ARCHIVES

Pour Le Pen, Sarkozy "copie" SOS Racisme


le 03 janvier 2006 à 15h26
Temps de lecture
3min
Jean Marie Le Pen résultat présidentielle 2e tour 2002

Crédits : TF1

À lire aussi
SociétéLe président du Front national prépare sa candidature à l'élection présidentielle en demandant une réforme des parrainages et en attaquant billes en tête Nicolas Sarkozy.

Jean-Marie Le Pen craint-il une fuite de ses électeurs au profit de Nicolas Sarkozy en 2007 ? Toujours est-il qu'il a fait du président de l'UMP sa principale cible lors de ses vœux à la presse mardi matin. Le président du Front national a accusé le ministre de l'Intérieur de "copier" les propositions de SOS Racisme en matière d'immigration. "Sur toutes les questions d'immigration qu'il aborde, ses propositions sont laxistes et pour tout dire, plutôt copiées sur celles de SOS Racisme", a-t-il affirmé. "Au-delà de ses déclarations tonitruantes, son bilan est celui d'une mise en oeuvre systématique des revendications les plus emblématiques de l'extrême gauche immigrationniste", a-t-il ajouté.

"La lepénisation des esprits semble avoir gagné tous les hommes politiques sauf lui", a déclaré J.M Le Pen. Il a qualifié les propositions de Nicolas Sarkozy sur la réforme de la laïcité d'"institutionnalisation de l'islam". Le président du parti d'extrême droite a également critiqué la décision "saugrenue" du président de l'UMP, de confier à l'avocat Arno Klarsfeld une mission sur "la loi, l'Histoire et le devoir de mémoire". Il a affirmé qu'il n'avait fait que son service militaire en Israël et qu'il était "plus compétent en matière de colonisation israëlienne qu'en matière de colonisation française".

Par ailleurs, Jean-Marie Le Pen a une nouvelle fois appelé à une réforme du système des parrainages pour les candidats à l'élection présidentielle, en estimant que ceux-ci devraient rester confidentiels. Le président du parti d'extrême droite a préconisé, lors de la présentation de ses voeux à la presse, que la liste d'au moins 500 signatures d'élus nécessaires pour concourir à l'élection présidentielle soit "confiée à une commission de neuf hauts magistrats", chargés de la vérifier tout en la gardant confidentielle.

Commenter cet article

  • Marie : Je suis indignée de lire ces réactions. Que LePen soit populaire est un fait, mais hormis ses messages de haine et de xénophobie, qui peut me citer son programme électoral et sa position quant à la jeunesse, la culture, l’emploi, la politique exterieure… il n’y en a pas! Alors ceux qui votent pour lui, votent pour quoi au juste?

    Le 04/01/2006 à 11h19
  • Galou : En lisant les remarques de tous le monde , je suis bien content d avoir lutter pour mon visa de travail aux Etats unis et de quitter ce pays .j ai honte pour la France!!!!!

    Le 04/01/2006 à 11h08
  • Sylvain : Mr Le Pen n'a jamais été et ne sera jamais la solution pour répondre aux problemes de la France. Et ceci par le simple fait qu'il n'a pas de réel programme, il ne fait que redonder les memes salves contre les immigrés et les politiques d'immigration menées depuis 30 ans, comme ci tous les problémes venaient d'une meme source...On aura beau dire que Mr Sarkozy est un opportuniste, il a au moins le mérite de ne pas mettre tout sur le dos des immigrés (qui ont pourtant le dos large...)

    Le 04/01/2006 à 09h29
  • Abbé Grégoire : Le Pen est le seul homme politique qui ne change pas de direction en fonction du sens du vent. Sarkozy, mange dans toutes les gamelles sans aucun respect pour les francais, qu'il prend sans doute pour des pigeons?

    Le 03/01/2006 à 19h00
  • FrancoisNoble : Il n'est pas sain que la télé nous assène tous les jours des leçons de "morale" et se permette de boycotter un parti politique qui fait mieux que l'UDF au premier tour. Pour la liberté de penser, changeons les journalistes et retrouvons un débat politique digne de ce nom. Il n'y a qu'une confrontation d'idées au grand jour qui permettra au peuple d'étayer son jugement. L'histoire a montré partout que la censure médiatique est le reflet d'un abus de pouvoir qui n'a pas trouvé d'argument convaincants et a peur de s'exposer à un vrai débat. Quand on interdit au peuple d'écouter ou de lire un homme politique, c'est en général qu'il a raison.

    Le 03/01/2006 à 18h38
      Nous suivre :

      Inde : un léopard sème la panique

      logAudience