En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sarkozy propose un "mini-traité" pour l'Europe


le 08 septembre 2006 à 15h29
Temps de lecture
3min
TF1/LCI : Nicolas Sarkozy au 20 heures de TF1

Nicolas Sarkozy au 20 heures de TF1 / Crédits : DR

SociétéLe président de l'UMP a prôné vendredi l'adoption, avant la fin 2008, d'un "mini-traité" européen reprenant l'essentiel du projet de Constitution rejeté par les Français et les Néerlandais.

Un "mini-traité". Pour commencer. Nicolas Sarkozy a proposé vendredi un texte qui doterait l'Europe, dès 2009, "de règles de fonctionnement efficaces", avant la réunion d'une "convention" qui élaborerait un nouveau "traité fondamental". L'une des priorités du "mini-traité" serait de "changer la règle de l'unanimité" parce que "la seule façon de sauver l'Europe politique, c'est de faire sauter ce verrou", a déclaré le ministre de l'Intérieur dans un discours à Bruxelles. Le président de l'UMP suggère "la création d'un mécanisme de majorité super-qualifiée qui exigera 70 ou 80% des votes pour qu'une décision soit adoptée", notamment dans le domaine de "la fiscalité".

Ce mini-traité, qui permettrait selon lui de sortir de la "crise sourde, profonde" que connaît l'UE, doterait l'Union européenne d'une "présidence stable", au lieu de la présidence tournante actuelle, et d'un "ministre des Affaires étrangères".

"Grand débat démocratique"

Nicolas Sarkozy réclame par ailleurs une "réforme ambitieuse" du financement de l'UE, avec des dépenses financées "par des ressources européennes et non plus par les budgets nationaux. Ce sera l'un des dossiers importants de la présidence française" (2008), a-t-il promis.

Pour préparer ce "traité fondamental", Nicolas Sarkozy imagine un "grand débat démocratique" après les élections européennes de 2009", sous la forme d'une "grande Convention dont les membres seraient désignés après un vrai débat devant les parlements nationaux (avec) un mandat très large" pour "nous mettre en situation de rétablir la capacité de décision" de l'UE.

D'après AFP

(Image d'archives TF1/LCI)

Commenter cet article

  • David : Encore de bonnes idées, Bravo Nicolas, Courage!

    Le 08/09/2006 à 18h08
  • Armand : Et dans ce traité, c'est sur, les pays vont devoir continuer à acheter leur propre monnaie... pour échanger le fruit de NOTRE travail… on doit payer !!! Résultat : Nous voilà endetté de plus en plus, nous payons des intérêts sur une monnaie que l’on pourrait imprimer nous-même ! Vous voulez continuer à toujours entendre « pas de financement pour [n’importe quel sujet] » ? Alors laissez la BCE - cet organisme privé - qui n’a de compte à rendre à personne, ni de leçon à recevoir d’aucun état, continuer à gérer NOTRE argent. Nous travaillons pour nous enrichir, nous avons besoin de monnaie pour échanger ces richesses que l’on créer. Il est hors de question que l’on continue à payer ce moyen d’échange qui s’appel monnaie. Vous l’imprimer suivant les richesses que l’on créé, vous la détruisez suivant les richesses consommé. Point barre, personne ne doit rien à personne !!!

    Le 08/09/2006 à 17h56
  • Regis : De toute facon un référrendum me semble obligatoire.... pour moi ce sera toujours non, l'europe ne m'a absolument rien apporté a part une perte de pouvoir d'achat...

    Le 08/09/2006 à 17h43
  • Maret : On sort enfin du débat Franco-Français bravo Mr Sarkozy de proposer des idées pour sortir l'EU de la pannade

    Le 08/09/2006 à 17h35
  • Vastre : Qu'en pense Ségolène ? Peut-elle rester silencieuse ? Il lui faut d'urgence avoir une opinion : "Vite, François, appelle Jack pour localiser où est l'Europe et surtout savoir à quoi çà peut servir".

    Le 08/09/2006 à 17h10
      Nous suivre :
      Espèce rare et protégée : le petit okapi Jackson va bien

      Espèce rare et protégée : le petit okapi Jackson va bien

      logAudience