En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Echirolles : qui sont les suspects de la rixe mortelle ?

Laurent Deschamps par
le 02 octobre 2012 à 18h26 , mis à jour le 02 octobre 2012 à 21h18.
Temps de lecture
3min
Agressions et viol à Echirolles : un 3e homme recherché
A lire aussi
Faits diversDouze personnes ont été placées en garde à vue pour "assassinats" après la mort de deux jeunes vendredi dans la banlieue de Grenoble. On dénombre en outre trois autres suspects en fuite. A ce stade de l'enquête, un profil des agresseurs commence à se dessiner.

Lors de sa conférence de presse mardi en fin d'après-midi, le procureur de Grenoble est revenu sur les dernières avancées de l'enquête en cours sur la rixe survenue vendredi dernier et au cours de laquelle deux jeunes sont morts. "Les 12 personnes qui sont en garde à vue sont des personnes que nous pensons avoir été sur place", a ainsi précisé le juge ajoutant que trois autres suspects étaient activement recherchés : "Quatre autres individus étaient en fuite. L'un s'est présenté spontanément à 15h15, il en manque trois", a ajouté le procureur, précisant: "Il est possible que les trois en fuite soient les plus intéressants." (pour suivre le déroulement de l'affaire, lire notre article En DIRECT
 
Si la justice détient un nombre important de suspect, le travail d'investigation ne fait toutefois que commencer insiste-t-il : "Il faut déterminer qui a fait quoi. Aucun des gardés à vue n'a reconnu les faits", déclare le procureur. Reste aussi un élément important à mettre au clair : le profil de l'ensemble des personnes impliquées. Là, le procureur semble posséder de plus amples informations.   Les gardés à vue sont tous de "très jeunes adultes", de 19 à 21 ans, et "la plupart ont des casiers judiciaires pour vol avec violences, violences avec armes et en réunion", précise le juge.

Tous présentés au juge mercredi à 17 heures

Revenant enfin sur l'interpellation de deux frères militaires et de leur mère, le procureur explique que ces derniers ont décidé de garder le silence. "C'est leur droit. Les autres s'expriment pour dire qu'ils ont participé à la première ou à la deuxième bagarre, mais pas à la bagarre mortelle", ajoute-t-il. Mais le procureur insiste sur le rôle central des deux frères militaires, âgés de 19 et 20 ans. L'un d'eux a participé à la première bagarre, avant de revenir avec son frère pour la deuxième bagarre. "Les militaires sont à l'origine de la bagarre. Ils ont dit qu'ils réservaient leurs explications au juge. Ils le feront demain", indiqueé le procureur.

Les interpellés seront tous présentés en même temps au juge d'instruction mercredi peu avant 17 heures. Les deux jeunes tués vendredi ont reçu plusieurs coups de couteau, "sept à huit" pour le jeune Kevin, et "une trentaine" pour son ami Sofiane.

Commenter cet article

  • bruno-velizy : Tiens donc, encore des récidivistes...

    Le 03/10/2012 à 10h03
  • ouam90 : Je confirme, application de justice laxiste. Sursis, mise à l'epreuve, etc.... ''Si on depasse les bornes après il y a les limites''... Et le Français ordianire lui doit se comporter de manière irréprochable

    Le 03/10/2012 à 08h53
  • nossim : @bill_boquet c'est simpliste de dire a chaque fois le laxisme de la justice. La justice applique les lois votés par les politiques entre autre pour les mineurs l'ordonnance de 1945. Donc un juge n'a qu'une marge de manoeuvre limitée. Après quand on regarde les chiffres la tendance des décisions de justice est à plus de sévérité depuis 20 ans.

    Le 03/10/2012 à 07h06
  • bill_boquet : En effet, rien ne peut justifier cette violence. Mais il est possible d'en trouver l'origine dans le laxisme de la justice envers ces jeunes gens au casier judiciaire trop chargé. Le violent qui n'est pas puni en vient un jour à croire que la violence est autorisée.

    Le 03/10/2012 à 06h27
  • elfie10 : Quelle tristesse, condoléances aux familles, rien ne peut justifier cette déferlante de violence sur ces deux jeunes hommes

    Le 02/10/2012 à 20h15
      Nous suivre :
      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      A la FIAC, Valls à Zahia : "C'est vous l'oeuvre, alors ? "

      logAudience