En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Vers un réglement à l'amiable du conflit


le 06 mai 2009 à 15h42
Temps de lecture
3min
[Expiré] Irina Belenkaya elise

Crédits : Reuters

A lire aussi
Faits diversLa mère de la fillette franco-russe Elise, accusée d'avoir enlevé sa fille le 20 mars dans le sud de la France, a signé le projet d'accord soumis par un médiateur. Elle devrait en outre être extradée vers la France.

La justice hongroise a décidé en première instance l'extradition vers la France de la mère de la fillette franco-russe Elise André qu'elle est accusée d'avoir enlevé le 20 mars dans le sud de la France, a annoncé mercredi un tribunal de Budapest. Irina Belenkaïa, une citoyenne russe, avait été arrêtée le 12 avril en vertu d'un avis de recherche d'Interpol lorsqu'elle s'apprêtait à gagner l'Ukraine par la route avec sa fille de trois ans, en direction de Moscou.

Elle avait accepté il y a deux semaines de comparaître devant la justice française, selon le consulat général de Russie en France. Son avocat a toutefois annoncé mercredi faire appel de la décision d'extradition. "La décision finale sur l'extradition pourra intervenir dès la semaine prochaine", a-t-il indiqué à l'agence MTI. Selon l'avocat, les parents de l'enfant sont parvenus à un accord à l'amiable concernant la garde d'Elise et une extradition n'est plus justifiée. Le médiateur russe a indiqué de son côté à l'agence russe Interfax que la mère de la fillette avait signé un projet d'accord à l'amiable avec le père français. Le comité d'enquête auprès du parquet russe souhaite en outre interroger le père français d'Elise dans le cadre de l'enquête, a indiqué mardi un responsable cité par Interfax.

En France, après l'enlèvement de l'enfant dans une rue d'Arles, le parquet d'Aix-en-Provence avait ouvert le 24 mars une information judiciaire contre la mère pour "soustraction de mineur par ascendant" et "complicité de violences volontaires ayant entraîné une interruption temporaire de travail (ITT) de plus de huit jours". Au moment de l'enlèvement, le père d'Elise avait été agressé violemment par deux hommes, en présence d'une femme qu'il pense être son épouse. Les deux parents, qui sont en instance de divorce, se disputent depuis deux ans la garde de l'enfant, que chacun a obtenue dans son pays respectif. Ils sont poursuivis en justice, la mère en France et le père en Russie. L'enfant avait pu regagner la France avec son père à la mi-avril.

Commenter cet article

  • Frede : Je trouve le commentaire de Steph tres interessant. Comme quoi il faut toujours avoir les deux sons de cloche comme on dit chez nous.Et ce avant de porter un jugement. Esperons dans tous les cas un accord amiable reussi pour le bien être de cet enfant.

    Le 14/05/2009 à 00h11
  • Steph : Lisez la presse écrite française et vous pourrez ensuite tenter de juger ... Et dire que le père d'Elise n'en voulait pas de cet enfant !! La mère a du partir en Russie vivre sa grossesse auprès des siens et accoucher seule, sans compagnon à ses côtés et aujourd'hui de quel droit revient-il dans sa vie ?

    Le 08/05/2009 à 04h44
  • Daniel : Je crois qincèrement que ça commence à bien faire, des gens comme eux , avec la même histoire c'est tout les jours , qu'ont-ils d'exeptionnels pour nous en parler au point de nous gaver !!!

    Le 08/05/2009 à 00h00
  • Mimil : J'ai lu des commentaires lamentables ! Il y'a dix ans, j'ai été amoureux d'une femme russe avec qui j'ai eu un enfant. Nous avons passé 4 années de bonheurs ensembles, mais ensuite nos relations se sont dégradées rapidements : les "amis", la famille, les medias qui racontent n'importe quoi sur les femmes russe (en france) et sur les maris francais (en russie). Aveuglés par la décéption puis la haine, on est passé par toutes les étapes : justice, agression et même tentative de blocage à la frontiere pour de faux motifs! Mais un jour, notre enfant s'est révolté et nous a demandé d'arreter. Depuis, nous ecoutons nos coeurs et on s'entend bien, nous nous partageons la garde et tous le monde est heureux comme ca! Comme quoi tout est possible, alors pourquoi pas pour eux ? C'est en tout cas ce que je leur souhaite, surtout pour la petite.

    Le 07/05/2009 à 20h35
  • Nicolas : Je souhaite que cette femme trouve la possibilitée d 1 garde alternée avec le pere de son enfant. elle le mérite. cette femme a quand meme porté 9 mois son enfant quel déchirement pou elle.

    Le 07/05/2009 à 12h12
      Nous suivre :
      Fusillades à Ottawa : le parcours du tireur vu des cameras de surveillance

      Fusillades à Ottawa : le parcours du tireur vu des cameras de surveillance

      logAudience