En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Charlie Hebdo : les frères Kouachi repérés, la traque dans l'Aisne suspendue pour la nuit

Edité par
le 08 janvier 2015 à 06h23 , mis à jour le 09 janvier 2015 à 00h00.
Temps de lecture
5min
Le Raid et le GIGN fouillent des maisons à la recherche des deux frères Kouachi.
A lire aussi
Faits divers La traque des tueurs de Charlie Hebdo s'est concentrée jeudi sur deux frères, dont l'un a déjà été condamné pour avoir tenté de rejoindre l'Irak pour se battre aux côtés des combattants islamistes, avec un accent tout particulier sur la Picardie. La traque dans l'Aisne a été suspendue pour la nuit et le GIGN et le Raid sont rentrés à Paris dans la soirée.

L'horreur, l'effroi et la stupeur. La France est sous le choc ce jeudi au lendemain du pire attentat dans le pays depuis plus de 50 ans. A 11h30 mercredi, deux hommes ont pénétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo à Paris. Ils ont tué 12 personnes.

>>> Charb, Wolinski, Tignous... Qui sont les 12 victimes ?

Deuil national en France. Ce jeudi a été décrété journée de deuil national. Un temps de recueillement a eu lieu à 12h00 dans toute la France. Les drapeaux tricolores sont mis en berne pendant trois jours. Les renforts policiers et militaires continuent d'arriver dans la capitale. Dans la matinée, François Hollande a reçu Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

L'enquête avance rapidement : la voiture des suspects localisée près de Villers-Cotterêts.Les deux suspects de l'attentat de Charlie  Hebdo seraient en Picardie, à la frontière de l'Oise et l'Aisne. Leur Clio a été abandonnée près de Villers-Cotterêts. Des équipes du Raid et du GIGN sont actuellement déployées dans une zone de 15 à 20 km autour de Crépy-en-Valois, dans l'Oise. Les recherches ont été suspendues pour la nuit dans l'Aisne et les équipes du GIGN et du Raid sont rentrées à Paris.

Par ailleurs, neuf personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de cette enquête. L'une d'elles est Mourad Hamyd, 18 ans, le beau-frère de Cherif Kouachi. Egalement visé par un mandat d'arrêt, il s'est rendu au commissariat de Charleville-Mézières dès mercredi soir. Une deuxième personne gardée à vue est sa soeur, épouse de Chérif Kouachi, interpellée très rapidement après les faits. Les autres sont des membres de l'entourage des suspects. Des gardes à vue motivées notamment par la volonté de trouver des points de chute potentiels des fuyards.

 

.
La photo des deux principaux suspects diffusée.
Dans la nuit, la police a par ailleurs diffusé les noms et photos des deux auteurs principaux présumés de la tuerie, deux frères âgés de 32 et 34 ans. Ils sont toujours activement recherchés, notamment dans la région de Reims (Marne) où des perquisitions ont été menées jusqu'au petit matin.

>>> Qui sont les deux frères Chérif et Said Kouachi ?

Une fusillade près de Paris ce jeudi matin, sans lien avec l'attentat contre Charlie Hebdo.  Des coups de feu ont été tirés un peu avant 8h30 près de la Porte de Châtillon à Paris. Une policière municipale est morte. Un autre agent de police a été blessé. L'auteur des coups de feu est en fuite. A noter toutefois que cette fusillade est visiblement sans lien avec l'attentat contre Charlie Hebdo.

>>> Pour lire les dernières infos sur cette fusillade : cliquez ici. 

POUR EN SAVOIR PLUS :

>>> Arrivé dans les bureaux de Charlie Hebdo avant les secours, il raconte l'horreur

>>> Le récit de celle qui a ouvert la porte aux tueurs

>>> TEMOIGNAGES - Fusillade à Charlie Hebdo : "On a vu du sang dans l'escalier"

>>> Charlie Hebdo : l'attentat le plus meurtrier en France depuis plus de 50 ans

.

Suivez en direct sur MYT1News le déroulé de cette journée
.

23h18. La traque dans l'Aisne est suspendue. Selon LCI, les recherches ont été suspendues pour la nuit dans l'Aisne, même si plusieurs unités de gendarmerie mobile restent sur place appuyés par cinq hélicoptères. Le  Raid et le GIGN sont rentrés à Paris dans la soirée.


22h57. Un appel des Anonymous pourrait perturber l'enquête. Un appel d'un groupe d'Anonymous à venger Charlie Hebdo pourrait perturber l'enquête sur l'attentat contre l'hebdomadaire, a estimé Olivier Laurelli, blogueur expert en sécurité informatique. "Attendez-vous à une réaction massive de notre part", a rapidement publié sur Twitter après l'attentat, un compte baptisé @OpCharlieHebdo. Ce message vise, sans les nommer, les sites et comptes sur les réseaux sociaux des organisations islamistes et de leurs membres.


21h37. Le conseil de sécurité de l'ONU observe une minute de silence. Le Conseil de sécurité de l'ONU a observé une minute de silence jeudi en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Au début de sa réunion de l'après-midi, l'ambassadeur chilien qui préside le conseil en janvier, Cristian Barros Melet, a exprimé "la profonde tristesse du Conseil devant l'attaque intolérable qui a eu lieu hier à Paris". Les ambassadeurs des 15 pays membres se sont alors levés.



20h53. Hollande pourrait participer à la marche républicaine de dimanche.  La participation de François Hollande à la marche républicaine dimanche à Paris en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo est envisagée mais "pas décidée", a-t-on indiqué jeudi dans l'entourage du président de la République. "Ce n'est pas décidé", a déclaré un proche du président, un autre précisant que la question de cette participation était "en débat" mais pas tranchée.


20h36. Les recherches vont continuer toute la nuit. La traque intensive des frères Chérif et Saïd Kouachi, toujours introuvables, devaient se poursuivre toute la nuit, a-t-on indiqué de sources policières."Les recherches vont continuer cette nuit, avec l'aide de cinq hélicoptères", a-t-on déclaré à l'AFP.


20h19. Cambadélis invite "qui veut et qui se sent concerné" à la marche républicaine de dimanche. Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a déclaré jeudi soir sur BFMTV que "vient qui veut et qui se sent concerné" par la "marche républicaine", dimanche à Paris, qui sera une "manifestation d'unité nationale". "Les partis républicains viennent d'adopter (...) un texte pour une marche républicaine. Vient qui veut et qui se sent concerné. Point à la ligne", a dit le responsable socialiste, en soulignant qu'il s'agira d'une "manifestation d'unité nationale, une manifestation digne, respectueuse".


20h09. Fleur Pellerin veut débloquer environ un million d'euros pour Charlie Hebdo. Le ministre de la Culture Fleur Pellerin a annoncé sur France 5 qu'elle comptait "débloquer en urgence" environ un million d'euros pour Charlie Hebdo, afin "d'assurer sa pérennité". La ministre fait travailler ses équipes pour "changer les textes", afin que Charlie Hebdo puisse bénéficier "d'aides structurelles" auxquelles un hebdomadaire satirique n'a pas droit, selon les règles actuelles des aides à la presse, a-t-elle précisé à l'AFP.


20h00. Les lumières de la Tour Eiffel éteintes. En signe d'hommage et de deuil, les lumières de la Tour Eiffel seront éteintes jeudi à 20h. "Face à l'horreur absolue de l'attentat perpétré mercredi contre Charlie Hebdo, Paris se mobilise pour rendre hommage aux victimes", écrit la Ville dans un communiqué.

 


19h50. Bougrab : Charb "est mort debout, il a été exécuté". La compagne du dessinateur Charb et ancienne secrétaire d'Etat, Jeannette Bougrab, a livré un témoignage poignant sur BFMTV. En larmes, elle a assuré "qu'une guerre est déclarée" en France. "Mon compagnon est mort car il dessinait dans un journal, j'aimerais juste qu'on m'explique ce qu'il se passe en France", a-t-elle demandé. Pour elle, Charb "mérite le Panthéon" car lui et les autres dessinateurs assassinés étaient "des gens exceptionnels, des héros", sans oublier d'avoir une pensée émue pour les autres victimes de cet attentat, et notamment les deux policiers.


19h20. Charlie Hebdo: agression raciste en marge de la minute de silence en Isère. Un lycéen de 17 ans, d'origine maghrébine, a été frappé jeudi par un groupe de quatre ou cinq personnes à Bourgoin-Jallieu, dans l'Isère, en marge de la minute de silence observée devant son lycée. Le jeune homme a d'abord essuyé des injures racistes avant d'être roué de coups en marge de l'hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Il a porté plainte et s'est vu prescrire trois jours d'interruption temporaire de travail (ITT) par un médecin. Une enquête a été ouverte afin de retrouver ses agresseurs.


19h10. Saïd Kouachi formellement reconnu sur photo comme agresseur", annonce Cazeneuve. Saïd Kouachi, l'un des deux frères actuellement recherchés dans l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo, a été "formellement reconnu sur photo comme agresseur", a annoncé Bernard Cazeneuve. Saïd Kouachi, "domicilié à Reims" et "sans emploi", "n'a jamais été poursuivi ou condamné mais apparaissait en périphérie des affaires de son frère" cadet, un jihadiste connu des services antiterroristes, a précisé le ministre de l'Intérieur. "Plusieurs perquisitions" ont été menées, a-t-il ajouté.


18h50. Les frères Kouachi cachés dans une maison ? Dans la commune de Corcy, non loin de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne, une vingtaine d'hommes du Raid casqués et lourdement armés ont entouré une maison, avant d'y pénétrer et de procéder à des investigations, tout en demandant à la presse de s'éloigner. Des scènes identiques se sont produites dans d'autres villages et hameaux  de ce secteur, notamment dans la bourgade de Longpont, dans l'espoir de mettre la main sur Chérif et Saïd Kouachi.

.


18h43. 9 personnes en garde à vue. Bernard Cazeneuve a annoncé que neuf personnes étaient actuellement en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat contre Charlie Hebdo. Il a par ailleurs précisé qu'"à ce stade", il n'y a pas de lien entre l'attentat contre Charlie Hebdo et la fusillade à Montrouge, lors d'un point presse jeudi soir.

.


18h25. 4 personnes parmi les 11 blessés de l'attentat toujours hospitalisés. Les quatre personnes "en urgence vitale" prises en charge mercredi dans des établissements franciliens après l'attentat contre Charlie Hebdo sont toujours hospitalisées jeudi soir. Par contre, les sept personnes "en urgence relative" transportées par le SAMU de Paris dans trois hôpitaux, "sont toutes à ce jour sorties", indique l'Agence régionale de Santé d'Ile-de-France.


18h04. #jesuisCharlie. Un nouveau rassemblement est en cours place de la République à Paris en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

..


17h55. La police fait du "porte-à-porte" à Corcy.  Un dispositif très important est mis en place dans une zone de 15 à 20 km dans l'Aisne. Les hommes du GIGN et du Raid ratissent actuellement plusieurs zones dont le village de Corcy. La police, lourdement armée, fait "du porte-à-porte" dans chaque maison. Découvrez les images postées par les internautes sur Twitter.

 


17h40. Le FN dénonce son exclusion de la marche républicaine. Marine Le Pen a dénoncé jeudi après-midi son "exclusion" de la "marche républicaine" prévue dimanche en mémoire de Charlie Hebdo, estimant qu'il n'y avait "plus d'union nationale". "Les choses sont claires. Ils déclarent" que le FN n'est pas le bienvenu, "à l'issue d'une réunion, où ont été invités l'ensemble des partis politiques sauf le FN. Il n'y a plus d'union nationale, elle a disparu de leur fait", a lancé la patronne du FN.

Vidéo. Bartolone : "On n'envoie jamais de faire-part lorsqu'un part en résistance"

.
Vidéo. La réponse de Le Pen à Bartolone

 


17h28 : La radio de l'organisation Etat islamique qualifie de "héros" les auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo. "Des héros jihadistes ont tué douze journalistes et blessé plus de dix autres travaillant dans le journal Charlie Hebdo et cela pour venger le prophète Mahomet", indique le bulletin de la radio al Bayane de l'EI, qui contrôle de larges pans de territoire en Irak et en Syrie.


