En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

PSA : des suppressions site par site


le 13 juillet 2012 à 11h45 , mis à jour le 13 juillet 2012 à 13h22.
Temps de lecture
3min
Site de Rennes de PSA.

Site de Rennes de PSA. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
SocialComment le constructeur entend-il mettre en oeuvre ses suppressions de postes, qu'il veut "sans licenciements secs" ? Ce vendredi, la direction précise site par site son plan social.

Des comités d'entreprise sont prévus vendredi dans la matinée sur chaque site du groupe - et notamment ceux d'Aulnay et de Rennes, qui s'annoncent comme les plus touchés. Au lendemain du séisme provoqué par l'annonce par PSA du plan social, la direction doit préciser aujourd'hui site par site ses projets qui prévoient la fin de la production à Aulnay et la suppression de 8000 postes en France.

Aulnay-sous-Bois (Seine-saint-Denis) : Le site, qui emploie 3.000 salariés et 300 intérimaires, doit fermer en 2014. 1.500 salariés seront reclassés en interne, à l'usine de Poissy, qui doit récupérer l'ensemble de la production de la Citroën C3, jusque là partagée avec Aulnay. Les autres 1.500 salariés seront reclassés dans le bassin d'emploi adjacent. La fin de la production à Aulnay est la première fermeture d'une usine automobile en France depuis celle de Renault à Boulogne-Billancourt en 1992.

Rennes (Ille-et-Vilaine) : Le groupe doit y supprimer 1.400 postes sur les 5.600 que compte le site. Selon le syndicat Force Ouvrière (FO) du site rennais, 1.219 emplois seraient supprimés dans la fabrication de véhicules et 181 dans le département recherche et développement, avec un appel aux départs volontaires jusqu'en juin 2013, suivi de départs contraints, un calendrier confirmé par la direction.

Poissy (Yvelines) : PSA envisage de supprimer 702 postes sur ce site (446 ouvriers, 189 agents de maîtrise et 67 cadres), via un plan de départs volontaires, selon la direction et des sources syndicales. Un CE est prévu le 26 juillet pour discuter de ce plan. Le site yvelinois "mettra tout en oeuvre pour accueillir les salariés d'Aulnay qui en feraient la demande", a ajouté une porte-parole de la direction.

Sochaux (Doubs) : Une suppression de 579 emplois basée sur des départs volontaires est prévue sur ce site historique de Peugeot, a indiqué jeudi la CGT. Selon le syndicat, qui s'appuie sur des documents fournis par la direction, 369 postes seront supprimés dans le secteur de la Recherche et Développement (R&D), 200 postes dans le secteur de la production et dix autres dans des services divers. Au total, 12.050 salariés y travaillent, dont 3.700 en R&D. Par ailleurs, environ 700 des 1.600 intérimaires du site ne devraient pas être reconduits.

Mulhouse (Haut-Rhin) : Ce site, où travaillent près de 8.300 salariés et 800 intérimaires, sera touché par un plan de 273 départs volontaires, qui ne concernera pas le secteur de la production, a indiqué la CFDT à l'issue d'une réunion sur place d'un CE extraordinaire. "Ce plan concerne les emplois de structures, dans les services de recherche-développement ou administratifs, par exemple", a détaillé un syndicaliste.

En Moselle, les deux sites de PSA devraient pour leur part voir disparaître 94 emplois (52 à Trémery, 42 à Metz-Borny) sur la base de départs volontaires, essentiellement sur les effectifs de structure (recherche et développement, encadrement), selon des sources syndicales.

Commenter cet article

  • mll25 : Et ça ne fais que commencer!!!!!!!!!!!!!!!

    Le 13/07/2012 à 16h13
  • __camille__ : Belle victoire de la CGT grâce aux actions qu'elle à menées ces dernières années, en particulier à Aulnay sous Bois. Encore bravo...!

    Le 13/07/2012 à 13h35
  • edt992 : Pour Poissy, c'est 702 + 192. Il y a aussi Vélizy 684, Grande arme 317, La garenne 227...

    Le 13/07/2012 à 12h52
      Nous suivre :
      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      logAudience