ARCHIVES

Négociation sur l'emploi : un accord in extremis


le 11 janvier 2013 à 22h35 , mis à jour le 11 janvier 2013 à 23h00.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
SocialAprès une dernière entrevue vendredi soir, syndicats et patronat se sont mis d'accord pour signer sous quelques jours une version amendée d'un projet d'accord sur la sécurisation de l'emploi. Accord qui sera repris en Conseil des ministres en mars.

Après trois mois de discussions, ils ont fini par déboucher sur un accord alliant une plus grande sécurité pour les salariés et flexibilité pour les entreprises, alors que le pays compte plus de 3 millions de chômeurs sans aucune activité. La négociation sur la sécurisation de l'emploi a abouti vendredi soir tard à un projet d'accord, qui devra encore recevoir l'approbation formelle des organisations dans les prochains jours, aont indiqué le Medef et la CFTC. L'objet de la négociation était de chercher les moyens de fluidifier le marché du travail en conciliant une plus grande flexibilité pour les entreprises et plus de protection pour les salariés.

"Ce soir, les partenaires sociaux ont placé la France en haut des standards européens en matière de marché du travail et de relations sociales. L'accord auquel ils sont parvenus est en effet tout sauf un accord a minima", indique le Medef dans un communiqué. De sources syndicales, on a appris que les délégations de trois des cinq syndicats de salariés représentatifs -la CFDT, la CFTC et CFE-CGC- devraient recommander à leurs instances dirigeantes, qui se réuniront la semaine prochaine, la signature du texte adopté, ce qui suffira à lui donner le caractère d'un accord. La CGT et FO ont confirmé leur intention de ne pas le signer, dénonçant un texte qui ouvre selon elles la voix à une déréglementation du marché du travail en France.

Aussitôt cette annonce faite, une source gouvernementale a annoncé que le projet de loi reprenant cet accord serait examiné en Conseil des ministres le 6 ou 13 mars, après avoir été soumis au Conseil d'Etat début février. Il sera ensuite examiné en urgence à l'Assemblée nationale en avril, au Sénat en mai pour une promulgation du texte fin mai. Selon cette source gouvernementale, le projet de loi permettra, au moment de la reprise économique, de lui donner un "effet amplificateur".

Commenter cet article

  • claudecouldouce : Rien, mais on se rapproche un peu des autres.

    Le 12/01/2013 à 17h15
  • anpe029 : N'importe quoi !!!

    Le 12/01/2013 à 16h43
  • anpe029 : Le Medef a obtenu l'aval de 3 syndicats pour pratiquer un chantage : accepter de baisser le salaire et de moduler le temps de travail contre une éventuelle promesse de ne pas licencier...

    Le 12/01/2013 à 16h30
  • nebuleuse57 : En France on marche à contre courant,avec des syndicats irresponsables qui ne survivent que gràce à la "générositée" des contribuables avec moins de 8% d'adhérents.!!

    Le 12/01/2013 à 08h01
  • inf3 : Et encore ce n'est pas l'unanimité ; donc on ne peut pas parler d'une réussite totale.

    Le 12/01/2013 à 07h22
      Nous suivre :

      Quand on croise un zèbre et un âne, ça donne...

      logAudience