17h05. La police a-t-elle les moyens adaptés face à la menace jihadiste ?  Invité sur le plateau de LCI, le secrétaire général du syndicat police FO, Nicolas Comte, a évoqué l'évolution du métier des forces de l'ordre, à présent confrontées à des hommes munis d'armes de guerre. "A l'avenir, la police nationale va devoir intégrer ce risque particulier". a-t-il déclaré.

 


16h32. Le niveau "alerte attentat" du plan Vigipirate étendu à la Picardie. Le niveau "alerte attentat", le plus élevé du plan Vigipirate, qui concernait l'Ile-de-France vient d'être étendu ce jeudi après-midi à la Picardie, où les deux suspects ont été repérés, "A la suite des évènements de l'après-midi, le Premier ministre a décidé d'étendre à la Picardie le niveau alerte attentat du plan Vigipirate", a indiqué Matignon.

Les deux suspects recherchés pour l'attentat contre Charlie Hebdo ont été repérés jeudi à la mi-journée près de Villers-Cotterêts (Aisne), et un déploiement du Raid et du GIGN était en cours jeudi après-midi dans cette zone. A noter que c'est la première fois que les membres de deux unités d'élite sont réunis sur un même théatre d'opéation. Ils sont actuellement déployés sur une zone de 15 à 20 km autour de Crépy-en-Valois, dans l'Oise, le Raid ayant pris la zone Nord et le GIGN la zone Sud.


16h27. Selon les informations de LCI, une perquisition serait en cours à Corcy, une commune proche de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne. La mairie de Soissons a été fermée par mesure de précaution.


16h17. Avalanche de tweets en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Le drame qui s'est produit mercredi dans les locaux de Charlie Hebdo continue de provoquer sur les réseaux sociaux de très nombreuses réactions de solidarité aux victimes de cet attentat. Journalistes, hommes politiques, artistes, sportifs, anomynes, etc... tiennent à exprimer leur émotion devant une telle tragédie. C'est notamment le cas de Michèle Laroque qui a posté ce montage avec le nom des 12 personnes décédées.


16h08. Jean-Luc Mélenchon : "Charlie Hebdo faisait vivre le droit d'être irréligieux". Le leader du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a rendu hommage ce jeudi après-midi aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo qui ne "faisait pas seulement vivre la liberté de la presse, il faisait vivre le droit d'être irréligieux".

 


15h58. Qui est Chérif Kouachi ? Cet individu connu des services de renseignements est suspecté d'avoir commis avec son frère l'attentat contre Charlie Hebdo. Il était notamment apparu en 2004 dans une enquête sur les jeunes et le jihadisme dans l'émission "Pièces à conviction" diffusée sur France 3.  L'homme parti au Yémen puis au Mali avant de disparaître des radars, serait également "proche d'une membre de Daesh".

 


15h43. L'UMP et l'UDI ont décidé de participer à la "marche républicaine" dimanche en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.


15h28. Hidalgo appelle à un nouveau rassemblement à Paris à 18h. La maire PS de Paris Anne Hidalgo appelle ce jeudi à 18H00 place de la République à un nouveau rassemblement silencieux en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. L'ensemble des groupes politiques du Conseil de Paris devraient être présents, ainsi que l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (PS). "Face à l'horreur absolue de l'attentat perpétré mercredi contre Charlie Hebdo, Paris se mobilise pour rendre hommage aux victimes", écrit la Ville dans un communiqué. En signe d'hommage et de deuil, les lumières de la Tour Eiffel seront éteintes jeudi à 20h.


15h20. Les musulmans "vont payer pour les bêtises des jihadistes" selon Malek Chebel. Au lendemain de l'attentat contre le siège de Charlie Hebdo, la traque continue pour tenter de retrouver les auteurs de ce crime. Ce jeudi, à la mi-journée, une minute de silence a été observée. Malek Chebel, anthropologue des religions est "heureux de la solidarité, y compris des musulmans" mais il craint désormais des "amalgames" entre l'islam et l'islamisme.

 


14h44. L'étau se resserre. Les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo sont activement recherchés dans une zone entre Crépy-en-Valois, dans l'Oise et Villers-Cotterêts, dans l'Aisne. "Ils ont été repérés près de Villers-Cotterêts", à quelque 70 kilomètres au nord de Paris, assure une source policière.


