ARCHIVES

Affaire Zeitouni: la famille veut un "verdict sévère" de la justice française


le 03 juillet 2012 à 12h43 , mis à jour le 03 juillet 2012 à 12h51.
Temps de lecture
3min
Lee Zeitouni, 25 ans, a été tuée en septembre 2011 à Tel Aviv par une voiture dans laquelle se trouvaient deux Français/Image d'archives

Lee Zeitouni, 25 ans, a été tuée en septembre 2011 à Tel Aviv par une voiture dans laquelle se trouvaient deux Français/Image d'archives / Crédits : LCI

Faits diversLes proches de cette Israélienne de 25 ans tuée à Tel Aviv en 2011 par une voiture dans laquelle se trouvaient deux Français ont porté plainte contre les deux hommes. Ces derniers ont fui en France après l'accident.

"Je préfère rester prudent sur la punition qu'ils peuvent recevoir en France, mais je pense que le climat créé autour de ce drame et les données de la police israélienne permettront un verdict sévère". Yitzhik Zeitouni, le père de la jeune Israélienne de 25 ans tuée dans un accident impliquant deux Français à Tel Aviv a déclaré mardi attendre "un verdict sévère" de la justice française.
 
Les deux Français, Claude Khayat et Eric Robic, avaient reconnu avoir été à bord du véhicule qui a renversé Lee Zeitouni en septembre. Tous deux avaient ensuite regagné précipitamment la France, déclenchant un tollé en Israël où un collectif s'était formé pour exiger qu'ils soient jugés en Israël. "Nous avons compris que l'extradition était impossible, alors nous avons décidé de porter plainte en France", a ajouté le père. "On espère que la procédure sera rapide, mais je suis conscient que ça peut prendre du temps avant que le dossier avec toutes les preuves soit remis par la police israélienne aux autorités françaises", a-t-il poursuivi.
 
Vive émotion en Israël, embarras en France
 
Lundi, l'avocate de l'un des deux Français impliqués dans l'accident s'est réjouie du dépôt d'une plainte en France. "On est extrêmement satisfaits. On a toujours dit qu'à partir du moment où ils étaient en France et pas extradables, il était nécessaire que les choses ne traînent pas et qu'une plainte soit déposée en France. C'est chose fait et c'est très bien", a indiqué à l'AFP Me Cotta, avocate d'Eric Robic. "Ils vont pouvoir être convoqués, répondre aux questions et s'expliquer pour que toute la lumière soit faite", a-t-elle poursuivi.
 
Ce drame a soulevé une vive émotion en Israël et embarrassé la France, l'opinion publique israélienne réclamant l'extradition des deux suspects alors que Paris n'en a pas la possibilité juridique car elle n'extrade pas ses ressortissants hors de l'Union européenne. En février, le ministre des Affaires étrangères de l'époque Alain Juppé avait fait savoir qu'il attendait une saisine des autorités israéliennes ou le dépôt d'une plainte en France pour lancer une procédure judiciaire.
 

Commenter cet article

      Nous suivre :

      The Voice Italie : Soeur Cristina gagne sa battle !

      logAudience