En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bayrou et Hollande dénoncent "les clans" au pouvoir


le 15 mai 2006 à 16h41
Temps de lecture
4min
Bayrou Hollande
À lire aussi
SociétéLors du débat de censure à l'Assemblée mardi après-midi, les leaders du PS et de l'UDF ont rivalisé de virulence contre le gouvernement Villepin. François Hollande a dénoncé "un champ de bataille" et François Bayrou "une crise de régime. La motion de censure socialiste a été rejetée sans surprise, ne recueillant que 190 voix PS, PCF, Verts dont 11 voix UDF.

Le débat de censure contre le gouvernement à l'Assemblée a donné lieu mardi après-midi à des discours d'une rare violence de la part de l'opposition de gauche mais également de l'UDF. Premier à prendre la parole, François Hollande a très vivement attaqué le Premier ministre mais également le numéro deux du gouvernement.  Le patron du PS a en effet affirmé que Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, "vraie fausse victime", partageaient la responsabilité de "l'affaire d'Etat" Clearstream. "Ce qui fait que nous sommes dans une affaire d'Etat, c'est que les chaînes de commandement politiques ont été délibérément brisées, que les procédures administratives et judiciaires ont été volontairement contournées et même détournées et que les droits des personnes, dont certaines sont ici présentes, ont été gravement mis en cause", a déclaré le premier secrétaire du PS.

"L'Etat lui-même a été pris en otage, accaparé par des clans, pour assouvir des rivalités personnelles", a insisté François Hollande avant de s'adresser au Premier ministre. "Vous portez la responsabilité dans vos fonctions antérieures de ministre des Affaires étrangères, puis de ministre de l'Intérieur. Vous partagez cette responsabilité avec votre numéro deux (Nicolas Sarkozy), vraie fausse victime d'une opération qu'il a contribué lui-même à relancer pour vous atteindre et il y est parvenu", a-t-il ajouté.

"La censure est sur tous les bancs"

Second à intervenir, le président de l'UDF François Bayrou a réclamé une "censure franche" du gouvernement et a dénoncé l'immobilisme de Jacques Chirac. "La censure, elle est dans tous les esprits... La censure, elle est sur tous les bancs. La censure rentrée, la censure discrète, la censure chuchotée, la censure sournoise... Eh bien, à cette censure sournoise, je préfère une censure franche", a-t-il lancé, sous les huées des élus UMP.

Le dirigeant centriste s'en est également pris au président Jacques Chirac. "C'est vers lui, le chef de l'Etat, que se tournaient les regards. Il a le pouvoir de rompre le cercle vicieux. Il peut démissionner. Il peut dissoudre. Il peut changer le gouvernement. Il peut demander à son gouvernement d'engager sa responsabilité devant l'Assemblée. Il a décidé de ne rien faire", a déploré François Bayrou. "Ce gouvernement a été bâti autour d'une rivalité haineuse", a poursuivi le député des Pyrénées-Atlantiques, qui a dès dimanche appelé les autres députés centristes à voter comme lui la censure.

En réponse à ces attaques, le Premier ministre Dominique de Villepin a déclaré que "rien ne détournerait le gouvernement de sa tâche et du cap fixé par le président de la République". "Face à l'emballement de la rumeur, nous continuerons notre travail, avec méthode, avec calme, avec persévérance", a-t-il indiqué. Le Premier ministre avait reconnu quelques instants plus tôt que son gouvernement traversait "une épreuve".

Malgré le renfort inédit de onze voix de l'UDF sur 30 députés, l'Assemblée nationale a repoussé comme prévu la motion de censure socialiste. Cette dernière a obtenu 190 voix alors qu'il en fallait 289 pour qu'elle soit adoptée.

Villepin doit rester Premier ministre pour 47 % de Français

47% des Français estiment que le Premier ministre Dominique de Villepin doit rester à son poste malgré les développements de l'affaire Clearstream, tandis que 37% souhaitent qu'il démissionne, selon un sondage CSA pour France Europe Express et France. 16% des Français ne se prononcent pas, selon cette enquête. A l'instar de certains responsables de la gauche, les sympathisants de gauche se prononcent majoritairement pour la démission de Dominique de Villepin: 51%, contre 34% partisans de son maintien à Matignon. En revanche, les sympathisants de droite sont très largement pour que le chef du gouvernement reste à son poste: 70%, contre 21% favorables à une démission. Sondage réalisé par téléphone les 9 et 10 mai auprès d'un échantillon national de 954 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

Commenter cet article

  • Jacques Chirac : Quel guignol ce hollande !

    Le 16/05/2006 à 17h56
  • KIKI : Bayrou-Hollande-Buffet-Mamere: même combat.!!Heureusement ,le ridicule ne tue pas !!!..

    Le 16/05/2006 à 17h51
  • Denis : Et bien c'est clair, je sais pour quels candidats je ne voterais plus dorénavant, si lors des prochaines élections nous avons des deuxièmes tours PS UDF. On ne donne pas sa voix a des traitres et pour une fois je voterais blanc.

    Le 16/05/2006 à 11h39
  • Aurelia : J'aime a entendre ce Hollande dire de Sarko qu'il y voit ses interet doit ont lui rappeler que les manipulations faites envers la jeunesse contre le CPE étaient pour satisfaire leurs interets, qu'au travers cette affaire les socialistes recherchent leurs interets personnes n'est dupe M.Hollande gardez donc vos leçons et vos morales d'autant que votre partis est loin d'etre Clean !! Merci de publier

    Le 16/05/2006 à 11h37
  • David : Je trouve cette Gauche Caviar de plus en plus pathétique, les affaires dans lesquelles ils ont été impliquer n'avait pas donner lieu a des demissions de mitterand ou du gouvernement, le sang contaminé, les écoutes téléphoniques etc etc !!! c'est comme ont idt l'hopital qui se fout de la charité !!!

    Le 16/05/2006 à 11h34
      Nous suivre :
      EXCLUSIF - Sophie Marceau trouble Patrick Bruel dans un extrait de "Tu veux ou tu veux pas"

      EXCLUSIF - Sophie Marceau trouble Patrick Bruel dans un extrait de "Tu veux ou tu veux pas"

      logAudience