En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mini séisme à la Cour de cassation lors des voeux


le 07 janvier 2006 à 08h10
Temps de lecture
3min
palais de justice de Paris afp

Crédits : INTERNE

À lire aussi
SociétéDominique de Villepin a pris exceptionnellement la parole vendredi devant la Cour de cassation, conduisant du même coup le premier président de la Cour à raccourcir son propre discours. Protestation du syndicat de la magistrature.

L'audience traditionnelle de rentrée de la Cour de cassation, qui s'est tenue vendredi sous les ors du palais de justice de Paris, a apporté son lot de faits inhabituels. D'abord, le discours du premier président Guy Canivet a été quasi-intégralement publié par Le Monde daté de samedi avant même qu'il ne soit prononcé devant le Premier ministre. Découvrant ce discours dans le journal, Dominique de Villepin a décidé de prendre la parole devant la plus haute juridiction, a-t-on appris de sources gouvernementales qui insistent sur un problème "d'inélégance" de la part du premier président Canivet plus qu'un problème de fond. Invité traditionnellement à cette audience solennelle, normalement, le chef du gouvernement ne s'exprime pas. Usage rompu ce vendredi. "Je ne suis pas un homme d'habitudes. Nous ne sommes pas dans un temps d'habitudes. Nous sommes dans un temps de grand changement", a ainsi déclaré Dominique de Villepin de Villepin. Il a dit "l'immense respect qu'(il) éprouvait pour l'institution judiciaire" et a insisté sur le fait que son gouvernement était "attaché à lui donner tous les moyens pour lui permettre de remplir sa tâche". 

Guy Canivet, qui siège depuis près de huit ans au sommet de la hiérarchie judiciaire française, a ensuite pris la parole en expliquant qu'il s'en tiendrait à "l'essentiel" de son propos "puisque vous avez souhaité que je ne lise pas mon discours", a-t-il dit à l'adresse du chef du gouvernement. Du coup, le discours de sept pages, dont des exemplaires étaient disposées sur les chaises du public de l'audience solennelle, a été largement tronqué. Il est revenu sur le moral des juges. Ils sont "aujourd'hui humiliés et déprimés : c'est un phénomène réel qui est à prendre au sérieux". Pour autant, dit-il, les juges "ne dédaignent pas ce qu'ils font". "Ils regrettent que l'attachement à leur mission, leur fierté de la bien remplir, leur honneur professionnel ne soient pas justement reconnus". "Astreints à un métier exposé et difficile, ils mériteraient peut-être d'être un peu considérés", estime Guy Canivet.

Cet épisode a suscité la protestation immédiate du Syndicat de la magistrature, classé à gauche. Le SM a parlé d'un "événement sans précédent symptomatique de la volonté de mainmise du pouvoir exécutif sur la magistrature". Le président de l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), Dominique Barella, a ironisé sur "une tempête dans un verre d'eau" et une "petite révolution de palais de justice".

Commenter cet article

  • Ponsardin : Que penserait le président de l'USM s'il lisait dans la presse deux jours avant ce qui doit lui être présenté en priorité : "inélégance" à oublier avec tout ce qui l'entoure !

    Le 07/01/2006 à 15h33
  • Sedillot : C'est vrai que la justice est largement d'obédience gauchiste ce qui explique en grande partie le laxisme actuel en France en matière de sanctions appropriées. Tout cela est fort regrettable et largement une de causes dela chienlit actuelle en France.

    Le 07/01/2006 à 15h12
  • Vastre : La Justice de notre pays, qui privilégie les délinquants et n'a aucun souci des victimes ne mérite que le mépris. A la place de Monsieur le Premier Ministre, je serais allé à la pêche. Il a été trop bon d'honorer de sa présence cette réunion de laxistes. Mon avis étant sincère mais trop sévère, ne vous croyez pas obligé de le diffuser.

    Le 07/01/2006 à 14h52
  • Maxime : Ouhh le vilain!! Oh que c'est pas beau!!! Mdr pffff franchement on se croirait en maternelle, de vrais gamins!!!

    Le 07/01/2006 à 10h45
  • Simon : Quand le politique et le judiciaire se mêlent nous sommes dans des zones dangereuses. Le Premier Ministre a voulu innover, était-ce le bon choix? Ce n'est pas sûr car la séparartion des pouvoirs doit être totale même s'il s'agit d'un fait mineur.

    Le 07/01/2006 à 10h38
      Nous suivre :
      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      James Rodriguez arrive au Real Madrid, les fans en furie

      logAudience