En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Présidentielle 2002 : Lipietz, futur candidat des Verts ?

Edité par
le 20 juin 2001 à 14h32 , mis à jour le 20 juin 2001 à 18h09.
Temps de lecture
4min
Verts Mamère Lipietz

Crédits : INTERNE

A lire aussi
SociétéLes primaires du parti écologiste en vue de l'élection présidentielle connaissent leur épilogue aujourd'hui. Deux candidats s'affrontent : Noël Mamère et Alain Lipietz. Les premiers résultats donnent le second vainqueur.

C'est la blague que l'on raconte volontiers du côté des Verts. Le futur candidat des Verts à la présidentielle ? Ce sera forcément un quinquagénaire… moustachu. Mais là s'arrêtent les points communs entre Alain Lipietz  le théoricien, et Noël Mamère , le médiatique.

Donné largement vainqueur au début des primaires, où il avait fait le plein de soutiens, puis conforté par ses 42,78% de voix au premier tour (contre 25,65% pour Lipietz), le député-maire de Bègles avait depuis semblé marquer le pas. Son adversaire Alain Lipietz avait réuni des appuis de taille dont celui de René Dumont, figure emblématique des écologistes (décédé lundi), Denis Baupin et Maryse Arditi, porte-parole nationaux, ou Martine Billard, porte-parole de l'aile gauche du parti. Des appuis qui risquent bien de le faire passer devant Noël Mamère.

Le vote des guadeloupéens décisif

Selon le secrétaire national du parti Jean-Luc Bennahmias, Alain Lipietz arriverait légèrement en tête. A la mi-journée, il ne restait à connaître que les votes des militants de la Guadeloupe, qui n'étaient pas encore parvenus au siège des Verts. Tout peut être donc remis en cause par les 80 militants guadeloupéens. "Dans l'état actuel des choses, le candidat Vert est plutôt Alain Lipietz. Mais on ne peut pas le déclarer encore vainqueur", a déclaré M. Bennahmias.

Sur les 10.372 militants Verts, 6.494 se sont exprimés (64,9%). Alain Lipietz a obtenu 3.258 voix et le député-maire de Bègles Noël Mamère 3.183, soit un écart de 75 voix. Toutefois, les règles des Verts exigent que le candidat obtienne plus de 50% des votants, y compris les votes blancs. Ceux-ci ont été au nombre de 52, ce qui laisse une avance de 23 voix à M. Lipietz. "Le nombre de voix d'avance d'Alain Lipietz aujourd'hui, à l'heure qu'il est, n'est pas suffisant pour" atteindre "les 50,01%. Il peut faire 49,98%", a déclaré M. Bennahmias vers 12H15. M. Bennahmias a indiqué que le collège exécutif et le conseil statutaire des Verts allaient se réunir immédiatement pour décider "si on organise un troisième tour, si on considère qu'on prend seulement les résultats arrivés et pas ceux de la Guadeloupe".

Le secrétaire national des Verts a rappelé que, à de nombreuses reprises, les Verts n'avaient pas réussi à se départager lors de votes. Ainsi, lors du vote du conseil national sur le traité de Maastricht, en août 1992 à Saint-Nazaire, le "oui" et le "non" avaient réalisé 50% chacun. L'ambiance au siège des Verts était électrique, à la mi-journée, depuis le début du dépouillement à 10H00. Au premier tour de la primaire, Noël Mamère avait rassemblé 42,78% des voix et Alain Lipietz 25,65%. C'est la première fois que des primaires présidentielles sont organisées auprès des militants Verts depuis la création de l'organisation écologiste en 1984. Antoine Waechter en 1988 et Dominique Voynet en 1995 avaient été désignés lors d'une assemblée générale.

Accord secret ?

Paradoxalement, le salut de Mamère pourrait venir de Voynet, que l'on dit pourtant proche de… Lipietz. Explication : avec un secrétaire national (Dominique Voynet), un nouveau ministre de l'Environnement (Yves Cochet) et un candidat à la présidentielle (Alain Lipietz), les "voynétistes" seraient sur-représentés dans les postes de responsabilité. Une situation hégémonique qui pourrait créer des remous. Noël Mamère, qui n'hésite pas à parler de la réouverture des "vieilles blessures" en cas de défaite, aurait-il obtenu l'assurance de l'investiture verte pour 2002 ? Certains le prétendent.

En tout cas, ce scénario ôterait une belle épine du pied à la ministre de l'Environnement. En effet, dans le même temps, celle-ci devrait être logiquement élue samedi prochain à Créteil lors du Conseil national interrégional, "l'assemblée" des Verts. Une courte victoire de Noël Mamère lui laisserait le champ libre pour réorganiser le parti à sa guise.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      Il marque 4 paniers en 30 secondes et empoche… 10.000 dollars !

      logAudience