En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Détenu tué à Rouen : deux surveillants suspendus


le 19 septembre 2008 à 21h27 , mis à jour le 19 septembre 2008 à 21h27.
Temps de lecture
3min
prison Rouen

La prison de Rouen / Crédits : TF1

A lire aussi
Faits diversAprès qu'un détenu a été tué le 10 septembre par son codétenu à la maison d'arrêt de Rouen, ils ont été suspendus vendredi, à cause de "divergences importantes entre leurs déclarations".

Deux surveillants de la maison d'arrêt de Rouen, où un détenu a récemment été tué par son codétenu (lire notre article), ont été suspendus de leurs fonctions vendredi, dans le cadre d'une enquête administrative, a indiqué l'Administration pénitentiaire (AP), confirmant une information de source syndicale. Le directeur de l'AP, Claude d'Harcourt, "a décidé de suspendre deux agents", a indiqué l'Administration à Paris, car "il y a manifestement des divergences importantes entre leurs déclarations et celles des autres personnes entendues" dans le cadre de l'enquête.
 
Le corps de la victime, un homme de 26 ans détenu notamment pour conduite en état d'ivresse, avait été découvert dans sa cellule vers 23h30 le 10 septembre, lors d'une ronde de routine. Son décès serait consécutif à une bagarre avec son codétenu âgé de 20 ans, qui a depuis fait l'objet d'une mesure d'hospitalisation d'office en psychiatrie. Dès le lendemain des faits, a affirmé l'AP vendredi, la ministre de la Justice, Rachida Dati, avait mandaté sur place l'Inspection des services pénitentiaires "pour qu'une enquête soit faite au plus vite sur les circonstances" du drame. Cette enquête, menée parallèlement aux investigations diligentées par le tribunal de Rouen, doit se poursuivre après les deux suspensions décidées vendredi.
 
Céline Verzeletti, responsable nationale de la CGT-Pénitentiaire, a qualifié de "scandaleuse" la décision de M. d'Harcourt. "Ca va être la goutte d'eau qui fait déborder le vase (...) C'est un peu facile de tout mettre toujours sur le dos des mêmes", a-t-elle déclaré, faisant remarquer que les deux suspensions intervenaient au lendemain d'une visite de Rachida Dati à la maison d'arrêt de Rouen.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      "Rollerman", l'homme au corps recouvert de roulettes

      logAudience