En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Dentistes accusés de mutiler leurs patients : trois centres contrôlés


le 15 janvier 2013 à 15h49 , mis à jour le 16 janvier 2013 à 07h09.
Temps de lecture
3min
Une radiographie des dents

Une radiographie des dents / Crédits : Keith Brofsky / Thinkstock

A lire aussi
Faits diversL'Agence régionale de santé d'Ile-de-France a indiqué mardi qu'elle menait des contrôles dans plusieurs centres de santé de Paris où des dentistes sont soupçonnés de pratiques illégales.

Dévitaliser des dents saines pour facturer des couronnes et des bridges. L'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France a indiqué mardi qu'elle menait des contrôles dans plusieurs centres de santé de Paris. Dans ces centres, des dentistes sont soupçonnés de pratiques illégales, selon le quotidien Le Parisien. "C'est une situation dont nous sommes au fait depuis quelque temps et nous avons décidé en lien avec l'Assurance maladie d'effectuer une inspection de contrôle, qui est en cours, dans ces établissements", a déclaré un porte-parole de l'ARS.

Lire aussi >  Des dentistes parisiens soupçonnés de poser des couronnes inutiles

La CFDT-Santé de Paris affirme dans une lettre adressée à l'Assurance maladie que des dentistes, travaillant dans les trois centres de santé parisiens visés par les contrôles, poseraient des "prothèses dentaires céramiques multiples alors même que l'état dentaire des patients ne le nécessite pas", selon Le Parisien daté de mardi.

Des alertes de salariés et d'usagers

Le quotidien souligne que ces pratiques concerneraient surtout les patients bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU), qui garantit la prise en charge de certaines prothèses. Les trois centres appartiennent au Cosem, une association à but non lucratif. "Nous avons été alertés par des salariés (du Cosem) et par des usagers", a précisé l'ARS.

Les contrôles menés portent "à la fois sur les prises en charges médicales relevant de l'Assurance maladie" et sur "le respect de la réglementation, l'hygiène et la sécurité", a-t-elle ajouté. L'Assurance maladie a simplement assuré "mener des contrôles sur les centres dentaires low-cost", qui se sont développés ces derniers mois.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience