ARCHIVES

Vigilance orange dans le sud-est


le 31 juillet 2006 à 15h50
Temps de lecture
3min
Canicule carte
À lire aussi
SociétéLes départements du Gard, du Var, du Vaucluse, des Alpes-Maritimes et des Bouches-du-Rhône restent placés sous vigilance orange jusqu'à mercredi après-midi.

La canicule n'a pas totalement quitté l'hexagone. Cinq départements du sud-est de la France restent placés jusqu'à mercredi après-midi sous vigilance orange (alerte de niveau 3 sur 4) par MétéoFrance pour cause de canicule. Sont concernés : le Gard, le Var, le Vaucluse, les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône. Les départements voisins de l'Hérault, des Alpes-de-Haute-Provence, de l'Ardèche et de la Drôme ont, eux, été placés en vigilance jaune (niveau 2).

Selon Météo France, l'épisode de forte chaleur dans ces départements "perdurera jusqu'en milieu de semaine". Les températures minimales seront comprises entre 22 et 25 degrés, les maximales de 32 à 34 degrés sur la côte et de 35 à 38 à l'intérieur des terres. Météo France observe aussi que les maximales repartent à la hausse dans "des régions proches de la Loire, aux frontières du Benelux, de 22 à 30 degrés d'ouest en est, de la pointe Bretagne à l'Alsace".

Raffarin et Villepin sont des "pompiers pyromanes" , selon Royal

L'ancienne ministre socialiste de l'Environnement (1992-1993) condamne mardi dans Le Monde "les incohérences des politiques publiques" mises en oeuvre contre la canicule par les gouvernements Raffarin et Villepin qui sont, selon elle, des "pompiers pyromanes". "L'incohérence entre les discours et les actes vient encore d'être illustrée par plusieurs décisions qui constituent une insulte à l'intelligence citoyenne et une négation de la politique par la preuve", écrit Ségolène Royal dans sa tribune, en citant notamment "les récentes propositions d'allocation de quotas d'émission de CO2 aux différents secteurs industriels pour la période 2008-2012".

"Le gouvernement fait des cadeaux inutiles aux industriels et ce sont les particuliers qui souffrent des canicules à répétition", poursuit la présidente du conseil régional de Poitou-Charente qui dénonce par ailleurs "l'insupportable lenteur dans le développement des biocarburants due à l'absence d'une fiscalité écologique" ainsi que la "réduction des crédits d'investissement pour les transports collectifs".

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Cette année, la plus belle femme du monde est...

      logAudience