En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'AFA, une "nouvelle voie pour l'adoption"

Edité par
le 18 mai 2006 à 12h36
Temps de lecture
4min
Adoption parents enfants, image prétexte LCI
A lire aussi
SociétéL'agence française de l'adoption (AFA) a été inaugurée ce midi à Paris par les ministres des Affaires étrangères, de la Santé et de la Justice. Elle aura pour mission d'aider les familles à monter leurs dossiers et de rassurer les pays d'origine des adoptions. Sa directrice, la magistrate Laure de Choiseul, répond aux questions de LCI.fr.

LCI.fr : A quoi va servir l'Afa ?
Laure de Choiseul : L'AFA est une troisième voie pour l'adoption. Jusqu'à présent les familles n'avaient le choix que de passer par un OAA, organisme agréé pour l'adoption, ou d'entamer une démarche individuelle. Il faut savoir que ces OAA, au nombre de 40, sont gérés par des bénévoles dont les capacités sont limitées. Du coup, ils sont obligés de sélectionner les dossiers. Ils prennent en charge 38% des adoptions internationales.

Les 62 autres pourcents de candidats à l'adoption sont obligés d'engager une démarche individuelle assez aléatoire. C'est toute une aventure, d'autant que certains pays sont fermés à l'adoption individuelle, comme la Chine, le Vietnam ou certaines régions de Russie. Le but de l'AFA va être de donner une autre chance à toutes ces familles qui souhaitent adopter un enfant.

Laure de Choiseul
LCI.fr : combien de demandes d'adoptions sont formulées chaque année ? Combien aboutissent ? 
L. de C. : On estime qu'il y a 25 000 candidats en attente d'enfant en France. Chaque année, 8 000 personnes bénéficient d'un agrément, délivré par les services sociaux des conseillers généraux. Il s'agit d'une enquête sociale et psychologique, véritable passeport pour l'adoption.

Surtout, il y a 5 000 adoptions par an, 1 000 parmi les pupilles de l'Etat et 4 000 à l'étranger. C'est beaucoup moins que dans d'autres pays. Nous savons par exemple que la France adopte 500 enfants en Chine par an, quand l'Espagne en adopte 1000. Peut-être qu'en préparant mieux leurs dossiers, les familles françaises auront plus de chance.

LCI.fr : Justement, de quelle manière l'AFA va-t-elle intervenir pour aider ces familles ?
L. de C. : Notre premier rôle sera d'informer les familles sur les réalités de l'adoption internationale. Les législations locales bougent beaucoup. Les exigences en matière de documents aussi. Nous allons les orienter gratuitement dans leur démarche, les accompagner dans le montage des dossiers. Pour que cela se fasse au plus près de chez eux, un correspondant va être nommé dans chaque département. Et puis, à l'étranger, lorsqu'un apparentement leur aura été proposé, ils seront épaulés par un correspondant AFA.

Les principaux pays où les Français
adoptent
LCI.fr : Quels seront les pays où vous aurez des correspondant locaux ? 
L. de C. : Dans tous les principaux pays où la France adopte (ndlr: cf carte). Dans un premier temps, il s'agira des pays ayant ratifié la Convention de La Haye car nous n'aurons pas de démarches à faire en tant qu'agence d'adoption. En revanche, pour les pays qui n'ont pas ratifié la convention, nous devons avoir une accréditation. Les démarches sont un peu plus compliquées, comme en Russie. Nous y sommes encore allés la semaine dernière. L'accréditation devrait intervenir dans le courant de l'automne, mais nous ne serons pas prêt pour lundi, date offcielle de lancement de l'AFA.

