En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Klein Familie: l'erreur humaine sans doute à l'origine du naufrage


le 07 janvier 2006 à 07h35 , mis à jour le 10 janvier 2006 à 07h05.
Temps de lecture
3min
sichem_pandora
À lire aussi
SociétéUne erreur humaine est vraisemblablement à l'origine du naufrage jeudi en Manche du bateau de pêche Klein Familie dans lequel cinq marins ont disparu, estimaient mardi les spécialistes du milieu maritime.

Une erreur humaine est vraisemblablement à l'origine du naufrage jeudi en Manche du bateau de pêche Klein Familie dans lequel cinq marins ont disparu, estimaient mardi les spécialistes du milieu maritime. "80% des naufrages procèdent d'erreurs humaines et, dans près d'un cas sur deux, d'une erreur de l'officier de quart" à la barre du navire, relève Christian Buchet, spécialiste de l'histoire maritime.

Cette erreur -défaut de veille, visuelle, optique ou radar- pourrait venir de l'équipage du chalutier comme des marins du chimiquier Sichem Pandora, dont la justice a estimé lundi avoir "des éléments sérieux permettant d'établir" qu'il était "bien impliqué" dans la collision.

"Aucun signal, aucun écho"

L'accident s'est produit de nuit, par bonne visibilité, dans le "rail" des Casquets, une des voies maritimes les plus fréquentées au monde, au large du Cotentin. Le règlement international pour prévenir les abordages en mer (COLREG) demande "clairement aux pêcheur de ne pas gêner" les navires de commerce dans ces couloirs.

"Je ne vois pas comment deux navires peuvent entrer en collision sans qu'il y ait un défaut de veille des deux côtés", estime Hervé Goasguen, directeur du CROSS (Centre régional opérationnel de secours en mer) de Jobourg (Manche).

Le seul rescapé du Klein Familie qui se rendait sur les lieux de pêche, dormait au moment de l'accident mais assure que le patron-pêcheur, un marin aguerri, ainsi qu'un matelot se trouvaient alors à la passerelle.

De son côté, l'armateur du Sichem Pandora affirme que l'équipage n'a perçu "aucun signal, aucun écho sur le radar" au moment de la collision.

Pour M. Buchet, directeur du centre de la mer de l'Institut Catholique de Paris, "il sera extrêmement difficile pour la justice d'avoir une certitude" sur le fait de savoir si l'équipage du chimiquier s'est rendu compte ou non de la collision.

"Homicide involontaire"

De la passerelle d'un navire long de 110 m, "on peut tout à fait ne pas voir ni entendre l'accident", assure-t-il. "Dans une zone aussi fréquentée, une lourde pression repose sur l'officier de quart (du cargo). A cela s'ajoutent les pêcheurs qui sont, eux aussi, épuisés. Il y a donc des hommes fatigués de part et d'autre".

Les conditions de travail sont en cause, estiment également les syndicalistes de la pêche, considérant que Malte "est sur la liste noire des pavillons de complaisance". "Les navires sont armés par des équipages recrutés à moindre coût, qui ne sont pas formés aux règles de sécurité internationale (...) On peut se demander s'il y avait quelqu'un sur la passerelle du cargo maltais", s'interroge Michel Oury, de la CFDT-maritime.

Sur le plan juridique, si le parquet de Cherbourg a ouvert une enquête pour "homicide involontaire" et "délit de fuite" bien que l'accident se soit déroulé dans les eaux internationales, les questions de compétences judiciaires entre Malte et la France restent à trancher.

Quant à l'exploration du Klein Familie, localisé par 73m de fond, une plongée humaine ne pourra se dérouler que "si les conditions météorologiques le permettent" et quand l'épave sera préparée. (AFP)

(Photo d'ouverture : le Sichem Pandora à quai - DR)

Commenter cet article

  • Dan : Par dela le drame humain épouvantable, il faudrait quand même garder la tête froide quand aux responsabilités exactes face à ce type d'accident...Ou ce cargo n'avait rien à faire là ou la collision s'est produite et incontestablement sa responsabilité est engagée...Que dit le code de la mer concernant les manoeuvres d'évitement...A priori un petit chalutier de pêche manoeuvre plus rapidement qu'un gros cargo...Dans les règles de l'air, les aéronefs les plus "manoeuvrants" doivent laisser la priorité aux aéronefs les plus "lourds"...

    Le 07/01/2006 à 09h27
  • Vastre : Tous les automobilistes ont la possibilité de connaître leur position à 10 mètres près grâce au GPS. L'administration ignore la position des monstres qui parcourrent la Manche. Le cargo criminel qui a écrabouillé le bateau de pêche sans s'arrêter pour porter secours restera inconnu des services chargés de le pourchasser. A quoi servent nos impôts ?

    Le 07/01/2006 à 00h33
  • Lise : Un de mes ami fait parti des disparus et j'espere que ceux qui ont fait ca sans les aider vont payer. toutes mes pensées vont a sa famille et a celles des autres familles de victimes

    Le 06/01/2006 à 20h15
  • J.L. : Les surveillances radar ou des vues de satellites dans les diverses longueurs d'onde, en particulier militaires, ne permettent elles pas de voir jour et nuit les collisions ou de repérer et suivre les navires à l'instant d'un signal de détresse ou d'un avis d'abordage ?

    Le 06/01/2006 à 17h24
      Nous suivre :
      Le pire du foot

      Le pire du foot

      logAudience