En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le coût du travail (dans l'industrie) n'est pas plus faible en Allemagne

par
le 22 février 2012 à 05h45 , mis à jour le 22 février 2012 à 10h07.
Temps de lecture
4min
Un employé dans un centre de distribution en France

Un employé dans un centre de distribution en France / Crédits : ABACAPress

À lire aussi
SocialUne heure de travail dans l'industrie coûte plus cher en Allemagne qu'en France explique l'Insee. Or, le coût du travail est l'argument premier à la mise en place de la TVA sociale en France.

Baisser le coût du travail - et faire contribuer la consommation, par une hausse de la TVA -, tel est l'objectif de la TVA sociale. En ligne de mire : les cotisations sociales, notamment la part à destination de la branche familiale de la sécurité sociale, payées par l'employeur en plus du salaire brut. Fruit du hasard (?), alors que la TVA sociale vient d'être votée, mardi, à l'Assemblée Nationale, l'Insee publie mercredi deux études sur l'évolution des salaires et de l'emploi et les déterminants du coût du travail en France. Et offre une petite comparaison européenne.

Résultat : alors que l'Allemagne et son industrie sont dépeintes comme un modèle pour la France, le coût horaire de la main d'œuvre y est équivalent à celui de la France dans ce secteur. Une heure de travail valait effectivement 33,16 euros en France contre 33,37 euros en Allemagne. Mais dans certains secteurs manufacturiers, le coût horaire allemand reste un des plus élevés d'Europe note l'Insee. Cela est notamment le cas dans l'industrie automobile où il est de 43,14 euros en Allemagne contre 33,38 euros en France. Dans les services marchands en revanche, l'Allemagne garde son avantage, avec un coût horaire de 26,81 euros, contre 32,08 euros en France.

Mais en Europe, ajoute l'Insee, "à moyen terme le taux de cotisation sociales employeurs n'est pas un déterminant du coût horaire". Car la part de ceux-ci varient énormément d'un pays à un autre, sans pour autant agir sur le coût du travail : le montant du salaire brut y est plus élevé parce que les salariés cotisent en payant plus d'impôts sur le revenu par exemple.

L'industrie versus l'hébergement-restauration

En France, le coût horaire d'un salarié varie selon le secteur d'activité. Il est le plus élevé dans les activités financières et d'assurance (49,01 euros), dans la production et distribution de gaz et d'électricité (46,09 euros) et dans l'information et la communication (43,79 euros). Dans l'industrie, elle tourne autour de 33,12 euros par heure. L'hébergement-restauration gagne la palme du secteur où le coût horaire de la main d'œuvre est la plus faible, avec 21,11 euros. Et pour cause, ce secteur employant du personnel peu qualifié bénéficie d'allègement de cotisations sociales sur les bas salaires (inférieur à 1,6 Smic).

En moyenne, le coût horaire du travail est composé à 67,3% par la rémunération des salariés et à 28,3% des cotisations sociales. Le reste est composé des frais de formation professionnelle et d'impôts sur les salaires notamment. Or, dans l'industrie, ce partage est de 66,84% pour le salaire brut et à 29,62% pour les cotisations sociales. Dans l'hébergement-restauration, il est de 71,92% pour le salaire brut et de 25,03% pour les cotisations sociales. Dans ce secteur, les employeurs perçoivent beaucoup plus de subventions pour l'embauche de salariés que dans les autres secteurs (1% du coût horaire, contre 0,1% en moyenne).

Aujourd'hui, le débat se déplace sur l'industrie, avec le "made in France" portée par François Bayrou, ou le sauvetage d'usines en liquidation judiciaire de Nicolas Sarkozy. L'objectif de la mise en place de la TVA sociale, qui doit porter sur les salaires situés entre 1,6 et 2,4 Smic, est de cibler les salaires moyens. "Elle permet de concentrer les effets sur les emplois industriels et agricoles", explique le texte de loi. Or, selon Gilles Carrez, le rapporteur du Budget (UMP) à l'Assemblée nationale, "l'industrie en bénéficiera relativement peu".

Commenter cet article

  • titizom : Mcg35: c'est sur quand on voit vos horaires de postage et les leurs...on ne peut pas dire qu'il sont dans leur boulot a 100 % en journée.

    Le 23/02/2012 à 06h49
  • mcg35 : @dur6200 - " ... la vie moins chère en Allemagne ... " ??? Je connais bien l'Allemagne, et ne partage pas entièrement votre point de vue: alimentation, carburants, électricité, mutuelles de santé, logement dans certaines villes (Hambourg, Munich) ...

    Le 23/02/2012 à 00h41
  • mcg35 : @regis89 - Aux multiples réactions indignées à votre commentaire, je serais tenté de dire ... qu'il n'y a que la vérité qui blesse!!!

    Le 23/02/2012 à 00h38
  • vladkr : L'Allemagne a surtout "colonisé" l'Europe Centrale et de l'Est suite à la chute du rideau de fer, et ça rapporte. De plus, l'Allemagne s'est littéralement gavée en fournissant des armes pour la guerre en Yougoslavie. Une politique à l'Américaine qui a porté ses fruits.

    Le 22/02/2012 à 16h02
  • jghttc1 : De toutes évidence l'instauration d'une TVA Sociale n'aura aucune conséquence sur la délocalisation massive de notre industrie dans les pays du tiers monde où les salaires sont généralement X fois moindre (le coût de la vie également !), où il n'y a souvent, ni système de retraite, ni assurance maladie et où les droits syndicaux et de grêve sont parfois inexistants. Face à un tel dumping, la France ne sera jamais compétitive....Sauf en instaurant pour les salariés Français les mêmes conditions de rénumration et sociales ( demande mis en avant régulièrement par le MEDEF !)

    Le 22/02/2012 à 14h36
      Nous suivre :
      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      "La Prut", le plus beau fou rire de LCI : voici pourquoi le journaliste a enlevé son oreillette

      logAudience