En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Vauzelle dénonce une "faute majeure de l'Etat"


le 04 janvier 2006 à 19h50
Temps de lecture
3min
Michel Vauzelle Président PACA PS

Crédits : LCI

A lire aussi
SociétéLe président socialiste de Provence-Alpes-Côte d'Azur s'est dit scandalisé qu'un préfet de la République prenne la responsabilité de faire conduire par les forces de l'ordre une centaine de jeunes gens éméchés dans un train sans assurer la suite d'événements prévisibles".

Michel Vauzelle, président socialiste de Provence-Alpes-Côte d'Azur, a qualifié mercredi de "faute majeure de l'Etat" et du préfet des Alpes-Maritimes le fait d'avoir permis que des forces de police mettent dimanche une centaine de jeunes éméchés dans le train Nice-Lyon à bord duquel des passagers ont été violentés et rançonnés.

"Il y a une faute majeure de l'Etat d'avoir laisser monter dans le train une centaine de jeunes éméchés", a déclaré à Michelle Vauzelle. "Je suis scandalisé qu'un préfet de la République prenne la responsabilité de faire conduire par les forces de l'ordre une centaine de jeunes gens éméchés dans un train sans assurer la suite d'événements prévisibles", a-t-il poursuivi.

"Une série de dysfonctionnements"

"Quand on a un charroi de 600 personnes dont une centaines de jeunes éméchés, on ne demande pas à la police de descendre à Saint-Raphaël (Var), on va jusqu'au bout de la ligne!", a affirmé Michel Vauzelle. "Pour un ministre de l'Intérieur en période d'état d'urgence, c'est un véritable scandale et il faudra que toute la lumière soit faite sur ces incidents", a estimé le président de la région PACA.

Michel Vauzelle a rappelé que l'opération du billet de train express régional à 1,20 euro pour le Nouvel An était en place depuis cinq ans et qu'il n'y avait jamais eu de problèmes. La préfecture des Alpes Maritimes a parlé mercredi de "négligences de plusieurs partenaires" dans la gestion de cette affaire, regrettant "une série de dysfonctionnements, notamment du conseil régional et de la SNCF qui ne nous ont pas prévenus de l'arrivée de ce train" samedi à Nice.

Les troubles avaient en effet débuté samedi soir: des jeunes des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse étaient arrivés en train à Nice pour fêter la Saint-Sylvestre. Vingt-deux d'entre eux avaient été interpellés et placés en garde à vue jusqu'à dimanche soir. "C'est la première fois que je vois un préfet demander l'horaire d'un train à la région ! Il doit être au courant des trains de cette opération dont ce n'est pas la première année !", s'est exclamé Michel Vauzelle, rappelant qu'il n'avait pas de compétences de police.

(Michel Vauzelle mercredi sur LCI en duplex de Marseille)

Commenter cet article

      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience