En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Villiers accuse Sarkozy de détourner les moyens de l'Etat

Edité par
le 21 mai 2006 à 17h25
Temps de lecture
3min
TF1/LCO Philippe de Villiers MPF radio J

Crédits : Radio J

À lire aussi
SociétéLe président du Mouvement pour la France a accusé Nicolas Sarkozy, dimanche sur Radio J, de faire "campagne sur les caisses de l'Etat" lors de ses déplacements en tant que ministre de l'Intérieur. Il assure que la loi sur l'immigration aura l'effet inverse de celui attendu.

Philippe de Villiers a accusé Nicolas Sarkozy, dimanche sur Radio J, de faire "campagne sur les caisses de l'Etat". Le président du Mouvement pour France s'est interrogé sur le financement des récents déplacements à Nîmes et en Afrique du ministre de l'Intérieur. "Le moindre déplacement doit figurer dans un compte de campagne depuis le 1er avril", a-t-il rappelé.

Philippe de Villiers estime aussi que le ministre de l'Intérieur détourne les moyens de l'Etat à des fins personnelles. Il a rappelé à ce propos une phrase attribuée au président de l'UMP qui, pour justifier son retour au ministère de l'Intérieur, il y a un an, "avait dit: 'comme ça j'aurai la main sur les services'". "On est là devant un Etat qui est mis en coupe réglée avec une classe politique qui cherche à utiliser les services de renseignement, non pas pour protéger la sécurité nationale, mais pour faire tomber le voisin, le concurrent", a expliqué le leader du MPF, évoquant l'affaire Clearstream.

"Un Chirac miniaturisé"

Sans apporter un début de preuve, Philippe de Villiers s'est dit persuadé, toujours à propos de l'affaire, qu'il y avait "certainement aujourd'hui des comptes à l'étranger qui (servaient) les campagnes présidentielles". Il y a "forcément un fond de vrai", a-t-il ajouté, sans plus donner de détails sur ce qui lui permettait d'avancer une telle accusation. Et dans un élan d'ironie : "Da Vinci Code, à côté, c'est un truc d'amateurs" "Tout cela est un spectacle lamentable. (...) On est dans une République bananière".

Concentrant décidément ses attaques sur le ministre de l'Intérieur, Philippe de Villiers a assuré que la loi Sarkozy sur l'immigration choisie, "une loi raciste", allait "amener une vague supplémentaire d'immigration, l'immigration du travail qui va s'ajouter à l'immigration de peuplement". D'où tire-t-il cette information ? Des "milieux bien informés". "Jacques Chirac a trompé les Français comme je pense, demain, Nicolas Sarkozy les trompera. Nicolas Sarkozy, c'est un Chirac miniaturisé", a dit le président du Mouvement pour la France.

(Philippe de Villiers à radio J dimanche/DR)

Commenter cet article

  • Jonathan : Villers a peur que sarkosy lui pique des voix et c'est tant mieux ! vive sarkosy président en 2007 !

    Le 21/05/2006 à 21h16
  • DUPONT : De nos jours, il faut beaucoup de courage pour défendre la France ! Heureusement, il existe encore des citoyens français pour le faire !

    Le 21/05/2006 à 20h48
  • HOCINE : Monsieur SARKOZY dérange,ses qualités sont indéniables . Il est dans l action , fait bouger les choses . Pose ,les vrais questions ! Interpelle, provoque, choque ! Il ne laisse pas indifférent . L'aimer ou le détester est la question ?

    Le 21/05/2006 à 20h29
  • Moi : Villiers, il représente l'alternative à une classe politique décadente.

    Le 21/05/2006 à 20h11
  • Victor : Je crois que Mr Philippe de Villiers a raison. De quel droit Mr Sarkosy se permet une compagne sur le dos du contribuable ? Il est clair que les deplacements de Mr Sarkozy s'apparentent plus à une compagne de pub et de relations publiques qu'à des services rendus à la France. (Sur quel critère TF1 se base pour poster ou pas des messages ?)

    Le 21/05/2006 à 19h41
      Nous suivre :
      Daniel Radcliffe revient sur son alcoolisme : "Je regrette d'en avoir parlé"

      Daniel Radcliffe revient sur son alcoolisme : "Je regrette d'en avoir parlé"

      logAudience