En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ALERTEZ-NOUS ! Une info sur ce sujet ? Envoyez-nous vos photos et vidéos
ARCHIVES

Affrontements à Amiens : 16 policiers blessés, Valls attendu


le 14 août 2012 à 06h55 , mis à jour le 14 août 2012 à 16h15.
Temps de lecture
3min
Gyrophare de police
A lire aussi
Faits diversLes heurts qui ont éclaté dans la nuit de lundi à mardi, après de premiers incidents signalés dimanche soir entre des habitants d'un quartier sensible et la police, ont fait de gros dégâts et ont duré plusieurs heures. A l'origine de ces tensions : un contrôle de police qui avait dégénéré.

Amiens-Nord fait partie des 15 "zones de sécurité prioritaires" définies par le gouvernement Ayrault et qui doivent faire l'objet de mesures de sécurité renforcées en raison d'un taux de criminalité plus élevé que la moyenne. C'est dans ce secteur qu'ont eu lieu dimanche soir des échauffourées entre habitants et policiers après un banal contrôle de police. Et c'est là également que de nouvelles violences se sont produites dans la nuit de lundi à mardi. Le maire de la ville, Gilles Demailly, a évoqué une "scène de désolation", et des affrontements "violents" qui se sont produits tout au long de la nuit de lundi entre policiers et jeunes. Des poubelles et des voitures ont été incendiées ainsi que des bâtiments publics. Une école maternelle a ainsi été complètement saccagée et en partie incendiée, selon le maire qui dit ne pas avoir "connu une nuit aussi violente" depuis des années. Mardi matin, des voitures étaient encore en travers de la route et brûlées, des containers à ordures incendiés dans le quartier Fasset.
 
La préfecture de la Somme a indiqué pour sa part qu'une centaine de jeunes rassemblés dans le quartier d'Amiens-Nord avaient commencé, lundi soir vers 21 heures, "à harceler les forces de l'ordre venues sécuriser le quartier après des heurts dimanche soir". Seize policiers ont été blessés par des tirs de chevrotine et de mortier de feux d'artifice et des jets de projectiles, dont le plus gravement touché a reçu quinze jours d'ITT (incapacité totale de travail). Les forces de l'ordre ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de gomme-cogne sans faire de blessé, a ajouté la préfecture. Les 110 à 150 policiers présents sur place n'ont procédé à aucune interpellation. Le quartier d'Amiens-Nord connaît régulièrement des incidents, "mais jamais de cette gravité, avec trois bâtiments publics en partie détruits", a souligné la préfecture.
 
Gaz lacrymogènes et jets de projectiles
 
Ces incidents font suite à des heurts, dimanche, entre des habitants du quartier et la police, qui procédait au contrôle routier d'un automobiliste ayant une conduite dangereuse. Dans un communiqué diffusé lundi soir, le préfet de la Somme a annoncé une enquête administrative sur le facteur déclencheur de ces incidents. A l'origine, les fonctionnaires de la BAC (brigade anticriminalité) étaient intervenus pour contrôler un automobiliste ayant une conduite dangereuse, a précisé la préfecture. "A la suite de cette intervention, un attroupement hostile s'est formé ; des renforts ont dû être dépêchés sur place et les fonctionnaires ont dû faire usage de lacrymogènes et de flashball pour se dégager", est-il relaté dans le communiqué.
 
La famille et les proches d'un jeune homme de 20 ans, mort jeudi après un accident de moto, réunis à proximité pour une cérémonie de deuil, ont dit "avoir été indisposés par des gaz lacrymogènes et ont jugé l'action de police excessive au regard des circonstances". Dans les heurts qui ont suivi, un CRS a été blessé et quatre autres commotionnés par des jets de projectiles.
 
L'enquête administrative interne a été diligentée "afin d'établir avec précision la chronologie des faits et le rôle que chacun y a tenu", selon la préfecture, qui a demandé aux protagonistes "esprit de responsabilité" et "apaisement". Début août, des policiers avaient déjà été brièvement pris à partie par une vingtaine de jeunes dans ce quartier.

 

Commenter cet article

  • moijebosse : Plus de policers va chanegr quoi pour ceux qui sont arretes 2 fois par semaines a a peine 14 ans?

    Le 16/08/2012 à 12h15
  • kilo7812 : La gauche a rien a voir avec sa arrêté de mélanger tout avec la politique , figurez vous que l'an dernier j'étais a Amiens pour un mariage 1er chose qui ma choque le paysage d'abord il y avait pleins de car de crs qui circulait puis j'ai vus des voitures et des poubelles calciner par curiosité j'ai demande a passant ce qu'il c'était passer il ma répondu qu'il y avais eu une émeute . j'ai été étonner du silence des médias, peut être par peur que cela se propage ou peut être par ce que nous étions a la proche des élection bizarre que tf1 est rien dit? a l'époque donc tout ce qu'il faut c'est augmenter le nombre de policier notamment la police de proximité qui marchait bien que Sarkozy a retirer dans un but stratégique pour promouvoir ascension aux pouvoir suprême avec l'aide de média

    Le 15/08/2012 à 02h50
  • baluste : Reviens Nico !!

    Le 14/08/2012 à 19h00
  • tadpat : Les promesses "ASSOIFFE DES POUVOIRS" des socialos devaient interrompre tous conflits sur notre territoire. C'est pire qu'avant....... Il est facile de se déplacer lorsqu'on se trouve sur le lieu... de vacances appartenant aux Français. Attendons la rentrée

    Le 14/08/2012 à 13h52
  • sky_92 : J.bon: il est facile de se cacher derrière le nombre de fonctionnaires pour expliquer les choses.. Force est de constater que nous somme un de spays avec le plus de fonctionnaires de police par habitants, avec le plus de profs par élèves et que les résultats ne sont pour autant pas à la hauteur.. La droite avait peut etre raison finalement: et si le probleme n'était pas quantitatif mais structurel ? Je vous laisse méditer.

    Le 14/08/2012 à 13h50
      Nous suivre :
      Un incendie dans le métro de Londres

      Un incendie dans le métro de Londres

      logAudience