En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Adecco et Garnier jugés pour discrimination à l'embauche


le 18 mai 2006 à 10h51
Temps de lecture
3min
Justice Picto Vignette bleue

Crédits : INTERNE

À lire aussi
SociétéTrois cadres de la société d'intérim Adecco et les laboratoires Garnier comparaissent mercredi à Paris dans le cadre d'une affaire de discrimination à l'embauche. Ils auraient eu recours, il y a cinq ans, à un fichier ethnique, précisant que les animatrices devaient être "BBR" (Bleu, blanc, rouge).

C'est une nouvelle affaire racisme ordinaire dans le monde du travail que juge aujourd'hui le tribunal correctionnel de Paris. Sur plainte de SOS Racisme, trois cadres employés par la société d'intérim Adecco, une de ses filiales Districom, et les laboratoires Garnier, mis en cause dans un dossier de discrimination à l'embauche. Selon SOS Racisme, la société sous contrat avec les laboratoires Garnier pour recruter du personnel pour des opérations promotionnelles de la gamme Fructis, aurait eu recours, il y a cinq ans, à un fichier ethnique, précisant que les animatrices devaient être "BBR" (Bleu, blanc, rouge).

"Au-delà de ces procès, dit Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme, notre ambition est de démanteler les systèmes de discrimination". Selon lui, le fichage ethnique au moyen de codes internes est une méthode courante surtout dans les sociétés de recrutement. Outre ce "BBR, aux accents très lepénistes", indique Samuel Thomas, d'autres codes utilisés "en interne" par le monde du recrutement ont été identifiés. Ainsi le 001 (à l'origine code Insee) pour désigner les personnes de nationalité exclusivement française, ou encore les codes PR1 (Paris Restauration 1 pour désigner les Blancs) ou PR4 (Paris Restauration 4 pour désigner les personnes d'origine africaine) utilisés par une société de recrutement en Ile de France et même un code BYB (blond aux yeux bleus). Toutes ces infractions et un nombre considérable d'autres, souligne SOS Racisme, font l'objet de plaintes et sont en cours d'instruction.

270 plaintes par mois

Pour Jean-François Amadieu, directeur de l'Observatoire des discriminations, il y a bien "une montée en puissance de la lutte contre les discriminations" en France. Il en veut notamment pour preuve la création de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations), il y a un an, et l'accroissement des plaintes qui lui sont adressées (près de 2.400 à ce jour). De 150 plaintes reçues chaque mois, le rythme mensuel est récemment passé à 270, a révélé son président Louis Schweitzer, lors de la publication du premier rapport de la Haute autorité, début mai. L'emploi est de loin le premier domaine où des discriminations sont à l'oeuvre en France (près de 50%), et elles reposent principalement (à près de 40%) sur l'"origine" de la personne concernée.

De son côté, SOS Racisme, initiateur en France de la pratique du testing - destinée à apporter la preuve d'une sélection opérée sur des critères discriminatoires dans différents domaines allant de l'emploi à l'entrée en boîte de nuit - multiplie les poursuites judiciaires à l'encontre des auteurs de discriminations. Autre signe encourageant, relève de son côté Jean-François Amadieu, les grandes entreprises, à l'instar des 300 signataires de la Charte de la diversité, "font un vrai nettoyage de leurs pratiques discriminatoires".

Commenter cet article

  • Random Shuffle : Concernant la pub contre l'alcoolisme que l'on voit actuellement à la télé nous avons Alain, Thierry, Bernard, etc... bref que des "BBR", qu'attendent le MRAP SOS Racisme et la Licra pour dénoncer cette nouvelle discrimination à l'embauche, nos minorités visibles n'auraient elles pas le droit de se pauchetronner comme tout bon citoyen ?

    Le 18/05/2006 à 13h07

      Les dernières infos

      Nous suivre :
      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      logAudience