En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un SDF séquestré et maltraité pendant deux ans

Edité par
le 16 août 2006 à 15h30
Temps de lecture
3min
SDF pauvreté exclusion

Crédits : INTERNE

À lire aussi
SociétéHébergé par un couple d'amis, un SDF de 46 ans a été affamé et battu pendant deux ans. Son RMI était détourné par les deux marginaux. Dénoncés par une lettre anonyme, ses geôliers ont été mis en examen.

"Une version moderne des Misérables". Le procureur adjoint de Dunkerque, Philippe Olivier, n'a pas trouvé meilleure comparaison pour décrire la situation vécue par ce SDF séquestré et maltraité pendant deux ans dans une fermette de Zegerscappel, dans le Nord. Affamé, frappé, spolié, cet homme de 46 ans, sans domicile, avait demandé en septembre 2004 le gîte et le couvert à un ami, lui-même sans emploi. Ne disposant pas de compte en banque, la victime avait souhaité que son RMI soit versé sur celui de son hôte. Il n'en verra plus la couleur.

" Il a subi des brimades et des sévices", a raconté mercredi à lci.fr Philippe Olivier. "Il était même enfermé dans un chenil." Très faible lors de sa prise en charge par les gendarmes, il était en état de malnutrition. "Mais le couple aussi, précise Philippe Olivier. C'est la cour des Miracles."

"Abus de faiblesse sur personne vulnérable"

Symptomatique, d'après le procureur adjoint, de la misère sociale qui touche certaines populations de régions sinistrées, l'affaire a été révélée par une lettre anonyme adressée au parquet de Dunkerque. L'enquête montrera qu'elle a été envoyée par l'ex-concubine de la victime, placée depuis dans un foyer à Saint-Omer.

Le couple de marginaux, inconnu des services de police, a reconnu avoir infligé ces mauvais traitements. Mis en examen pour "abus de faiblesse sur personne vulnérable", il est convoqué le 26 octobre devant le tribunal correctionnel de Dunkerque. Il risque un an de prison avec sursis.

Photo AFP

Commenter cet article

  • Cyrille : "Abus de faiblesse", non mais on croit rêver la ... Séquestration ils ne connaissent pas ? Violence, etc .. à la limite de la torture ! C'est vraiment honteux que la justice ne voit dans cette affaire qu'un simple abus de faiblesse !

    Le 16/08/2006 à 17h55
      Nous suivre :
      Un permis pour naviguer sur Internet

      Un permis pour naviguer sur Internet

      logAudience