En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Plan social chez PSA : pas de "licenciements secs"


le 12 juillet 2012 à 21h46 , mis à jour le 12 juillet 2012 à 22h59.
Temps de lecture
3min
Le patron de PSA : il n'y aura pas de "licenciements secs"

Après l'annonce de suppressions de poste massives chez PSA, Philippe Varin, le président du directoire du groupe était l'invité du 20H de TF1 jeudi. "Une solution d'emploi sera proposée à chaque salarié", a-t-il notamment assuré. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SocialInvité du 20H de TF1 jeudi, le patron du groupe PSA Philippe Varin a assuré qu'une "solution d'emploi sera proposée à chaque salarié" alors que le constructeur automobile a annoncé la suppression de 8.000 postes.

"Non, il n'y aura pas de licenciements secs, nous proposerons une solution à chaque salarié". Le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën, qui a annoncé jeudi la suppression de 8.000 postes, ne procédera pas à des "licenciements secs", a déclaré le patron du groupe Philippe Varin invité du journal télévisé de TF1. Le dirigeant a déclaré comprendre l'émotion suscitée par cette annonce. Il s'agit de "décisions très lourdes, très douloureuses à prendre" mais "il fallait les prendre", a ajouté celui qui est à la tête de PSA depuis juin 2009.
 
Le constructeur ne sollicite pas d'aide financière de lEtat. Au cours de l'entretien, le patron du groupe automobile a une nouvelle fois rejeté l'idée d'un prêt ou d'une entrée de l'Etat au capital. "Ce qui est en jeu, ce n'est pas de mettre plus d'argent dans PSA, c'est d'assurer un avenir à nos usines", a souligné le dirigeant. Je suis convaincu que le plan que nous mettons en œuvre est vital pour l'avenir du groupe et je suis déterminé à le mener à bien", a ajouté Philippe Varin, avant d'indiquer qu'il avait le soutien de la famille Peugeot.
 
Objectif : endiguer ses pertes. PSA Peugeot Citroën prévoit de supprimer 8.000 emplois supplémentaires sur ses sites français et de fermer en 2014 son usine d'assemblage d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour endiguer ses pertes sur fond de dégradation du marché européen. (Lire : "Aulnay fermé en 2014, 8.000 emplois supprimés en France").
 
Montebourg juge insuffisantes les "justifications" avancées par PSA. Invité de France 2, Arnaud Montebourg, qui a qualifié ce plan de "tremblement de terre pour l'économie française", a également déclaré qu'il réunirait bientôt les syndicats du groupe pour examiner avec eux "toutes les alternatives possibles". (Voir son interview : Montebourg appelle PSA à son "devoir" envers la "nation France"). "Le gouvernement veut la vérité", a-t-il dit. "Pourquoi y a-t-il eu quatre milliard (d'euros) d'aides il y a quelques années sous forme de prêts, plus les bonus malus, les crédits impôt-recherche, le chômage partiel, la prime à la casse, la baisse de la taxe professionnelle ? Comment a-t-on pu en arriver là ?"
 
Symbole des difficultés de l'industrie française, choc pour l'opinion, cette annonce jeudi des suppressions d'emplois est le premier grand test social pour l'exécutif socialiste, qui a fait du redressement productif une priorité. Le président François Hollande a fait part de son "extrême préoccupation" tandis que des réactions de colère accueillaient la nouvelle de la restructuration du groupe automobile. (Voir : le coup de massue chez PSA)
 
De vives réactions chez les syndicats et les politiques ont fusé. La CGT a dénoncé une "injustice", l'UMP a réclamé des mesures pour la compétitivité des entreprises, le Parti communiste une loi contre les licenciements abusifs, et les Verts ont déploré l'inertie de l'Etat depuis des années.

Commenter cet article

  • ninarch1 : @zen1494, les syndicats ne pensent qu'à eux, leurs emploi sont protégés eux ils seront reclassés et ne vous en faites pas pour les syndicats ils sauront négocier leurs primes de départ au détriment des autres salariés.

    Le 14/07/2012 à 02h27
  • mcg35 : @kosotto1(13h27) - Mail précédent parti sans le vouloir ... Oups ... A oublier, et à reprendre ... Je réfute le reproche de "malhonnêteté intellectuelle" ... Vous avez raison quand vous écrivez que la Droite a eu tous les pouvoirs pendant 10 ans ... Vrai!!! ... MAIS ... Car il y a un MAIS ... Si Monsieur Sarkozy et le Gouvernement avaient osé ce qui était déjà indispensable ..., je n'imagine pas les manifestations de mécontentement dans les rues, et autres grèves ... Les syndicats et associations (de gauche, le plus souvent) sont plus disposés à accepter des mesures impopulaires d'un Gouvernement de Gauche que d'un Gouvernement de Droite, c'est un fait ... Donc beaucoup de réformes ont été bloquées pour cette raison. Désormais, nous sommes le dos au mur ... Il devient URGENT d'agir ... Comme d'habitude, en France, en dernière minute. Donc, il faut espérer que cette situation gravissime servira au moins à faire avancer la France dans le bon sens (Monsieur Ayrault semble s'y diriger ...) ... Du social, oui, bien sûr ... MAIS avec raison, selon les possibilités en temps de crise ... Et pourquoi pas, comme je l'écris dans un autre post, mettre en place un sorte de "cogestion à la Française"??? Cela exige des changements de mentalité, dans tous les camps, j'en suis consciente, mais cela serait le nouveau départ d'une "France forte".

    Le 13/07/2012 à 14h44
  • mcg35 : @kosotto1(13h27) - Non, je réfute le reproche de "malhonnêteté intellectuelle ... Je vous approuve quand vous dites que la Droite a eu tous les pouvoirs pendant 10 ans ... Vrai!!! ... MAIS, car il y a un MAIS ... Si l

    Le 13/07/2012 à 14h28
  • kosotto1 : MCG35 : la droite ayant eu tous les pouvoirs durant 10 ans, il faut être intellectuellement très malhonnête pour dire que c'est la gauche qui l'a empêchée d'agir.

    Le 13/07/2012 à 13h27
  • ancien-nicois : Erreur Trouver: Le gouvernement de Mr Hollande!

    Le 13/07/2012 à 11h25
      Nous suivre :
      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      logAudience