économiques. J'avoue, et tout le monde le sait très bien, que j'ai aimé ce que j'ai fait, mais c'est quelque chose qui mérite réflexion".

Elue en 2005 pour un premier mandat de cinq ans puis reconduite en 2010 pour une durée de trois ans, conforme aux statuts actuels de l'organisation, Laurence Parisot doit quitter son poste en juillet. La vice-présidente de l'institut de sondages Ifop suggère de prolonger à cinq ans la durée du second mandat et/ou de lever la limitation du nombre de mandats.

Mais plusieurs responsables se sont élevés contre ce qu'ils semblent considérer comme un coup de force. "On ne change pas les règles du jeu cinq mois avant une élection", a prévenu le président du Groupe des fédérations industrielles (GFI), Pierre Gattaz, qui s'est déclaré candidat. Un autre candidat déjà déclaré, l'ex-médiateur de la sous-traitance, Jean-Claude Volot, a dénoncé une démarche de Laurence Parisot "des plus curieuses".

Commenter cet article

  • bobotte71 : Unvoisin13 : maso ou patron???

    Le 08/02/2013 à 07h58
  • unvoisin13 : Comme les travailleurs de comprendre que le marché du travail va se libéraliser qu'ils le veuillent ou non! Sachant que les décisions patronales ne soufflent aucune frontière dans un monde globalisé! Ceci dit,vous avez raison, il est temps pour le MEDEF de se renouveler, Mme Parisot étant encore trop tendre pour imposer la réalité du 21ème siècle.

    Le 16/01/2013 à 13h30
  • grinchette : Mais qu'elle arrête, nous sommes nombreux à ne plus pouvoir la supporter ! Elle a fait assez de dégâts comme ça du côté des travailleurs.

    Le 15/01/2013 à 13h06
  • jghttc1 : Mme Parisot hésite à se représenter parce que, peut être, elle ne fait plus l'unanimité au sein de ce mouvement..De toute façon son temps est révolu dans le monde des entreprises, malgrés son pseudo-succés dans les accords sur l'emplois; le temps est venu pour le MEDEF d'évoluer et ... de se renouveler.

    Le 15/01/2013 à 13h04
  • baron_von_bubba : C'est sur que les grands patrons veulent la garder avec sa victoire totale dans les accords sur l'emplois ou elle fait un 4 / 0, avec baisse possible des salaires, augmentations ou réductions arbitraires du temps de travail, licenciment facilité ... et rien pour les autres.

    Le 15/01/2013 à 10h52
      Nous suivre :
      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      logAudience