En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le père de l'enfant séquestré "a fait ce qu'il pouvait"

Edité par
le 06 mars 2009 à 18h29
Temps de lecture
3min
millau séquestré enfant

La pièce où un enfant de 7 ans était séquestré à Millau / Crédits : TF1-LCI

A lire aussi
Faits diversL'avocat du père de Dylan, écroué pour maltraitance sur l'enfant de 7 ans, évoque "un homme abattu et surpris par la gravité des faits qui lui sont reprochés" et pointe un manque d'aide.

 
Enfant séquestré : pourquoi personne n'a rien vu ?

Voici donc les versions des parents, par la voix de leurs avocats. Selon l'avocat du père de Dylan, mis en examen et incarcéré pour avoir maltraité son fils de 7 ans (lire notre article) à Millau, dans l'Aveyron, il "soutient qu'il a fait son possible pour élever son fils hyperactif". "C'est un homme abattu et surpris par la gravité des faits qui lui sont reprochés. Mon client considère qu'il a fait ce qu'il pouvait avec sa personnalité, ses forces et ses faiblesses, pour faire face aux difficultés de comportement de l'enfant", a déclaré Me Christophe Bringer, qui pointe un manque d'aide. "Avec son bagage social modeste, il a essayé de faire face à des difficultés d'éducation que le couple ne parvenait pas à surmonter", a-t-il ajouté.
 
Selon l'avocat, "l'enquête devra déterminer si l'enfant était hyperactif et si les réponses apportées par le couple étaient inadaptées, mais aussi cherchera à savoir comment un enfant de 7 ans habitant dans un quartier normal dans une maison visible de tous a pu être déscolarisé sans que personne ne s'en aperçoive". "Ce couple avait besoin d'aide et aurait dû en avoir. Ce qui n'a pas été le cas. Comment cela se fait-il que la collectivité publique et le tout-un-chacun n'ont pas su aller au devant d'une famille en difficulté ?", s'est interrogé Me Bringer. "Socialement bien intégré", le père a répété qu'il aimait "ses deux enfants". Selon l'avocat, son client "entend assumer la part de responsabilité qui est la sienne".
 
Le père "fixait les règles"
 
De son côté, l'avocat de la mère de Dylan, également mise en examen et écrouée pour avoir maltraité son fils, "il y avait un chef de famille, un homme qui avait décidé des méthodes d'éducation avec un enfant qu'il, semble-t-il, jugeait difficile. Il le jugeait hyperactif et avait pris des mesures auxquelles la mère n'a pas suffisamment réagi". L'avocat évoque à propos de sa cliente une "dépendance a priori psychologique et financière vis-à-vis" de son concubin. "Le chef de famille ramenait le salaire et fixait les règles", a ajouté Me Jérôme Alirol, soulignant que cette femme ne travaillait pas mais qu'elle percevait des allocations familiales. Il estime que sa cliente "n'a pas réagi suffisamment et suffisamment tôt par rapport à une situation qui a très certainement dégénéré au fil du temps".
 
Selon l'avocat, "des témoins, des voisins ont dit qu'ils voyaient l'enfant dans la journée, passer sa tête par la fenêtre, leur parler". "L'enfant avait au moins une partie de la journée une vie qui semble être normale", a déclaré Me Alirol. Toutefois, "l'enfant avait des conditions de coucher et de sommeil qui méritent que la justice se penche sur la question", a-t-il reconnu.

Commenter cet article

  • Philippe : Bientôt, ce seront les parents qui seront les victimes.......

    Le 06/03/2009 à 22h17
  • Hélène : S'il vous plaît les médias, arrêtez de parler de parents... son père... sa mère... ce ne sont pas des parents, c'est pas vrai ! sont des bourreaux ! des parents BIOLOGIQUES c'est tout ! Un papa et une maman ce n'est pas ça ! Ne l'oublions jamais...

    Le 06/03/2009 à 21h49
  • Isabelle : Non mais on aura tout vu! Maintenant ce type se fait passer pour une victime! C'est honteux! Il mérite la prison pour ce qu'il a fait et sa femme aussi.

    Le 06/03/2009 à 21h38
  • Misagb : Honteux de ne aps assumer et se trouver des escuses! c'est la prison à vie que ces parents meritent! rien d'autres

    Le 06/03/2009 à 20h36
  • Mamie : Si les parents ne pouvaient s occuper de l enfant ils fallaient demander du secours autour d eux la maltraitance est insoutenable c est un scandable impardomable

    Le 06/03/2009 à 20h14
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience