En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Trafic de diplômes : un étudiant chinois écroué


le 17 septembre 2009 à 21h10
Temps de lecture
3min
amphi amphithéâtre étudiants fac université

Image d'archives / Crédits : TF1-LCI

A lire aussi
Faits diversUn étudiant chinois a été écroué et un autre est en garde à vue dans l'affaire du trafic présumé de diplômes à l'université de Toulon.

Un étudiant chinois a été écroué et un autre est en garde à vue dans l'affaire du trafic présumé de diplômes à l'université de Toulon. L'étudiant écroué a été mis en examen pour tentative de corruption auprès de  l'Institut des administrations et des entreprises (IAE) au sein de l'université,  a-t-on précisé de même source. Il aurait reconnu avoir proposé la somme de 100.000 euros pour l'obtention d'un ou plusieurs diplômes.

Le second étudiant chinois devait être présenté jeudi à un juge  d'instruction à Marseille. Aucun responsable ou membre du personnel enseignant et administratif de  l'université n'est mise en cause pour l'instant, a-souligné une source judiciaire. Le président de l'université, Laroussi Oueslati, a déclaré qu'il  n'était pas au courant.

"Des dizaines d'étudiants chinois concernés"

Le 8 septembre, le ministère de l'Enseignement supérieur avait demandé la  saisine de la section disciplinaire de l'université Sud Toulon Var, après qu'un  rapport de l'Inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et  de la recherche eut pointé de "graves irrégularités" dans la procédure  d'admission des étudiants étrangers et de validation de leurs études.

Une information judiciaire avait été ouverte en mars au pôle économique et  financier du tribunal de grande instance de Marseille, à la suite d'une  dénonciation, sans preuve, d'un professeur toulonnais qui affirmait que  "plusieurs dizaines" d'étudiants chinois auraient obtenu des licences et des  masters contre de l'argent, selon une source proche du dossier. Plusieurs personnes avaient été auditionnées et des perquisitions avaient  été effectuées dans les locaux de l'université le 9 avril.

(D'après agence)

Commenter cet article

  • TOM : Et les profs, quand ils interrogaientt ces chinois à l'oral : les questions étaient surement posées en chinois ! tout le monde devait être au courant, sauf moi, car je me serais alors incris afin d'avoir 1 masters, car je parle français !

    Le 18/09/2009 à 13h06
  • MARI : Le président d'université n'était pas au courant?

    Le 18/09/2009 à 11h13
  • Lo : Vous pensez réellement qu'il n'y a que les étudiants chinois concernés, moi, je pense que ce trafic existe bien en amont et concerne aussi d'autres étudiants, d'autres nationalités. Mais bon.

    Le 18/09/2009 à 11h09
  • Brelandas : Ce sont vraiment les rois de la contrefaçon.

    Le 18/09/2009 à 10h23
  • Hc : 150 etudiants chinois ne parlant pas français et sortant avec les meilleures notes.Personne n'a rien vu? HA,HA,HA

    Le 18/09/2009 à 09h28
      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience