En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le témoignage qui relance l'enquête

Edité par
le 18 septembre 2008 à 08h36
Temps de lecture
3min
Un avis de recherche pour le petit Antoine, le 14 septembre 2008

Un avis de recherche pour le petit Antoine, le 14 septembre 2008 / Crédits : LCI

A lire aussi
Faits diversUne jeune fille, qui gardait occasionnellement Antoine, avait rendu visite à sa mère le 8 septembre au soir, et n'avait alors pas vu l'enfant dans l'appartement.

Un nouveau témoignage recueilli mercredi par les enquêteurs pourrait donner une autre tournure à l'affaire de la disparition du petit Antoine. Une jeune fille de 16 ans, qui gardait occasionnellement l'enfant, avait rendu visite à sa mère le 8 septembre au soir, et n'avait alors pas vu l'enfant dans l'appartement. Antoine a officiellement été porté disparu le 11 septembre.
 
«En soi, ces déclarations ne démontrent pas grand-chose dans la mesure où Antoine avait l'habitude de jouer dehors tard le soir», explique le procureur de Clermont-Ferrand, Jean-Yves Co­quillat. Cependant, la jeune femme, qui affirme ce soir-là avoir été bousculée par le concubin de la mère, confirme d'autres témoignages évoquant un homme au tempérament violent. Ni le concubin, ni la mère d'Antoine n'ont encore été entendus sur ce  témoignage. "Ils le seront par le juge d'instruction en temps voulu", a conclu M. Coquillat.

La disparition d'Antoine "n'est pas fortuite"

Par ailleurs, les spéléologues qui ont parcouru mercredi le réseau souterrain de la ville d'Issoire (Puy-de-Dôme), accessible par des trappes situées dans des arrière-cours, afin de retrouver Antoine, n'ont rien trouvé, a-t-on appris de source judicaire. "On recherche tous azimuts, toutes les hypothèses sont encore ouvertes, y compris celle d'une blague et d'une fugue", a pour sa part indiqué l'officier de communication pour la région Auvergne.
 
Antoine, signalé disparu le 11 septembre, avait fait sa rentrée scolaire le 2 septembre, mais n'était pas retourné en classe depuis, en raison d'une gastro-entérite, selon sa mère, prénomée Alexandrine. La grand-mère de l'enfant est quant à elle persuadée que la disparition d'Antoine "n'est pas fortuite"."Alexandrine et lui s'adoraient. Ce n'est pas contestable, déclare-t-elle jeudi dans les colonnes du Parisien. Ce soir-là il est resté seul à la maison. Pour le faire sortir de chez lui, on a dû lui promettre de retrouver sa mère. D'autant plus qu'il y avait de l'orage. Beaucoup de gens parlent à tort et à travers au sujet d'Alexandrine pour lui causer du tort (...) Aujourd'hui, elle est effondrée et ne tient debout que grâce aux médicaments".

Commenter cet article

  • Cecile : Je pense qu'il faut laisser faire la justice et arrêter de critiquer ... peu être que ce que dis la mère est vrai l'enfant a bien disparu ... mais ou ???? quand ???? comment???avec qui ?

    Le 19/09/2008 à 14h06
  • Patricia : Bonjour Une fugue ou une blague , il faut arrêter de prendre les gens pour des abrutis ! mon enfant à 7 ans et ne connait meme pas le sens du mot fugue !! je trouve que cette histoire tourne en longueur

    Le 18/09/2008 à 15h35
  • MIKE : Je suis étonné de la lenteur prise dans l 'enquète, en maintenant pendant des jours la thèse de la fugue, avant de requalifier le fait, alors que l'on savait qu'il était absent de l'école, sans d'ailleurs que l'institutrice demande un justificatif médical, le témoignage variable de l'employeur de la mère, et ceci devant la télé, la probabilité d'une famille plutot décomposée , que recomposée, il y quelque chose de malsain dans cette affaire , que l'on ose pas découvrir.

    Le 18/09/2008 à 15h21
  • Parent : Je ne savais pas qu'une gastro durait aussi longtemps et nécessitait autant d'absence. A partir de là, des questions auraient dûes se poser En ce qui concerne le témoignage de la jeune fille, je ne comprend pas pourquoi la mère et son concubin, semble-t-il très violent, n'ont toujours pas été entendus, même si ce témoignage doit être considéré avec prudence. Plus les jours passent et plus je reste persuadée que la disparition de ce petit bonhomme est loin d'être claire et qu'il serait temps que les investigations soient plus approfondies en ce qui concerne la mère qui ment quelque part, ne serait-ce que sur la prétendue gastro de son fils. Malheureusement, je crains le pire pour Antoine

    Le 18/09/2008 à 15h21
  • H : Laissez la police faire son travail. Ils ne sont ni sourds ni aveugles, une enquête n'est sûrement pas facile et ils ont certainements les mêmes pensées que nous depuis le début c.à.d. que la mère (qui est selon le témoignage de la jeune fille trop soumise) et surtout son concubin (qui est selon plusieurs témoignages violents et ne s'entendait pas avec le petit) ne sont pas "clairs". Espéront que l'amour de son enfant le remportera peut être sur la peur de son concubin et que cette maman éffondrée parlera bientôt. Comme je l'ai déjà écrit plutôt (mais pas publié) : il n'y avait qu'eux qui savaient qu'Antoine était seul dans l'appartement.... je vois mal un criminel faire du porte à porte dans les immeubles afin de voir s'il n'y a pas un enfant tout seul. L'analyse des appels téléphoniques de tout ce petit monde donnerais peut-être une piste.

    Le 18/09/2008 à 14h07
      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      Extrait SEPT à HUIT : Christian Clavier pleutre, lâche et égoïste ?

      logAudience