En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Une classe prépa pour jeunes défavorisés à Henry IV


le 15 mai 2006 à 15h46
Temps de lecture
3min
Lycée Henri IV

Lycée Henri IV / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SociétéLe prestigieux lycée parisien ouvrira, à la rentrée prochaine, une classe préparatoire aux études supérieures devant accueillir trente bacheliers de milieux défavorisés. Objectif: préparer en un an ces élèves à intégrer une prépa traditionnelle.

Les bons élèves issus d'un quartier difficile ou défavorisé pourront désormais intégrer une classe préparatoire du prestigieux lycée parisien Henri-IV, afin de briguer une place dans une grande école. A la rentrée prochaine, l'établissement ouvre une classe préparatoire aux études supérieures (CPES), classe expérimentale de trente bacheliers pour milieux défavorisés, destinée à préparer en un an à une prépa traditionnelle.

Une première en France

En annonçant lundi à la presse cette expérience, imaginée par Henri-IV et validée officiellement en décembre 2005 par le gouvernement, le proviseur du lycée Patrice Corre a parlé de "pari enthousiasmant et nécessaire". Première initiative de ce type en France, elle s'intègre toutefois à une série de tentatives de démocratisation de l'accès au supérieur, comme la "discrimination positive" menée depuis cinq ans à Sciences-Po avec un concours d'entrée spécifique pour lycéens issus de ZEP.

"Nous allons les choisir parmi les jeunes qui ont toutes les capacités pour réussir, mais qui n'imaginaient pas, pour des raisons socioculturelles, qu'ils pourraient intégrer une grande école", a précisé Patrice Corre. "Le recrutement pour les filières d'excellence de certains jeunes de milieu modeste a baissé, il était beaucoup plus ouvert il y a trente ou quarante ans. Alors, nous allons combattre l'autocensure et aller les chercher nous même", a souligné le recteur de l'académie, Maurice Quenet.

Recrutés dans 240 lycées

Diplômés du bac général, tous boursiers (critère incontournable) et de bon niveau scolaire, ils seront choisis par Henri-IV (en deux vagues, avant et après le bac) après avoir été sélectionnés par leurs lycées. 240 lycées en France sont concernés. Les trente jeunes suivront des cours intensifs avec 11h de tronc commun et 16 à 18h de disciplines différentes, selon qu'ils s'orienteront vers une prépa littéraire, scientifique ou économique. Ils bénéficieront d'un encadrement renforcé et d'un tutorat assuré par des étudiants volontaires, issus de grandes écoles.

Un accompagnement spécial

L'accent sera mis sur l'acquisition d'une culture générale, celle souvent acquise hors scolarité dans des milieux familiaux plus favorisés. Grâce à des partenariats et des mécenats, ils auront droit à des sorties culturelles: conférences, spectacles, visites de musées et expositions. Par ailleurs, ils bénéficieront de compléments de bourses, de dons et de prêts de matériel et seront logés à la Cité universitaire internationale, qui dérogera pour eux à l'accueil exclusif d'étudiants de deuxième cycle et plus.

"Notre objectif est 100% de réussite", explique Patrice Corre, signalant que certains élèves, particulièrement brillants, pourraient intégrer une prépa traditionnelle au bout de quelques semaines seulement de CPES mais qu'ils continueraient à bénéficier de l'accompagnement spécial prévu car "le mérite ne doit pas être parasité par des contingences sociofinancières", a-t-il lancé.

Image LCI. Lycée Henry IV.

(D'après AFP)

Commenter cet article

  • Sami : C'est une blaque ou quoi? on prend les élèves des milieux défavorisés et on les met tous dans une meme classe. est ce que le but n'était plutot pas de les mélanger avec les "favorisés" ? Ca va etre la classe ou les profs punis iront enseigner...

    Le 15/05/2006 à 16h41
  • Hugues : Depuis quand être boursier signifie être défavorisé?? les enfants du plus gros agriculteur de ma région sont boursiers.....et sont loins d'être à plaindre!!

    Le 15/05/2006 à 16h25
  • Damien : Excellente initiative... Une idée suivie par l'accord du Gouvernement, cette équipe réussira... Bravo...

    Le 15/05/2006 à 16h24
  • Montjoye : C'est totalement injuste ! On se moque de qui là ? en résumé il vaut mieux etre pauvre en ZEP que pauvre à Paris !

    Le 15/05/2006 à 16h22
      Nous suivre :
      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      Document - Henry : « Sans mon père, je n’en serais pas là »

      logAudience