En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Braquage à la mairie de Saint-Denis pour des places de foot


le 16 mai 2006 à 07h22
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Braquage à Saint-Denis
A lire aussi
SociétéDeux hommes cagoulés et armés ont menacé lundi soir treize élus de la ville de Saint-Denis réunis à l'hôtel de ville, sans faire de blessés. Selon des témoins, les agresseurs recherchaient des places pour la finale de football de la Ligue des champions. Le maire dénonce un "acte de banditisme dangereux et insupportable".

Le maire de Saint-Denis, Didier Paillard (PCF), a qualifié mardi d'"acte de banditisme dangereux et insupportable" le braquage commis lundi soir à la mairie par deux hommes armés qui voulaient obtenir des places au Stade de France. Treize personnes, des élus et militants socialistes, ont été menacées pendant quelques minutes par ces deux hommes cagoulés qui ont réclamé en vain des places pour la finale de la Ligue des champions de football mercredi entre Barcelone et Arsenal. Le maire de Saint-Denis se voit généralement confier pour l'occasion le soin de distribuer des places, qui s'échangeraient actuellement entre 1000 et 2000 euros au marché noir. "Aussi grotesque que cela puisse paraître, il semble que ces gens sont venus avec l'intention de récupérer des places pour la Champions League", a confirmé la préfecture.

Les assaillants ont interrompu lundi vers 21h45 une réunion de travail d'élus socialistes, au quatrième étage de la mairie, sans faire de blessés. Ils ont menacé physiquement certains élus, très choqués, en plaquant leurs armes de poing sur la tempe de plusieurs personnes, selon la préfecture de Seine-Saint-Denis. "Ils ont dit : on veut voir le maire, on veut les places", a rapporté Gilles Smadja, directeur de cabinet du maire, relatant les récits des victimes. Le maire, qui ne participait pas à cette réunion était présent en mairie. Les agresseurs ont ensuite demandé aux élus de se regrouper sous une table et leur ont ordonné de ne pas bouger avant de s'éloigner, selon la même source. Les élus ont alors appelé la police, qui s'est déployée pour sécuriser le périmètre, ont fouillé la mairie, sans trouver trace des deux individus.

Menaces physiques

"Nous avons été victimes d'un acte de banditisme. Un acte dangereux, insupportable, que nous condamnons et dénonçons avec la plus grande fermeté", a déclaré mardi le maire, lors d'un point presse, relevant l'attitude "très déterminée" des agresseurs. "Les braqueurs ont quitté la mairie, sans avoir atteint leur objectif", a précisé Didier Paillard qui fait la "supposition que ces deux hommes se sont laissés enfermer dans les bâtiments plus tôt" - au moment des faits, l'accès à la mairie était fermé. Didier Paillard, qui compte travailler "à revoir tout le process de sécurité" de l'hôtel de ville, a en outre précisé que la ville de Saint-Denis disposait de "150 invitations gratuites, où figure la mention 0 euro", destinées à être remises, juste avant le match, aux bénévoles, associatifs, clubs sportifs et personnes handicapées. Elles se trouvaient lundi soir dans un coffre, selon lui.

"La ville n'a aucune place payante", et "ceux qui sont venus ici en espérant trouver un trésor de guerre se sont totalement trompés d'adresse", a-t-il ajouté. Il a reconnu que les places pour les finales européennes au Stade de France "sont très convoitées" et qu'"il y a un intérêt à les revendre à prix fort". "Ce qui s'est passé hier soir ne change absolument rien à notre volonté de contribuer à faire de la finale de la Champions League un événement festif", a conclu le maire.

Image LCI. La mairie de Saint-Denis. 

(D'après AFP)

Commenter cet article

  • Natasha : Mais non il n'y a aucun rapport avec la politique menee par nos elus, ce genre de violence a d'ailleurs existe de tout temps...etc continuons donc a nous enfoncer la tete dans le sable, c'est plus confortable et ca nous evite d'avoir a trouver des solutions!

    Le 16/05/2006 à 14h20
  • Flo : Je me desole des reactions politiques. On menace des elus de la republique, qu'ils soient UMP, PS, PC on s'en fout. ce qui compte, ce sont les menaces sur les personnes pour des motifs futiles. heureusement, aucun elu n'a cherche l'heroisme ou l'autodefense, comprenant que le profil bas etait la seule attitude. les armes etaient peut etre, probablement je pense, factices, mais comment savoir? En tous cas, je regrette de voir sur ce site des gens qui disent "messieurs de gauche..blablabla..." ca me desole autant d'idiotie.

    Le 16/05/2006 à 13h43
  • Jérôme : Mais arretez tous de lier ce fait divers à la politique, il n'y a aucun rapport. C'est l'histoire de 2 individus dérangé, soit fan de foot, soit assoiffés par l'appât du gain. Point barre. Ce serait bien que tous les drames ne soit pas lié aux politiciens, car je vous rappelle que nous ne sommes même pas 1% en France à avoir les capacité de prendre leur poste. Les 2 meurtes d'enfant de ces derniers jours, c'est à cause des politiciens? Non. Alors, écrasez.

    Le 16/05/2006 à 13h42
  • Taz : On cumule dans cette histoire la bétise drainée par le foot et la lie des départements français !

    Le 16/05/2006 à 13h34
  • Girgi : Les estimations sont moteste j'ai vu sur e-bay 2 places partir à plus de 11000 euros ce qui est indécent et devrait etre interdit un tel marché noir est à proscrire et des gens achéte à n'importe quel prix !!

    Le 16/05/2006 à 12h56
      Nous suivre :
      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      logAudience