LCI.fr : Pourquoi est-ce plus compliqué avec ces pays là ? 
L. de C. : Ces pays cherchent à développer leur adoption interne. La Chine est par exemple en train de connaître un développement fabuleux. Elle a pris conscience de la richesse de ses enfants, donc elle ne cherche pas à augmenter l'adoption internationale. En revanche, son souci, c'est que les enfants qui partent de chez elle soient le mieux traités possible. Elle est donc très soucieuse de la qualité des dossiers qui lui sont adressés. La chance pour nous, c'est qu'elle est consciente que la procédure d'agrément existant en France est quelque chose de très sérieux et qu'ensuite, l'AFA va envoyer des dossiers biens remplis, correspondant aux besoins légaux de ce pays.

LCI.fr : l'AFA s'est également engagé à assurer un suivi, en France, des enfants adoptés ?
L. de C. : Oui, cela fait effectivement partie des principaux axes de la loi du 4 juillet 2005. A chaque fois que nous nous sommes déplacés, notamment en Chine et en Russie, ils ont beaucoup insisté sur l'envoi des rapports de suivi. La Chine en exige deux, l'un au bout de six mois, l'autre au bout d'un an. Ils seront directement transmis par l'AFA, car la difficulté n'est pas tant de les réaliser que de les envoyer ensuite aux bonnes personnes.

De son côté, la Russie exige quatre rapports de suivis dans les trois premières années. Comme c'est une fédération, il faut savoir trouver les personnes compétentes. C'est important d'assurer ces engagements là, de s'assurer que les documents arrivent où ils doivent arriver, sinon cela pénalisera les générations d'adoptants suivantes. C'est la crédibilité de l'agence qui sera directement en cause.

Coordonnées de l'AFA :
19 boulevard Henri IV, 75004 Paris
Tel : 01 44 78 61 40
www.agence-adoption.fr

Commenter cet article

  • Une adoptante : Cessez de penser qu'il y a tant d'enfant à adopter en France. Beaucoup d'enfants placés ne sont pas adoptables juridiquement car pas totalement abandonné par leur famille. Il reste beaucoup de travail à faire pour faciliter les démarches d'adoption ! Je n'ai mis que 3 ans pour adopter mon fils en Bulgarie !

    Le 18/05/2006 à 16h50
  • Flo : J'ai cru aussi longtemps qu'il y avait beaucoup d'enfants a adopter en france, mais j'ai su recemment qu'il n'en n'etait rien. Tous ceux qui sont adoptables le sont, et il y a un vrai probleme avec les enfants plus grands ( apres 2ans), les familles etant reticentes, ce qui est comprehensible, mais triste pour ses enfants qui restent sans familles. Alors, on se tourne vers l'etranger ou les institutions sont parfois moins regardantes.helas, les familles ont aussi des deconvenues. Si cette nouvelle institution permet de nouvelles chances, et garantit la securite (sante des enfants, argent des adoptants) formidable

    Le 18/05/2006 à 16h21
  • Paul : Pourquoi n'accepte-t-on pas l'adoption à la naissance en France ? Cela semble tout de meme plus facile d'adopter un enfant qui vient de naitre qu'un enfant qui a déjà vécu plusieurs mois ou années dans des centres (aussi compétents soient-ils).

    Le 18/05/2006 à 16h07
  • Vastre : Je ne suis pas certain d'avoir tout compris mais j'entrevois la création d'une nouvelle administration qui va être consacrée à l'adoption. D'où viendront les fonctionnaires appelés à la peupler ? S'agit-il de nouvelles recrues ou de personnels qui évoluaient dans d'autres administrations auparavant ? A combien sont évalués les effectifs nécessaires ? Quel sera le budget annuel ? Je pose sûrement des questions sans intérêt électoral mais lorsqu'on crée de nouvelles dépenses, il faut peut-être penser à réduire celles qui sont un peu superflues.

    Le 18/05/2006 à 15h30
  • Emericke : Cela ne serait comme pas plus intelligent de favoriser l'adoption dans notre pays et pour nos enfants plutot que d'adopter des enfants de pays lointains

    Le 18/05/2006 à 14h14
      Nous suivre :
      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      logAudience