En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Echirolles : une marche blanche à la mémoire de Kevin et Sofiane


le 02 octobre 2012 à 06h23 , mis à jour le 02 octobre 2012 à 06h54.
Temps de lecture
3min
Grenoble : meurtres sauvages
A lire aussi
Faits diversAu lendemain de la visite de François Hollande, venu lundi soir faire part de sa "solidarité" aux familles des deux jeunes tués lors d'une bagarre à Echirolles, une marche blanche est organisée cet après-midi pour leur rendre hommage. Deux premières interpellations ont eu lieu lundi après-midi.

Depuis lundi, les appels à l'apaisement se multiplient à Echirolles, près de Grenoble, après le meurtre de deux jeunes lors d'une bagarre qui a dégénéré en bataille rangée, avec couteaux, marteaux et manches de pioche. Ce mardi à 18 heures, une marche blanche est prévue en hommage à Kevin, étudiant en master, et Sofiane, âgés tous deux de 21 ans. François Hollande, venu lundi soir avec Manuel Valls à la rencontre des familles des deux victimes, a assuré que "tout" était "fait pour retrouver les auteurs de ces crimes odieux".

Le déplacement du président de la République, qui avait déjà parlé aux proches des deux jeunes tués par téléphone, avait été annoncé au dernier moment. De nombreux habitants l'attendaient cependant au pied de l'immeuble des familles des victimes. Prenant la parole peu avant 21 heures, à l'issue d'une rencontre dans le quartier, le président de la République a fait part de sa "solidarité au nom de la France toute entière". Quant aux agresseurs, "une fois appréhendés, ils seront traduits devant la justice pour recevoir la condamnation qu'ils méritent", a-t-il ajouté. Interpellée par une habitante - "j'ai voté pour vous" - sur l'insécurité dans ce quartier, le chef de l'Etat, visiblement ému, a répondu : "Je suis là pour apporter sécurité, justice et réussite".

Une rivalité entre deux quartiers

Deux premières interpellations ont eu lieu lundi après-midi dans l'agglomération grenobloise et à Hyères. D'après Europe 1, les deux suspects seraient deux frères, des militaires, originaires du quartier de la Villeneuve, dans la banlieue de Grenoble. Selon des jeunes du quartier, cette violence trouverait sa source dans la rivalité existant entre les deux quartiers de La Villeneuve, à cheval entre Grenoble et Echirolles. "Depuis les années 70, c'est eux contre nous. Mais c'est la première fois que ça tourne comme ça", affirme l'un d'eux.

Difficile, sans ce contexte de violence, de comprendre comment une banale friction pour un "mauvais regard" a pu à ce point dégénérer. C'est à la suite d'une première dispute vendredi vers 17 heures entre Wilfried, petit frère de Kevin, et un camarade, à la sortie du lycée, que Kevin et Sofiane ont été lynchés vendredi soir par un groupe d'une quinzaine de jeunes. Scolarisé en 1ère, Wilfried, 16 ans, "ne parle pas, il est assommé, sous le choc", a déclaré Jean-Louis Lopez, proviseur du lycée. Quant à son grand frère, c'était "un gamin studieux, sérieux, qui ne sortait pas et incitait ses camarades à travailler", a-t-il ajouté. Dans le lycée, une cellule d'écoute composée de deux psychologues, d'un médecin conseil de l'inspection académique et d'une infirmière a été mise en place. "Nous appelons tous les élèves, tous les jeunes d'Echirolles et d'ailleurs, tous les parents, à la dignité et à l'apaisement", ont déclaré lundi matin les professeurs du lycée Marie-Curie d'Echirolles, où avaient été scolarisés les deux victimes, dans un message lu aux élèves. "Les seules réponses face à un tel drame sont celles de la fraternité, de la solidarité et de la non-violence", ont-ils ajouté.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience