En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Jusqu'à quatre mois fermes requis contre les faucheurs volontaires


le 16 mai 2006 à 20h34 , mis à jour le 16 mai 2006 à 20h34.
Temps de lecture
2min
OGM faucheurs volontaires
À lire aussi
SociétéLes peines requises mardi à l'encontre des quarante-neuf militants anti-OGM rejugés en appel pour le fauchage de maïs génétiquement modifié vont de quatre mois de prison avec sursis à quatre mois fermes. Le jugement devait être mis en délibéré mardi soir.

Des peines allant de quatre mois de prison avec sursis à quatre mois fermes ont été requises mardi devant la cour d'appel d'Orléans à l'encontre de 49 militants anti-OGM, rejugés pour le fauchage de parcelles de maïs génétiquement modifié dans le Loiret en 2004 et 2005.

En première instance, le 28 octobre 2005, devant le tribunal correctionnel d'Orléans, le procureur avait requis des peines de trois mois de prison avec sursis à trois mois ferme. Le 9 décembre, les 49 "faucheurs volontaires" avaient finalement été relaxés par le tribunal correctionnel qui avait reconnu "l'état de nécessité" de leur action. Le parquet et la société américaine d'agrochimie Monsanto, propriétaire des parcelles fauchées, avaient fait appel du jugement.

Après les plaidoiries de la défense, le jugement devait être mis en délibéré dans la soirée de mardi.

Les 49 prévenus dont deux élus Verts, comparaissent depuis lundi pour "dégradation grave du bien d'autrui commise en réunion". Quarante-quatre d'entre eux sont poursuivis pour un fauchage commis le 14 août 2004 à Greneville-en-Beauce. Cinq autres, ainsi que trois du groupe des 44, répondent également d'une autre action menée le 7 juillet 2005 à Greneville-en-Beauce et à Neuville-aux-Bois. Monsanto avait porté plainte contre les deux fauchages.

Image. Militants anti-OGM. DR.

Commenter cet article

  • François REICH : Il est tout à fait normal que des gens qui détruisent volontairement des biens (qu'ils soient privés ou publics) soient condamnés ! Que diraient-ils si j'allais avec quelques amis détruire des porcheries parce que je les trouve dangereuses pour les nappes phréatiques ? Est-ce qu'ils ne porteraient pas plainte ???

    Le 17/05/2006 à 11h41
      Nous suivre :
      Crash du MH17 : une bagarre éclate au Parlement ukrainien

      Crash du MH17 : une bagarre éclate au Parlement ukrainien

      logAudience