En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Agression près de Lens : à la recherche des photos


le 16 mai 2006 à 16h06
Temps de lecture
3min
TF1/LCI : Viol filmé : les proches de la victime présumée, filmés lors du reportage diffusé sur TF1

Viol filmé : les proches de la victime présumée, filmés lors du reportage diffusé sur TF1 /

À lire aussi
SociétéMême si une source proche de l'enquête évoque des "témoignages concordants" de personnes ayant vu des clichés de l'agression d'une jeune fille à Bully-les-Mines, le parquet ne fait état que de "deux ou trois photos du visage de la mineure". "Il n'y a pas eu de diffusion par téléphone, ni sur internet", précise-t-on de source judiciaire.

Des photos prises dans l'affaire du viol présumé d'une jeune fille de 17 ans dans le Pas-de-Calais fin avril, dans laquelle cinq hommes ont été écroués, montreraient le visage et non l'agression de la victime, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Béthune.

La victime présumée aurait été violée dans la nuit du 29 au 30 avril à Bully-les-Mines (Pas-de-Calais), au domicile d'un homme chez qui elle aurait été conduite par un couple d'amis, après une soirée bien arrosée en boîte de nuit, selon le parquet. La jeune fille se serait réveillée le lendemain matin, seule dans l'appartement, les vêtements lacérés et déchirés, et ne se souvenant plus de rien, selon le récit de son avocat Franck Berton.

"Aucune photo répertoriée pour l'instant" de l'agression

A ce stade de l'enquête, deux ou trois photos du visage de la mineure auraient été prises à l'aide d'un téléphone portable par l'un des agresseurs puis montrées à d'autres personnes, mais "il n'y a pas eu de diffusion par téléphone, ni sur internet", a-t-on précisé mardi de source judiciaire.

Dans un premier temps, l'avocat de la victime avait précisé que les photos de l'agression avaient été diffusées par téléphone. "Il y a des témoignages concordants (de personnes qui auraient vu des clichés) mais il n'y a aucune photo répertoriée pour l'instant", a-t-on indiqué de source proche de l'enquête. "C'est une affaire criminelle particulièrement grave. Mais au sujet des photos il ne s'agit en aucun cas d'une redite de l'affaire de Porcheville", a ajouté le parquet. Fin avril dans un lycée de Porcheville (Yvelines), une enseignante avait été agressée par un élève et son agression avait été filmée par un autre lycéen puis diffusée dans la cité voisine du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie. 

Selon l'avocat d'un des hommes mis en cause dans l'affaire de Bully-les-Mines, Me Didier Darras, "il s'agit d'un mauvais délire, d'une sorte de bizutage qui aurait mal tourné, l'alcool et peut-être la drogue aidant, qui aurait dérivé vers des faits de nature criminelle". Selon lui, l'un des hommes mis en cause a dit avoir pris des photos "mais on ne connaît pas la nature exacte des clichés", a-t-il ajouté. Le père de la victime, joint au téléphone, a indiqué qu'il n'avait pas vu ces photos. Trois jours après les faits, "ce sont des jeunes qui sont venus me dire que des gens leur avaient dit avoir vu ma fille sur des photos", a-t-il déclaré.

Photo d'ouverture : les proches de la victime présumée - DR

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      logAudience