En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

En Côte-d'Or, le forcené n'en était pas un


le 01 juillet 2012 à 18h10 , mis à jour le 01 juillet 2012 à 18h16.
Temps de lecture
3min
gendarmerie gendarme voiture BRI contrôle

Une voiture de gendarme. / Crédits : SIRPA GENDARMERIE NATIONALE

A lire aussi
Faits diversAu terme de plusieurs heures de surveillance, les gendarmes s'introduisent dans le domicile d'un homme supposé armé et dépressif pour trouver une habitation... vide !

Au terme de plusieurs heures de surveillance, les gendarmes se sont introduits dimanche au domicile vide d'un jeune homme, soupçonné par ses voisins de s'être retranché, armé, chez lui, près de Dijon, a-t-on appris de sources judiciaires.

Alertés vers 06h00 du matin par des voisins "qui entendaient des bruits", les gendarmes de Côte-d'Or se sont rapidement positionnés devant l'habitation de ce trentenaire avec qui ils n'ont pu établir le contact. "Les déclarations du voisinage inquiet, qui l'avait déjà vu porteur d'une arme, pouvaient laisser entendre qu'il était retranché chez lui", a expliqué à l'AFP le procureur de la République de Dijon, Eric Lallement, confirmant une information du journal Le Bien Public.

Une histoire "comme on en voit des dizaines"

L'homme était présenté comme "dépressif" et "armé d'un pistolet", selon la gendarmerie, qui avait bouclé sa rue et installé un périmètre de sécurité autour de son domicile. En début d'après-midi, n'obtenant pas de réponse du trentenaire et en l'absence de son véhicule, les gendarmes avaient décidé de pénétrer dans son domicile, qu'ils ont trouvé vide.

"Etablir un périmètre de sécurité fait partie des précautions d'usage. Il n'y avait pas d'infraction, donc les gendarmes ne sont pas intervenus, leur but était d'avoir des nouvelles rassurantes", a expliqué le magistrat, estimant que le jeune homme avait "dû faire un déménagement bruyant et quitter les lieux avant leur arrivée".

C'est une histoire "comme on en voit des dizaines", a-t-il observé, notant que cet incident survenait quatre jours après un autre incident plus dramatique. Le 27 juin, un forcené de 75 ans qui s'était retranché avec des armes dans une maison de Savigny-lès-Beaune, en Côte-d'Or, avait tiré à deux reprises en direction des gendarmes. Au petit matin, il s'était donné la mort et avait été découvert dans son salon par le GIGN.  
 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      Extrait Sept à Huit. Sœur Christina : sur scène, "je me transforme"

      logAudience