ARCHIVES

Des visiteurs s'en prennent violemment à des agents d'un hôpital psy


le 15 janvier 2013 à 13h04 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 18h15.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : Pixland/Thinkstock

À lire aussi
Faits diversNon satisfaites de la prise en charge du patient qu'elles venaient voir, trois personnes ont agressé lundi le personnel de l'hôpital psychiatrique d'Aubervilliers.

Trois personnes venues visiter lundi un ami dans un hôpital psychiatrique d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) ont violemment agressé le personnel. "Ils n'étaient pas satisfaits de la prise en charge de la personne qu'ils venaient voir. Ils ont alors agressé à la fois verbalement et physiquement" le personnel, a expliqué la préfecture.
 
Les trois personnes ont été interpellées et placées en garde à vue pour violences volontaires aggravées et menaces de mort sur les agents de l'Etablissement public de santé mentale de Ville-Evrard d'Aubervilliers.
 
Cette "bagarre" a entraîné des déclarations d'accident du travail pour dix soignants. "Il a fallu trente agents de l'hôpital pour les maîtriser tellement ils étaient violents et agressifs". Les agresseurs présumés ne sont pas de la famille du malade et se présentaient comme des "amis". La mère du patient a d'ailleurs tenté de s'interposer au début de l'altercation, a-t-on souligné à la préfecture.

Le 93, département le plus touché par ces agressions

Les professionnels de santé de la Seine-Saint-Denis se sont mobilisés à plusieurs reprises après des agressions touchant des médecins. Selon l'Observatoire de la sécurité annuel publié par le Conseil national de l'Ordre des médecins, ce département pauvre et populaire est de loin le plus touché de France par les agressions contre les médecins libéraux. En 2011, 67 incidents (sur 822 en France et comparé à 33 à Paris) ont été déclarés par des médecins en Seine-Saint-Denis, qui figure depuis cinq ans en tête du classement.
 
Des soignants libéraux avaient ainsi organisé une matinée "Santé morte" en octobre 2010, en fermant leurs cabinets, à Pierrefitte et Stains, pour protester contre l'augmentation des agressions dont ils avaient été victimes cette année-là. Plus récemment, le 4 mars 2011, une centaine d'habitants et de soignants s'étaient rassemblés devant le cabinet d'une gynécologue de Pierrefitte agressée et blessée par un jeune qui avait voulu lui voler son sac.

Commenter cet article

  • tolerance19 : Problème de civilté ...qui arrive dans tous les corps de métier hélas !

    Le 16/01/2013 à 13h09
  • suricate5 : Il aurait fallu les interner : ils étaient sur place !!!

    Le 15/01/2013 à 18h26
  • christkan : Le monde devient fou

    Le 15/01/2013 à 18h25
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience