En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Evacuation du plus grand squat de France


le 17 août 2006 à 10h23
Temps de lecture
3min
Evacuation du squat de Cachan

Evacuation du squat de Cachan / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
SociétéLes 1000 résidants du plus grand squat de France, voué à la démolition, ont été évacués manu militari par les forces de police jeudi matin. L'ancienne résidence étudiante de Cachan, dans le Val-de-Marne, avait fait l'objet de plus de quatre ans de discussions et de guérilla judiciaire.

Des forces de police ont entrepris jeudi matin l'évacuation du plus grand squat de France, qui abrite un millier de personnes dans une ancienne résidence étudiante de Cachan, dans le Val-de-Marne, vouée à la démolition. La porte-parole de la préfecture du département du Val-de-Marne précise que "Les opérations ont débuté dans la matinée".

En raison d'un "audit de sécurité électrique qui présentait un grave danger pour les occupants, lié aux "multiples branchements sauvages", il avait été décidé de procéder en urgence à l'évacuation de cette ancienne résidence universitaire de plus de 300 chambres occupée depuis 2001".

Solutions "dignes et décentes"

Les occupants avaient multiplié les manifestations et opérations médiatiques pour se battre jusqu'au bout et tenter de déjouer l'évacuation, qu'ils savaient inéluctable. Ils avaient notamment organisé au début du mois une "nuit de solidarité", au son du zouk et de rythmes africains, pour réclamer le "relogement de tous" et la régularisation des sans-papiers figurant parmi eux. Les "1000 et leurs soutiens" ont également organisé plusieurs marches pour exiger des solutions "dignes et décentes".

Une cellule de relogement a été mise en place en août 2004, pour étudier la situation des occupants au cas par cas. Cette démarche s'est heurtée au fait que de nombreux squatters étaient en situation irrégulière, ce qui complique leur relogement. Cette évacuation vise à mettre fin à plus de quatre ans de discussions et de guérilla judiciaire autour d'un dossier épineux pour le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy.

Yves Jego, le secrétaire national de l'UMP, assure quant à lui, que cette mesure décidée "au titre du principe de précaution" était "destinée à protéger les centaines de squatteurs", du fait d'un "risque sérieux d'incendie".

Cinq familles évacuées dans le 15ème arrondissement de Paris

La police a évacué jeudi matin cinq familles qui squattaient un immeuble de la cité Falguières, dans le 15ème arrondissement de Paris, a-t-on appris auprès du Dal (Droit au logement). Les cinq familles, dont une trentaine d'enfants, a précisé le Dal, occupaient ces logements depuis 1997. Les familles africaines, selon l'association, devraient être hébergées provisoirement à l'hôtel. Une délégation du Dal, accompagnée par les familles, s'est rendue au pavillon de l'Arsenal, dans le 4ème arrondissement, pour rencontrer un représentant des services du logement de la mairie de Paris ainsi que le chef de cabinet du préfet de Paris. Plusieurs procédures d'expulsion avaient été lancées contre les habitants de l'immeuble dont la dernière en date au mois de mai, a précisé un militant du Dal. 

(Image d'archive: TF1-LCI)

Commenter cet article

  • Guillaume : Stéphanie a sûrement confondu avec 'resident' en anglais LCI : non, "résident" existe bien en français mais il ne concerne que les personnes vivant ailleurs que dans leur pays. Nous parlons que de personnes qui habitent dans le squat, soit des "résidants".

    Le 17/08/2006 à 11h49
  • Guillaume : Quand on sait qu'en 1998 il était déjà question de démolir ce bâtiment F du campus de l'ENS, qu'en 2000 un panneau à l'entrée du campus précisait déjà la nature des travaux de démolition à venir et que ce bâtiment aurait dû être détruit après le relogement des étudiants s'y trouvant ... au moins quatre ans de squat, des milliers de mètres cubes d'eau perdus à cause des fuites et l'électricité qui n'était pas coupée tout ça payé par le contribuable puisque le bâtiment est la propriété du CROUS, des rats dans le bâtiment... les associations d'extrême gauche ont encore frappé !

    Le 17/08/2006 à 11h48
  • Benoît : Il est quand même dommage que cette évacuation ait été faite pour des raison de sécurité... Occupation illégale = évacuation systématique Que la loi soit respectée !!! Je ne paye pas des impôts pour autre chose.

    Le 17/08/2006 à 11h45
  • Pierre Bernardi : Il faut saluer les efforts de l'équipe préfectorale dans l'accomplissement d'une tâche ardue, qui réclame de leur part le plus grand professionnalisme. Pensons aussi au drame humain que représente pour les nombreuses familles concernées l'évacuation de leur domicile, et souhaitons à tous d'être relogées dans des conditions compatibles avec leur dignité.

    Le 17/08/2006 à 11h34
  • Stephanie : Ouh la belle faute à "résidAnts" :D LCI : en êtes-vous vraiment certaine ? ;)

    Le 17/08/2006 à 11h30
      Nous suivre :
      L'Hérault sous les eaux filmé depuis un hélicoptère

      L'Hérault sous les eaux filmé depuis un hélicoptère

      logAudience