En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Il séquestre ses filles : 10 mois de prison avec sursis


le 06 janvier 2006 à 10h46
Temps de lecture
3min
Justice Picto Vignette bleue

Crédits : INTERNE

A lire aussi
SociétéUn père de famille d'orginie marocaine a été condamné vendredi à une peine de dix mois de prison avec sursis pour soustraction à l'obligation légale d'éducation. Il avait, au nom de l'islam, maintenu recluses ses quatre filles. Le tribunal a également décidé un retrait définitif de ses droits parentaux.

Le tribunal correctionnel de Valence vient de condamner un homme de 45 ans à 10 mois avec sursis mais surtout, il a décidé un retrait définitif de ses droits parentaux suivant ainsi les réquisitions du procureur de la République, Colette Clément-Barthez.

Cet homme a maintenu, pendant des années, recluses sa femme et ses quatre filles, âgées de 4, 10, 13 et 14 ans, les cantonnant au ménage dans leur appartement de Romans-sur-Isère dans la Drôme. Les filles ne sont jamais allées à l'école. Elles n'ont appris que les rudiments de lecture et d'écriture que leur mère a pu leur enseigner en cachette. Elles n'ont jamais eu d'autre livre que le Coran. Elles n'avaient pas le droit de sortir, à l'exception de quelques rares excursions dans le hall de l'immeuble. A cette occasion, elles ont croisé un travailleur social, qui a soufflé à l'aînée le 119, numéro d'urgence pour l'enfance maltraitée, que l'adolescente a réussi à appeler à la fin de l'été dernier. Les services sociaux sont intervenus aussitôt.

Le père a expliqué qu'il refusait que ses filles aillent non voilées à l'école, ni même qu'elles prennent des cours par correspondance, à cause du contenu des programmes. "Malgré l'état de jachère où elles ont été laissées, ce sont des enfants vives, intelligentes, volontaires, très désireuses d'apprendre", a expliqué Mme Clément-Barthez. "Mais la première chose qu'elles ont demandé à faire au foyer, c'est de courir dans le parc. Elles n'avaient jamais eu le droit de courir", a-t-elle ajouté.

La mère, qui subissait le même sort que ses filles, n'a pas été poursuivie, et a trouvé un nouveau domicile loin de Romans. Les quatre filles ont été placées dans un foyer proche de leur mère.

Commenter cet article

  • Ll : Je suis d'accord, tous les gens de la campagne marocaine ne sont pas comme ça, c'est même une insulet enevers eux Arrêtons les préjugés !!!!!

    Le 06/01/2006 à 14h54
  • Hassna : Tous les paysans des campagnes marocaines ne sont pas comme lui ok kifkouk? arrete de faire ton petit bourgeois civilisé de casa ca menerve ca se trouve il est originaire de casa lol

    Le 06/01/2006 à 13h42
  • Antoine : Ce qui est surprenant c'est que la justice n'ait pas fait d'assimilation de cet acte de barbarie à de l'esclavage. J'imagine que la notion de respect d'une autre culture a dû jouer dans les débats, mais je m'avance sans savoir. Néanmoins si c'est le cas, je trouve cela dramatique : les droits de l'homme sont inscrits dans notre constitution et quiconque vit sur le sol français a le devoir de les respecter. Oui, le sursis n'est qu'un déni et je pense qu'il faut savoir poser des limites à la tolérance.

    Le 06/01/2006 à 13h40
  • Sara : Si ce pere "fanatique et qui vit dans l obscurantisme le + total, avait bien lu le Coran , il y trouverai que le savoir et la connaissance aussi bien chez l homme que chez la femme est un droit elementaire dans cette vie temporelle pour justement mieux vivre sa spiritualite. je suis musulmane et je suis outree du comportement de certains musulmans une phrase se dit souvent chez nous . si l islam a été donné au peuple francais par exemple aujourd hui , l univers serait musulman .....nous les arabes on confond tout. la religion, les us et coutumes surtout pour les femmes. qui sont d un autre age bien avant l islam.... Dieu ne leur pardonne pas car ils savent ce qu ils font.....

    Le 06/01/2006 à 13h38
  • Aurelia : Et les Service Sociaux de la ville ne sont ils pas censés etre au courant de ce genre de cas, des enfants nos scolarisé cela doit quand même attirer une certaine attention, de même pour les voisins!!!!!

    Le 06/01/2006 à 13h32
      Nous suivre :
      L'acteur péruvien Richard Torres dit "oui"... à un arbre !

      L'acteur péruvien Richard Torres dit "oui"... à un arbre !

      logAudience