ARCHIVES

Piétons fauchés : l'auteur présumé mis en examen


le 17 septembre 2008 à 13h56 , mis à jour le 17 septembre 2008 à 13h56.
Temps de lecture
3min
accident tours

Un automobiliste a percuté trois piétons près de Tours, faisant un mort et deux blessés graves / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Faits diversCet homme de 32 ans est soupçonné d'être le conducteur qui a fauché le 7 septembre trois piétons, près de Tours, tuant l'un d'eux.

L'homme soupçonné d'être le conducteur qui a fauché le 7 septembre trois piétons à Savonnières (Indre-et-Loire) près de Tours, tuant l'un d'eux et blessant gravement les deux autres a été mercredi mis en examen, a-t-on appris de source judiciaire. La concubine de cet homme avait affirmé être à l'origine de l'accident. C'est elle qui avait été retrouvé au volant par les pompiers.
 
Cet homme de 32 ans a été mis en examen pour "homicide et blessures involontaires aggravés de délit de fuite, conduite malgré une suspension de permis de conduire et violation délibérée des règles de la circulation". Il risque dix ans d'emprisonnement.
 
Un mort, deux blessés graves
 
"Lors de sa garde à vue, il a très longtemps développé une version en contradiction avec tout ce que nous pouvions savoir sur les faits. Il a finalement reconnu être le conducteur au moment de l'accident", a indiqué à la presse le procureur de la République de Tours, Philippe Varin.
 
Après l'accident, l'homme avait pris le train pour la région parisienne. Recherché, il s'était livré lundi à la gendarmerie de Tours. La femme de 36 ans, qui appartient à la communauté des gens du voyage, a été pour sa part mise en examen le 10 septembre, "pour complicité de délit de fuite et entrave à l'action de la justice".
 
La voiture, qui "roulait vite" selon les témoins, a heurté un véhicule en stationnement puis fauché trois piétons sur un petit chemin près du Cher, où les gens viennent se promener. Une femme de 70 ans a été tuée sur le coup. Son fils, 48 ans, et sa belle-fille, 49 ans, ont été grièvement blessés.
 

(D'après agence)
 

Commenter cet article

      Nous suivre :

      Jugé dépressif, un panda autorisé à regarder son ami à la télé

      logAudience