En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bébé né dans le RER : les parents racontent


le 05 novembre 2012 à 16h55 , mis à jour le 05 novembre 2012 à 18h15.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : THINKSTOCK

À lire aussi
Faits diversLe petit garçon né dimanche à l'aube en gare de Houilles-Carrières-sur-Seine dans une rame du RER A, s'est vu offrir un passe Navigo jusqu'à ses 18 ans.

"C'est un enfant de la SNCF", s'exclame son père, Anjorin Akinbulejo, depuis l'hôpital de Poissy-Saint-Germain, dans les Yvelines, où il veille sur le nouveau-né et sa maman qui vont tous les deux "très bien".

Olajuwon Ololade est né dimanche dans une rame du RER A. Il pèse 3,79 kilos et mesure 55 cm. Et s'est vu offrir un passe Navigo valable jusqu'à ses 18 ans.

"Préviens le conducteur!"

L'histoire a commencé dans la nuit de samedi à dimanche où Modinat, 34 ans, est prise de contractions et réveille son compagnon. "Elle m'a dit qu'elle avait mal au ventre, qu'il fallait aller à l'hôpital", raconte-t-il. Le couple, qui habite Cergy (Val-d'Oise) prend donc le train à l'aube, direction l'hôpital Tenon, à Paris, où sont nés les deux aînés.

Mais le bébé ne leur a pas laissé le temps d'y arriver: en cours de route "ma femme m'a dit 'Préviens le conducteur, le bébé va sortir!''', raconte Anjorin Akinbulejo. Celui-ci tambourine à la fenêtre du conducteur, qui arrête le train en gare de Houilles-Carrières (Yvelines) et fait évacuer les voyageurs à l'exception du couple et de deux jeunes femmes qui les assistent.

"Un moment d'angoisse"

Anjorin Akinbulejo jette son blouson à terre, sa femme s'allonge sur le sol et "l'enfant est sorti tout seul", peu avant 05h20, retrace-t-il. Mais très vite, un moment d'angoisse car le petit ne pleure pas. Une des jeunes femmes a eu le bon réflexe: "Elle l'a tapé plusieurs fois sur les fesses et il a commencé à pleurer. On s'est dit, 'ça y est, on a réussi'", se rappelle le père de famille.

Quelques minutes plus tard, les secours sont arrivés et ont pris soin de la mère et de son enfant, transportés à l'hôpital de Poissy-Saint-Germain.

Deux à trois fois par an

Béatrice André, directrice régionale de crise de la SNCF à Paris Saint-Lazare a salué les "très beaux réflexes" du conducteur qui a "repoussé les curieux, monté le chauffage dans la rame et aidé le papa, qui était un peu paniqué", a-t-elle raconté à l'AFP.

Ce genre d'événement est "rarissime", a-t-elle précisé: "ça arrive deux à trois fois par an maximum sur le réseau SNCF en France mais plus dans les TGV et les TER parce que les trajets sont plus longs, et moins dans les RER et les trains de banlieue où les arrêts sont plus fréquents".

Commenter cet article

  • honfray2012 : "janexx : Vous êtes déjà priviligié , car moi, je suis née à l'hôpital et je paye aussi toujours mes soins, et je trouve cela normal." .....heu , si on vous facture encore l'accouchement de votre maman , je ne crois pas que ce soit normal , écrivez donc à votre député lolllllllllllll

    Le 07/11/2012 à 01h56
  • janexx : Vous êtes déjà priviligié , car moi, je suis née à l'hôpital et je paye aussi toujours mes soins, et je trouve cela normal.

    Le 06/11/2012 à 14h14
  • jambo000 : Je suis né dans une clinique et pourtant je paye toujours mes soins !

    Le 06/11/2012 à 13h39
  • pascalcaen : L'un des commentaires les plus drôles depuis que je traine sur ce site. Merci, tu viens d'égayer ma journée.

    Le 06/11/2012 à 11h59
  • gestionniste : L'offre d'un pass Navigo va pousser va inciter certaine femmes à faire en sorte d'accoucher dans les transport en commun. Cette initiative de la SNCF n'est pas souhaitable.

    Le 06/11/2012 à 09h21
      Nous suivre :
      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      ZAPPING. "Difficile", "dur" : quand Hollande veut montrer la difficulté de sa tâche

      logAudience