14h38. Un drapeau jihadiste et des cocktails Molotov dans la voiture des frères Kouachi. Les enquêteurs ont retrouvé une dizaine de cocktails Molotov et un drapeau jihadiste dans la voiture abandonnée à Paris mercredi par les auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier. "Cela démontre d'une part leur radicalisation islamiste, et qu'ils avaient peut-être prévu d'autres actions avec ces cocktails", a expliqué cette source. Lors de leur fuite, les assaillants ont abandonné leur véhicule, une Citroën C3, près du parc des Buttes-Chaumont dans le nord-est de Paris, après avoir percuté une automobiliste.

 


14h10. Le frère d'un policier tué souhaite un hommage "à tous ses collègues". L'un des deux policiers décédés dans la fusillade survenue chez Charlie Hebdo assurait la protection de Charb, l'un des responsables du journal également tué dans l'attentat. Ce policier a un frère habitant à Marseille et qui a tenu à rendre hommage à la profession.

 


13h50. De nouvelles informations de la police indiquent que la voiture des deux suspects a été repérée près de Villers-Cotterêts, dans l'Aisne. Le Raid et le GIGN ont été déployés.

 


13h20. Un témoin de l'attentat raconte. Au lendemain de la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo, un homme qui s'est retrouvé face aux deux assaillants quelques minutes avant le drame témoigne : "ce sont des assassins d'un grand sang froid".

 


13h00. Faut-il inviter le FN  à la marche républicaine en hommage à Charlie Hebdo ? Le PS n'est pas à l'unisson sur la présence du FN à la marche républicaine, qui se déroulera dimanche. Olivier Faure, un des quatre porte-parole du  PS a préconisé de "n'exclure personne". "Tous ceux qui souhaitent manifester dimanche leur solidarité avec Charlie Hebdo et leur réprobation face au fondamentalisme devraient pouvoir être  présents physiquement", a précisé le député socialiste. En revanche, dans un tweet, Julien Dray, vice-président PS de l'Ile-de-France, a pour sa  part estimé que "le FN reste marqué par son histoire, il n'a pas sa place dans la manifestation dimanche".


12h50. #jesuisCharlie. L'astronaute japonais Soichi Noguichi a tweeté cette belle photo de Paris vue du ciel en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.


12h35. Les Champs-Elysées bouclés, toutes les portes de Paris sous surveillance policière. La voiture des deux suspects serait à proximité de Paris. Les forces de l'ordre ont donc mis en place un dispositif de surveillance adapté dans et autour de la capitale. Des hélicoptères survolent également le nord et l'ouest de Paris, notamment autour de Levallois.


12h20. Hassen Chalghoumi : "On a sali la religion". Sur le plateau de TF1, l'imam Hassen Chalghoumi a condamné l'attaque qui a eu lieu mercredi au siège de la rédaction de Charlie Hebdo.

 


12h05. Minute de silence à midi dans tout le pays. La France a observé une minute de silence ce jeudi à 12h00 en hommage aux victimes de l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts mercredi.

 


11h53. Charlie Hebdo va "sortir la semaine prochaine", annonce l'urgentiste Patrick Pelloux, chroniqueur du journal. "On va continuer, on a décidé de sortir la semaine prochaine. On est tous d'accord", a-t-il indiqué. "On va le faire chez nous, on va se débrouiller", a-t-il ajouté, précisant que les locaux du journal n'étaient pas accessibles pour les besoins de l'enquête. "C'est très dur, on est tous avec notre peine, notre douleur, nos peurs, mais on va le faire quand même parce que ce n'est pas la connerie qui va gagner. Charb (directeur de la publication, tué mercredi dans l'attaque) disait toujours le journal devait sortir coûte que coûte", a-t-il continué d'une voix blanche.

.
Ce jeudi matin, Patrick Pelloux a raconté sur iTélé comment il a été appelé mercredi en fin de matinée par un collaborateur de Charlie Hebdo pour venir apporter son aide. Son émotion était très forte.

.


