En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le plaidoyer anti-OGM des faucheurs volontaires


le 15 mai 2006 à 20h01
Temps de lecture
3min
OGM faucheurs volontaires
À lire aussi
Société"L'illégalité n'est pas dans le camp que l'on croit. La France est en faute en n'appliquant pas les directives européennes." Lundi à Orléans, les quarante-neuf militants anti-OGM rejugés en appel pour le fauchage de maïs génétiquement modifié ont revendiqué la "légalité" de leur action.

Rejugés en appel à Orléans, 49 militants anti-OGM ont revendiqué lundi "la légalité" de leur action pour justifier le fauchage sauvage de parcelles de maïs génétiquement modifié dans le Loiret en 2004 et 2005. "L'illégalité n'est pas dans le camp que l'on croit. La France est en faute en n'appliquant pas les directives européennes concernant les conditions dans lesquelles doivent être réalisées les essais d'OGM", a lancé à la barre Gérard Onesta, vice-président Vert du Parlement européen.

"Nous ne sommes pas contre la science", a précisé Daniel Evain, agriculteur biologique et ancien ingénieur chez Monsanto. "Mais il existe des doutes. Les militants n'avaient pas d'autres solutions". "Nous sommes dans un état de nécessité", a insisté, en marge du procès, le leader altermondialiste José Bové. Les 49 faucheurs volontaires sont jugés en appel après avoir été relaxés en décembre par le tribunal correctionnel d'Orléans qui avait reconnu "l'état de nécessité" de leur action. Cette décision avait été saluée par les écologistes et les mouvements anti-OGM comme "la première victoire des faucheurs volontaires devant les tribunaux".

L'expérimentation en champ "une étape nécessaire"

44 faucheurs volontaires, dont certains portaient des tee-shirts "non aux OGM", étaient présents lundi. Parmi eux, figuraient les élus Verts Francine Bavay (vice-présidente de la région Ile-de-France) et Yves Contassot (adjoint au maire de Paris, chargé de l'environnement), le vice-président d'Attac François Dufour, ainsi que Jean-Emile Sanchez, ancien porte-parole de la Confédération paysanne. Ils sont poursuivis pour "dégradation grave du bien d'autrui commise en réunion", en l'occurrence des parcelles ensemencées par la société américaine d'agrochimie Monsanto qui a fait appel de la décision invoquant "le droit à la recherche".

"L'expérimentation en champ, c'est la logique. C'est une étape nécessaire pour compléter les résultats obtenus en laboratoire", a souligné Philippe Gratien, directeur du mouvement professionnel des semences et témoin de la partie civile. Egalement appelé par la partie civile, le président de la FDSEA du Loiret, Michel Masson, a déclaré ne pas comprendre "comment on peut s'en prendre à des agriculteurs qui aiment leur terre" en détruisant des récoltes.

Quarante-quatre faucheurs volontaires sont poursuivis pour un fauchage commis le 14 août 2004 à Greneville-en-Beauce. Cinq autres, ainsi que trois du groupe des 44, répondent également d'une autre action menée le 7 juillet 2005 à Greneville-en-Beauce et à Neuville-aux-Bois. Ils encourent cinq ans de prison, une privation de leurs droits civiques, civils et familiaux, ainsi que 75.000 euros d'amende. Le 28 octobre, à l'issue du procès, le procureur avait requis des peines de trois mois de prison avec sursis à trois mois ferme. Le procès se termine mardi et la cour d'appel devrait mettre son arrêt en délibéré. Avant le début de l'audience, la cour a mis en délibéré au 27 juin sa décision concernant la demande de 44 autres militants anti-OGM, présents lors des deux fauchages, de comparaître devant la justice. Ils avaient fait appel après une décision négative du tribunal correctionnel d'Orléans.

Image. Militants anti-OGM. DR.

Commenter cet article

  • Philippe : Si ces faucheurs sont dans la legalite, que ne se font ils pas embauches par l'Union europeenne afin d'aller faucher les champs sur l'emsemble des territoires des etats membres... J'aimerias voir le traitement qu'ils recevraient dans certains des pays... On croit rever! une fois de plus une minoroite se fait passer pour majorite!!

    Le 16/05/2006 à 01h39
      Nous suivre :
      Teddy Riner : "Cette médaille est pour mon fils et pour ma femme"

      Teddy Riner : "Cette médaille est pour mon fils et pour ma femme"

      logAudience