ARCHIVES

Otages : "la DGSE a utilisé nos contacts"

Edité par avec
le 25 décembre 2004 à 12h15
Temps de lecture
3min
confpresse_julia_damas
À lire aussi
SociétéLe bras droit de Didier Julia assure dans Le Parisien que le Renseignement a utilisé les contacts de l'équipe du député pour obtenir la libération des journalistes français. Il accuse Barnier d'avoir retardé l'issue des opérations.

Finalement, les efforts de l'équipe Julia auraient mené à la libération des otages. Par procuration. Ou plutôt, par récupération. Voilà la ligne de défense du bras droit du député UMP, l'historien Philippe Evano qui, dans un entretien au Parisien, assure que la "sous pression, la DGSE a fini par mettre le paquet ces six dernières semaines et a utilisé les contacts" des hommes de Julia.

Le professeur d'histoire affirme par ailleurs que le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier "à deux reprises au moins, a fait capoter des négociations prêtes à aboutir". "Une première fois, assure-t-il, entre le 20 et le 25 août (soit la première semaine de détention des deux journalistes français), en refusant d'envoyer une voiture officielle de notre ambassade à Bagdad, comme l'exigeaient les ravisseurs".

Toutes les preuves

"Une deuxième fois, en septembre, en proposant une somme d'argent contre les otages, ce qui a braqué les ravisseurs. Tout cela, nous pouvons le démontrer", déclare encore Philippe Evano. Il aura alors fallu attendre la fin des opérations américaines à Falloujah, pour reprendre fin novembre, début décembre les contacts avec les ravisseurs de Chesnot et Malbrunot, explique-t-il en synthèse. "C'est cette opération qui a abouti mardi", assure le bras droit de Julia.

Pressé de prouver ses dires, Philippe Evano répond que l'équipe de Didier Julia "réserve toutes (ses) informations à la commission parlementaire qui doit être créée". "Ce que je peux vous dire, c'est que nous ne possédons pas de films, photos ou enregistrements de nos rencontres. Les choses ne se passent pas ainsi. Mais nous donnerons toutes les informations nécessaires quand nous aurons recontacté les acteurs irakiens de la libération : eux savent parfaitement le rôle que nous avons joué", promet-il.

(Image d'archives LCI : Didier Julia)

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Lance Armstrong se reconvertit en mécano

      logAudience