En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Pour Robien, Bayrou "a échoué"


le 17 mai 2006 à 11h44
Temps de lecture
3min
Gilles de Robien

Crédits : TF1

A lire aussi
SociétéLe patron de l'UDF a franchi le Rubicon en votant mardi avec la gauche mais n'a été suivi que par un tiers des députés centristes. Le ministre de l'Education estime qui'il est "désormais minoritaire dans son propre parti".

François Bayrou a eu beau tenir la vedette mardi à l'Assemblée lors du débat de censure, il n'a réussi à rallier à sa démarche qu'un député sur trois (11 sur 30). Sur un vote inédit depuis la création de l'UDF, le président de l'UDF est resté minoritaire parmi ses troupes. La menace de représailles de l'UMP lors des prochaines législatives a pesé de tout son poids dans la décision de nombre d'élus.

Cette division du groupe centriste signe pour Gilles de Robien " l'échec " de la stratégie de François Bayrou. Invité de RTL ce matin, le rival du ministre de l'Education a estimé que ce dernier "avait échoué" dans sa tentative d'entraîner l'UDF sur des voies "aventureuses ". " François Bayrou est dans l'opposition", a déclaré Gilles de Robien, seul représentant de l'UDF au gouvernement. "Sous la Ve République ça ne se discute pas (...) : Lorsqu'on vote une motion de censure, on passe dans l'opposition ".

Bayrou "minoriraire"

Gilles de Robien a également affirmé que François Bayrou était "minoritaire" au sein de son propre parti : "Il est mis en minorité par ses députés. Il devrait retourner vers le congrès (de l'UDF) pour savoir si désormais l'UDF est dans l'opposition toute entière, si c'est la nouvelle ligne de l'UDF." Il a cependant estimé que l'UDF n'était pas morte, tant que le "canal historique" qu'il affirme représenter "essaiera (...) de raisonner François Bayrou (...) qui est sur une ligne très personnelle". Il a également minimisé l'absentéisme massif des députés de l'UMP, dont beaucoup n'ont pas assisté mardi au débat et au vote sur la motion de censure déposée par les socialistes, à la suite de l'affaire des faux listings de la société Clearstream qui a éclaboussé le gouvernement. "C'est peut-être la première fois qu'une motion de censure est basée sur des rumeurs", a-t-il dit. "C'est pour ça que les députés ne sont pas motivés du tout."

Mardi soir, les proches de François Bayrou avaient minimisé la division du groupe UDF et les menaces du président du groupe UMP à l'Assemblée Bernard Accoyer. " Rendez-vous au soir du premier tour de la présidentielle, et rendez-vous au soir du second tour, et après on verra qui joue les gros bras " a lancé Maurice Leroy. " L'UDF va avoir 577 candidats aux élections législatives, elle l'a toujours dit", a expliqué de son côté Jean-Christophe Lagarde, élu de Seine-Saint-Denis. "Bernard Accoyer veut que l'UMP ait 577 candidats, c'est normal, c'est le peuple français qui tranche", a-t-il ajouté. La stratégie de François Bayrou d'assumer jusqu'au bout sa rébellion et son indépendance sera en effet tranchée par les électeurs lors des scrutins de 2007.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      logAudience