En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Décès : Georges de Caunes, "l'éternel partant"

Edité par avec
le 29 juin 2004 à 09h22
Temps de lecture
4min
de Caunes Georges journaliste (LCI)

Crédits : LCI

À lire aussi
SociétéCe pionnier de la télévision est décédé lundi à La Rochelle à l'âge de 85 ans. Grand reporter, présentateur du JT, il avait également dirigé le service des sports de TF1 de 1975 à 1979. Il était aussi monté sur les planches.

Journaliste, écrivain, explorateur, comédien, Georges de Caunes, était un pionnier de la télévision française, un journaliste touche-à-tout et peu conformiste. Il est décédé lundi à La Rochelle à l'âge de 85 ans d'une rupture d'anévrisme. Présentateur du Journal télévisé à partir de 1963, il avait été exclu en 1966 des "actualités télévisées", en raison de ses activités publicitaires, jugées alors non compatibles avec sa carte de presse.

Ce journaliste populaire, à la silhouette dégingandée, célèbre aussi pour avoir imposé sa chienne Eder sur les plateaux télévisés, était revenu en 1969 sur le petit écran et avait dirigé le service des sports de TF1 de 1975 à 1979. Ce gaulliste qui se définissait comme "contestataire, révolté et rebelle", s'était fait aimer du public par son panache, son goût de l'aventure et son irrespect envers les puissants. De Gaulle appréciait, semble-t-il, ses impertinences, tel cet enchaînement après un sujet sur les faits et gestes du président : "Et maintenant passons du général au particulier".

"Je cours"

Né le 26 avril 1919 à Toulouse (Haute-Garonne), fils d'un avocat, Georges de Caunes obtient une licence de droit. Davantage attiré par le reportage que par le barreau, il entre, au lendemain de la guerre, à la Radiodiffusion française, puis, en 1949, à la télévision. Il mènera dès lors une carrière atypique, restant rarement en poste plus de trois ans. "Je cours après tout ce qui vit. J'espère courir jusqu'à la fin de ma  vie", expliquait-il.

Reporter à "Paris-Match", il participe aux expéditions polaires de Paul-Emile Victor, un magnéto de 40 kg sur l'épaule, en 1948, 1949 et 1951. Après l'Amazonie en 1952, il découvre la Polynésie, où il tourne en 1956 avec Bernard Borderie "Tahiti ou la joie de vivre". En septembre 1962, laissant en France sa seconde épouse, la speakerine Jacqueline Joubert - la première avait été l'écrivain Benoîte Groult dont il a eu deux filles - il part pour l'îlot d'Eiao, dans le Pacifique. Là, seul avec la fidèle Eder, il cherche à "découvrir les mécanismes de la solitude" et tente de revivre durant un an l'aventure de Robinson Crusoë.

Dans une cage

Présentateur du journal télévisé pendant trois ans, il quitte l'ORTF avec fracas et la presse le surnomme alors "l'éternel partant". Il devient ensuite animateur à Radio-Luxembourg (1967-69), puis à Radio Monte-Carlo (1974-78). Parallèlement, il est chef du service des sports de TF1 de 1975 à 1979 où il commente les matches de rugby du Tournoi des Cinq nations en compagnie de l'abbé Pistre.

Divorcé de Jacqueline Joubert dont il a un fils, Antoine de Caunes, Georges De Caunes se remarie en 1967 avec un jeune mannequin, Anne-Marie, dont il a deux enfants. En 1979, pour "se remettre en question", il interprète au théâtre "Comédie pour un meurtre", vingt ans après "Le Fils d'Achille". En juin 1988 et juillet 1990, il se lance dans une nouvelle expérience : installé quinze jours dans une cage au zoo de la Palmyre, près de Royan, pour y "observer les humains avec les yeux des animaux", il cherche "à faire son métier de journaliste dans des circonstances où l'éclairage est différent".

   Bibliographie sommaire

Georges de Caunes laisse plusieurs ouvrages, dont

    • 1961 : "les Coulisses de la télévision" (1961)
    • 1969 : "Histoires  d'O-tomobiles"
    • 1990 : "Ma part des choses"
    • 1998 : "Imarra"

(Image LCI : Georges de Caunes)

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      Impressionnantes éruptions à la surface du soleil

      logAudience