ARCHIVES

Blanchiment : l'avocat de l'élue EELV parle "d'erreur judiciaire"


le 13 octobre 2012 à 10h56 , mis à jour le 13 octobre 2012 à 20h58.
Temps de lecture
4min
À lire aussi
Faits diversL'avocat de l'élue EELV de Paris mise en examen pour blanchiment d'argent de la drogue affirme que sa cliente n'aurait à se reprocher "tout au plus" qu'une fraude fiscale.

L'affaire du réseau de blanchiment d'argent lié à un trafic de drogue secoue la mairie de Paris. Neuf des 17 personnes interpellées mercredi en France pour leur implication présumée dans un réseau de blanchiment d'argent lié à un trafic de drogue ont été mises en examen vendredi pour "blanchiment d'argent en bande organisée" et "association de malfaiteurs" et placées sous contrôle judiciaire après règlement d'une caution. L'enquête lancée en février a mis au jour un réseau d'importation de cannabis entre le Maroc, l'Espagne et la région parisienne. (Plus de détails sur le réseau dans cet article)

Parmi ces personnes figurent essentiellement des cols blancs, dont Florence Lamblin, une adjointe au maire du 13e arrondissement de Paris chargée du développement durable et de l'environnement. Cette élue écologiste (EELV) est soupçonnée d'avoir touché près de 350 000 euros en liquide, de l'argent provenant du trafic de drogue, en l'échange de la mise à disposition du réseau chargé du blanchiment d'un compte bancaire dont elle disposait en Suisse auparavant. Compte sur lequel était déposée une somme équivalente.

Son avocat Me Jérome Boursican affirme que sa cliente a bien eu "des conversations téléphoniques" avec une personne impliquée dans le dossier, précisant toutefois que cette personne ne figurait pas parmi les huit autres mis en examen dans l'affaire. L'avocat dit que sa cliente avait hérité d'une somme de 350.000 euros provenant d'un héritage familial placé sur un compte en Suisse depuis 1920. "Elle a voulu rapatrier ces 350.000 euros sur conseil de sa banque. On l'a mise en relation avec quelqu'un qui a rapatrié cet argent en France. Or "cette personne s'est révélée impliquée dans une affaire de blanchiment". Mais "ma cliente n'avait aucune idée du parcours de cette personne" avec laquelle elle avait été mise en relation par "une personne de confiance". "S'il y avait quelque chose, ce serait tout au plus le fait de ne pas avoir déclaré 350.000 euros à l'ISF", a-t-il déclaré. "Cela n'implique pas un blanchiment, dont elle devra être mise hors de cause rapidement", a-t-il estimé. Il avait affirmé auparavant que sa cliente était l'objet "d'une erreur judiciaire", se disant certain d'obtenir un non-lieu.

Lamblin se dit innocente

Plusieurs millions d'euros en espèces et biens de valeur ont été saisis lors de l'enquête. Des perquisitions ont permis aux enquêteurs de retrouver 400.000 euros, dont une bonne partie en espèces, au domicile de Florence Lamblin et dans des coffres, a précisé samedi une source proche du dossier. Pourtant, sur LCI, son avocat affirme qu'aucun argent n'a été retrouvé à son domicile. "Cette information est fausse", a-t-il assuré.  Selon une source proche du dossier, Florence Lamblin a payé la caution la plus faible pour être libérée, à savoir 80.000 euros. La neuvième personne est en détention provisoire car soupçonnée d'être impliquée dans le trafic de stupéfiants. Enfin, huit autres suspects devaient encore être présentés au juge samedi, selon la source judiciaire.

Yves Contassot, élu EELV du XIIIe arrondissement de Paris, a indiqué samedi que Florence Lamblin lui avait assuré qu'elle "n'était absolument pour rien" dans cette affaire. Le maire du XIIIe arrondissement de Paris, Jérôme Cousset (PS), a demandé à son adjointe mise en examen "de se  mettre en retrait de ses fonctions d'élue", au regard de la gravité des faits, mais "sans préjuger de la suite judiciaire". Selon lui, elle a accepté de démissionner. Le porte-parole national d'Europe Écologie-Les Verts, Jean-Philippe Magnen, a lui affirmé que son parti  n'avait "rien à voir" avec la mise en examen de l'élue parisienne. Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, a jugé samedi qu'il s'agissait d'une affaire "très très grave". (Lire les réactions dans notre article : EELV prend ses distances)

Commenter cet article

  • alf2944 : Si ce n'est pas pour le trafic de drogue, c'est au moins pour l'honnêteté fiscale...que cette élue nous représente bien . 80 000 ?de caution versés ... on a tous ça sur notre compte pourquoi donner du crédit à la parole d'un avocat qui finalement n'exerce qu'une activité commerciale de protection de son client: il est payé pour dire qu'elle n'a rien fait de répréhensible !

    Le 14/10/2012 à 07h38
  • tobian : Il n'a pas d'erreur judiciaire avant condamnation.

    Le 13/10/2012 à 17h38
  • bobotte71 : Ben oui quoi tous les élus et élues sont blanc comme "neige"

    Le 13/10/2012 à 17h34
  • tph94 : Quelqu'un connait un avocat qui ne parle pas d'erreur judiciaire concernant son client ?

    Le 13/10/2012 à 17h07
  • jafk : Que du beau monde. jaf

    Le 13/10/2012 à 16h37
      Nous suivre :

      Pharrell Williams fond en larmes sur le plateau d'Oprah Winfrey

      logAudience