En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Affaire Merah

Affaire Merah : faut-il tout déclassifier ?


le 14 août 2012 à 07h13 , mis à jour le 14 août 2012 à 07h31.
Temps de lecture
3min
Merah

Photo d'archives de Mohamed Merah. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Faits diversAprès la déclassification de documents de la DCRI, l'avocate du père d'une victime de Mohamed Merah en appelle de nouveau à Jean-Yves Le Drian pour demander que la justice ait accès à d'autres informations. Notamment celles contenues dans des rapports de la DGSE.

A-demi satisfaites par la déclassification de documents secrets de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) concernant Mohamed Merah, les familles de victimes avaient déjà exprimé il y a plusieurs jours, par la voix de leurs avocats, leur demande de plus de transparence. Tout en saluant le geste du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui a permis aux juges enquêtant sur le parcours du "tueur au scooter" d'accéder à des éléments jugés "capitaux", les avocats avaient évoqué le besoin d'une mesure identique pour des documents d'autres services. Me Samia Maktouf, qui représente le père d'un parachutiste abattu par Merah, repart désormais à la charge avec une lettre envoyée au ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.
 
Pour elle, la déclassification des documents de la DCRI "n'est pas suffisante pour assurer l'entière manifestation de la vérité". Et l'avocate d'Albert Chennouf, le père du parachutiste Abel Chennouf, froidement abattu le 15 mars à Montauban, juge "indispensable pour les familles des victimes et pour l'instruction que soient déclassifiés les documents de la DGSE relatifs à Mohamed Merah, Abdelkader Merah ainsi qu'aux membres de leur famille, sous réserve de la protection des informations relatives à la défense nationale et à ses agents".
 
"La thèse du loup solitaire ne peut plus être défendue"
 
Les documents déclassifiés de la DCRI concernent la surveillance exercée pendant un certain temps par ce service sur Mohamed Merah avant ses tueries. Le tueur au scooter avait également été entendu à l'antenne toulousaine de la DCRI en novembre 2011, au retour d'un voyage au Pakistan. Les éléments auxquels les juges ont eu accès depuis leur déclassification ont d'ores et déjà accrédité l'idée d'une influence cruciale d'Abdelkader Merah - mis en examen et écroué - dans la radicalisation de son frère. Ils ont en outre montré que les renseignements avaient repéré Mohamed Merah dès 2009. Lors des échanges avec les hommes du RAID, avant l'assaut de son appartement toulousain dans lequel il s'était retranché, Merah s'était par ailleurs revendiqué d'Al Qaïda. Son frère aîné, Abdelghani, 35 ans, a lui-même accusé Abdelkader, 29 ans, figure de l'islamisme radical toulousain, d'avoir été la "source principale du radicalisme" de Mohamed.
 
Aux yeux de Me Samia Maktouf, "la thèse du loup solitaire ne peut plus être défendue". Et l'avocate estime que les documents de la DGSE pourraient permettre de clarifier le parcours jihadiste de Mohamed Merah, ses connexions avec les filières islamistes et le rôle d'Abdelkader et d'autres éventuels protagonistes. "Il est essentiel que soit retracé l'ensemble du parcours de Mohamed Merah dans le milieu de l'islam radical armé, ce qui ne saurait se faire sans un accès plein et entier aux documents du renseignement extérieur concernant notamment les déplacements à l'étranger de Mohamed Merah et le rôle éventuellement joué par son frère Abdelkader dans son endoctrinement et ses voyages", ajoute-t-elle. Une copie de son courrier a été transmise aux juges.

Commenter cet article

  • virtualxmaki : Erreur

    Le 15/08/2012 à 01h24
  • natombi : Il est compréhensible de vouloir connaitre la vérité, mais derrière il est aussi compréhensible que certains service garde secret certaines choses. Tant pour la sécurité de l'état qu'autre raisons.

    Le 14/08/2012 à 12h54
      Nous suivre :
      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      logAudience