En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

RATP : une prime pour les remplaçants des grévistes ?

Amélie Gautier par
le 02 septembre 2011 à 11h29 , mis à jour le 02 septembre 2011 à 20h49.
Temps de lecture
3min
TF1-LCI

Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
SocialD'après certains de ses syndicats, l'entreprise ferroviaire envisagerait d'octroyer 100 euros par mois aux cadres aux commandes des RER et métros les jours de grève.

Les jours de grève à la RATP, les machinistes sont parfois remplacés par des cadres pour assurer la conduite de trains et permettre ainsi aux usagers de se déplacer. Des hommes évidemment formés à la conduite des métros et RER. Selon plusieurs syndicats, la direction de la RATP envisagerait d'octroyer une prime à ces "conducteurs d'un jour". 150 personnes seraient concernées. Son montant ? 100 euros par mois.

Une prime pour les remplaçants des grévistes ? Ce qui n'est encore qu'au stade de "projet" fait bondir les syndicats. "Cette prime est aussi illégale qu'indécente", estime Pascal Lepetit de Sud-RATP joint par TF1 News. C'est une mesure discriminatoire car il s'agit de remplacer un gréviste qui va perdre de l'argent - oui quand on fait grève, nous ne sommes pas payés - par un cadre volontaire qui lui va gagner de l'argent !". "Il n'y a pas d'argent pour nos salaires mais il y en a pour remettre en cause le droit de grève", fustige également Jacques Eliez, secrétaire général de la CGT-RATP.

"Les agents d'encadrement sont sollicités dans le respect du code du travail", est-il noté dans le projet que TF1 News s'est procuré. Il ne s'agirait, selon la RATP, que de reconnaître financièrement l'effort fait par 150 agents pour se mettre à niveau régulièrement afin d'être en mesure de conduire des métros. Car ces agents passés à l'encadrement ne conduisent plus. "LA RATP étudie actuellement la possibilité d'officialiser cette pratique utile à la cohésion sociale et à la bonne compréhension des règles complexes de l'exploitation ferroviaire. Ce maintien de l'aptitude à la conduite serait reconnu sous la forme d'une prime fixe. Pour en bénéficier, 150 agents d'encadrement devront tous les 6 mois démontrer leur qualification", précise la note de la RATP.

Commenter cet article

  • onkr63 : Les syndicats hurlent car cela les empêche de bloquer les français qui eux n'ont rien demandés bien souvent et de les prendre en otage pour leurs intérets propres!!! La gréve oui, manifester oui, mais bloquer, nuire sérieusement à l'économie générale (bloques les routes etc.) NON!! Dix pour cent de grévistes et qui interdisent aux autres d'aller bosser. Représentation des syndicats en chiffre au sein des entreprises? Moins de 20%!!! Qui cotisent? Encore moins !!! Donc une minorité agissante, organisée, payée par les entreprises par obligation, arrêtons cette hypocrisie et revenons aux bases! Si on veut ont peut travailler et être payé, si onne veut pas pour fair egréve choix libre mais qui n'a pas à s'imposer aux autres!!

    Le 03/09/2011 à 22h53
  • politincorrect : @ aciery : quand on dénonce un système, on ne cherche pas à l'intégrer, ce serait le cautionner !

    Le 03/09/2011 à 00h47
  • bretsinkler : Pour toi le berceau a dû tomber du quai.

    Le 02/09/2011 à 23h38
  • kosotto1 : Docdent : je suis pas sûr de cela !

    Le 02/09/2011 à 23h34
  • machete12 : Quel débat houleux que celui de la grève... N'est-ce-pas ? Mais un autre, derrière celui-ci, bien plus vieux et en principe, mieux acquit : le DROIT à la grève... Qu'importe où l'on travaille, le droit de grève est une reconnaissance pour les salariés, qui sont aussi humains et peuvent (normalement) revendiquer ce qui serait le mieux pour chacun d'eux, d'où désaccords et syndicats... En tant qu'usager, on est dépendant d'un système, et notre boss risque de ne pas apprécier nos retards répétitifs et nos bis repetita, excuses sur les retards et grèves en tout genre. Mais, ces gens là, qui nous desservent... eux aussi travaillent et ne sont pas que des machines. Si l'on paie leur collègue en prime en cas de grève, la conséquence évidente sera de faire taire les autres qui souhaitent être grévistes. Cela s'appelle 'acheter le silence'. Puis entre nous, si les grands boss ont de l'argent pour payer plus les grévistes, c'est qu'ils en ont aussi pour payer mieux les bons bosseurs... C'est juste, qu'ils préfèrent économiser sur du long terme... Et voilà où cela nous conduit ! Je n'approuve ni les méthodes scandaleuses de l'Etat, qui vise à sanctionner et à différencier les salariés d'une même entrprise entre eux, en faisant taire ceux qui accepteront de l'argent, car ils en auront besoin. ... Ni je n'approuve les grèves surprises et répétées, sans un service minimum, avec réquisitions tournantes, comme le font les médecins par exemple... Et ni je n'approuve le comportement de certains, qui à travers leurs commentaires, laissent d'ores et déjà présager une guerre entre salariés en tout genre. Vous n'avez pas compris encore ? Le but de nos dirigeants, est bien de nous diviser pour mieux régner. Une règle inébranlable, sauf si vous souhaitez que les choses changent...

    Le 02/09/2011 à 23h24
      Nous suivre :
      Un koala est ramené à la vie... grâce à du bouche-à-bouche

      Un koala est ramené à la vie... grâce à du bouche-à-bouche

      logAudience