En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Imad Lahoud se défend d'être le pirate

Edité par
le 20 mai 2006 à 08h05
Temps de lecture
3min
Imad Lahoud (LCI/TF1)

Imad Lahoud (LCI/TF1) / Crédits : (LCI/TF1)

A lire aussi
SociétéL'informaticien dément, dans le Figaro, avoir pénétré le système informatique de la société Clearstream pour y chercher des listes de comptes à la demande de Jean-Louis Gergorin. Par ailleurs, le patron de la DST nie avoir évoqué l'affaire avec le même Gergorin lors d'une rencontre en 2004.

Certains voudraient en faire le pirate informatique. Celui qui aurait pénétré le système de Clearstream, pour y pêcher les listes de comptes à la demande de l'ex vice-président d'EADS, Jean-Louis Gergorin. Celui qui, selon le général Rondot, aurait falsifié ces documents pour impliquer Nicolas Sarkozy. Lui dément. Et comme l'ont fait tour à tour plusieurs acteurs clé de cette affaire, il s'exprime dans la presse.

"Je n'ai jamais pénétré le système informatique de Clearstream. Je n'ai jamais essayé. Je n'ai donc jamais fait de démonstration (...) Je mets (le général Rondot) au défi d'apporter la plus petite preuve à ces accusations", assure-t-il au Figaro samedi. "Ce n'est pas moi le corbeau et ce n'est pas moi le falsificateur. Je n'étais pas le seul informaticien à fréquenter (Jean-Louis Gergorin). Tous les cabinets, tous les consultants de Paris étaient en relation avec lui".

La DST informée par la presse

L'informaticien affirme avoir été "présenté par Jean-Louis Gergorin au général Rondot au début de l'année 2003". C'est ainsi qu'il commence à travailler pour la DGSE "de février 2003 à mai 2003". Après et jusqu'en juillet 2004, il assure avoir travaillé "essentiellement pour le général Rondot". Pas sur l'affaire Clearstream : "Je travaillais exclusivement sur les réseaux de financement islamistes", affirme-t-il.

Selon le Figaro, le chef du contre-espionnage français, Pierre de Bousquet de Florian avoir entendu parler de l'affaire Clearstream la première fois par Dominique de Villepin, "le 4 juillet 2004". Et, non, par Jean-Louis Gergorin, qu'il admet toutefois avoir rencontré "le 3 mars 2004" au cours d'un déjeuner pendant lequel "à aucun moment, l'affaire Clearstream n'a été évoquée en tant que telle". Quand à l'implication fausse de Sarkozy, le patron de la DST l'aurait apprise "après la publication d'un article du Point" le 8 juillet 2004.

(Image TF1/LCI : Imad Lahoud)

Commenter cet article

  • Vastre : Chaque personne qui fait des révélations complique un peu plus la situation. Les citoyens ne comprennent plus rien; les journalistes comprennent un peu plus, on l'espère. Les juges doivent disposer de tous les éléments qui leur permettront de nous dire la vérité dans une vingtaine d'années. Ces gens là réfléchissent sans ADSL, à la vitesse de l'escargot. D'ici là on sera passé à autre chose. Le Président actuel aura rejoint, bien avant, son prédécesseur au royaume de la truanderie ! L'essentiel est que ni Sarko ni Ségolène ne soient Présidents. Alors, ce sera peut être le Pen.

    Le 20/05/2006 à 17h33
  • Vastre : Nous attendons les révélations de demain, celles d'aujourd'hui sont déjà dépassées.... TOut est devenu bien trop compliqué pour des êtres humains normaux (qui n'ont pas fait l'ENA). Les citoyens retiennent seulement qu'ils sont et seront toujours gouvernés par des gens malhonnêtes qu'ils qualifient habituellement du terme "pourris" (très approprié). Et dans 10 mois, tout le monde sera étonné des résultats du premier tour, avant de l'être de celui du second ! Les citoyens ne vivent pas dans le même monde que leurs élus de 2002 !

    Le 20/05/2006 à 16h39
  • Dino : J'ai lu comme beaucoup de personnes un article sur ce monsieur lahoud dans paris match cette semaine ; qui emane de services compétents , et qui est completement en sa défaveur . Ce franco-libanais , mercenaire de la finance , comme nous avons déja connu bien d'autres venus des mêmes horizons , ne pourra pas nier trop longtemp son impliquation , vu son passif sur le territoire français .

    Le 20/05/2006 à 14h16
  • A : Tout à fait d'accord avec pierre. Et honnêtement, si monsieur lahoud avait pénétré le système informatique de clearstream, les traces seraient très difficiles à trouver.

    Le 20/05/2006 à 12h41
  • Pierre : Vous melangez beaucoup de chose. On sait tres clairement d'ou viennent les fichiers non modifiés. C'est de source interne à clearstream via un journaliste enquetant sur cette société. Lahoud est accusé d'avoir modifié ces fichiers et pas de les avoir obtenus. Sanchant que n'importe quelle secrétaire sachant utiliser Excel pourrait modifier ces fichiers.

    Le 20/05/2006 à 12h23
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience