En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le gouvernement prône le dialogue après avoir rencontré le patron de PSA


le 18 juillet 2012 à 21h46 , mis à jour le 18 juillet 2012 à 22h57.
Temps de lecture
2min
Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, en septembre 2011.

Le président du directoire de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, en septembre 2011. / Crédits : Lemouton Stephane/ABACA

À lire aussi
SocialLe ministre du redressement productif a déclaré avoir échangé des "explications mutuelles" avec le numéro 1 du constructeur automobile tout en critiquant vivement la stratégie du groupe.

Entre le gouvernement et PSA, l'heure est au face à face.  Après avoir reçu Philippe Varin, le président du directoire du constructeur automobile, Arnaud Montebourg a souligné qu"un dialogue était amené à se poursuivre".

Pourtant, le matin même, le ministre critiquait la stratégie du groupe, l'alliance avec general Motors, le comportement de l'actionnaire principal.  "Je veux savoir ce qu'il veut faire" dans ce groupe qui est un "symbole national", a-t-il affirmé."Où va PSA ? Où veulent-ils nous emmener ? Je vous rappelle qu'il y a trois ans, en 2009, 1.700 salariés à Rennes ont déjà perdu leur emploi. Si c'est pour recommencer dans trois ans, nous dirons non", a déclaré le ministre qui n'a pas une "confiance extraordinaire" en la direction. Il a par ailleurs averti que les mesures d'aides prévues ne seraient pas sans contrepartie.

La famille Peugeot a  répliqué en déclarant dans un communiqué qu 'elle avait "toujours donné la priorité au développement du groupe et à sa stratégie,
n'hésitant pas à diluer sa participation quand la situation le requérait". Une source ministérielle a indiqué que Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance de PSA, serait reçu à son tour à Bercy le 26 juillet.

 


 

Commenter cet article

  • fulub35 : Vous avez parfaitement raison. Il essaie de sauver les apparences... Il doit être déçu du programme gouvernental qui est servi au menu des français tous les jours. Il commence à se rendre compte que Montebourg ne peut rien contre le directoire Peugeot...Que lui reste-t-il ? Critiquer les avis des personnes qui n'ont pas les mêmes que lui...

    Le 20/07/2012 à 12h41
  • romain-jean : Toujours jaloux en France.personne ne vous empêche de monter une entreprise !!!!!!

    Le 20/07/2012 à 12h31
  • marcellegand : Chut! ça les agace... il en prennent déjà assez pour leur compte...

    Le 20/07/2012 à 10h19
  • mcg35 : @lesvignes38 - Fort bien ... Mais avec des arguments comme les vôtres, tous les investisseurs potentiels et toutes les grosses fortunes qui font aussi vivre l'Economie du pays, et bien, ils vont déserter!!! ... Rendez-vous dans quelques mois ... OUI, c'est une évidence, le coût du travail en France est trop élevé et non-compétitif par rapport à beaucoup de nos concurrents. C'est désagréable à entendre, mais c'est la réalité.

    Le 19/07/2012 à 15h33
  • kosotto1 : "obtenue après multes saccrifices et litres de sueures" : on est en plein mélodrame là ! mesdames et messieurs sortez vos mouchoirs !

    Le 19/07/2012 à 15h15
      Nous suivre :
      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      Le canard géant jaune parade dans le port de Los Angeles

      logAudience