11h51. Toutes les radios musicales françaises vont diffuser la chanson "Imagine" de John Lennon à 12h.


11h36. TF1 va consacrer à partir de 11h45 une édition spéciale aux suites de l'attentat contre Charlie Hebdo.


11h15. Les deux frères Kouachi localisés dans l'Aisne. Les deux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo ont été localisées dans l'Aisne. Ils ont été reconnus par le gérant d'une station service, à proximité de Villers-Cotterêt. Ils sont à bord d'une Clio grise et porteurs d'armes de guerre. Un important dispositif policier était en cours de déploiement un peu plus tôt dans la matinée, pour assurer leur interception éventuelle. "Les brigades d'intervention, stationnées porte de la Villette à Paris, ont reçu l'ordre de s'équiper de fusils d'assaut et d'équipements de protection", a indiqué une source policière. Un appel général à la vigilance des forces de l'ordre en Ile-de-France a été lancé par la police.


10h56. "Le 11-Septembre français". La Une du Monde, daté de demain, vient d'être dévoilée sur Twitter par l'un des directeurs de la rédaction du quotidien.

.


10h40. L'UMP prête à participer à la marche républicaine si... L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy a affirmé ce jeudi que l'UMP, "si les conditions sont réunies", appellerait à participer à la marche républicaine prévue dimanche après l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo. "J'ai indiqué" à François Hollande "ma disponibilité", a déclaré le président de l'UMP, à l'issue d'un entretien à l'Élysée avec le chef de l'État. "Cette manifestation doit se faire dans un climat de recueillement, de rassemblement, exprimer une grande force", a-t-il dit.

..


10h30. L'hommage républicain à Charlie Hebdo reporté à dimanche. Initialement prévu samedi, le grand rassemblement en hommage à Charlie Hebdo, qui doit prendre la forme d'une "marche républicaine" à Paris, n'aura pas lieu samedi mais dimanche "afin de garantir les meilleures conditions de mobilisation et de sécurité", a annoncé Matignon. Alain Juppé participera à ce rassemblement, selon un journaliste de L'Express.

.


10h10. Solidarité du Canard Enchaîné. Le Canard Enchaîné a fait part à son tour ce jeudi matin de son émotion après le tragique attentat contre Charlie Hebdo, en twittant un communiqué de presse.

.


09h40. Nicolas Sarkozy est arrivé à l'Elysée. Il est reçu par François Hollande, avec lequel il doit s'entretenir des suites de l'attentat contre Charlie Hebdo. Le chef de l('Etat a accueilli son prédécesseur, aujourd'hui président de l'UMP, au pied du perron du palais présidentiel. Les deux hommes ont échangé une brève poignée de main devant les caméras et les photographes.

 

.


09h35. Valls demande aux médias d'être "particulièrement prudents". "Je demande aux organes de presse d'être particulièrement prudents sur le type d'informations et de messages diffusés sur vos ondes, parce que toute information peut aussi mettre en cause le travail d'enquête et poser des risques", a lancé le Premier ministre devant le perron de l'Elysée, en sortant de la réunion de crise autour du président François Hollande. "J'en appelle à la responsabilité de chacun", a poursuivi Manuel Valls. "Hier soir, cette nuit, ce matin, circulent des informations, souvent sur la toile, mais aussi sur vos ondes, qui peuvent nuire au travail des forces de l'ordre". "L'information est totalement libre, les questions sont légitimes, mais j'en appelle vraiment à la responsabilité de chacun", a martelé le chef de gouvernement.

. 


08h52. Fusillade près de Paris : un homme interpellé. Un homme a été interpellé après la fusillade qui a éclaté à Montrouge au sud de Paris. 

>>> Plus d'infos en cliquant ici


08h42. Une fusillade près de Paris ce jeudi matinDes coups de feu ont été tirés un peu avant 8h30 près de la Porte de Châtillon à Paris sur l'avenue Pierre Brossolette à Montrouge. Deux policiers municipaux  ont été blessés à l'arme automatique sans que l'on sâche pour l'heure si cette affaire a un lien avec l'attentat survenu contre Charlie Hebdo mercredi. Un des policiers municipaux est en arrêt cardiaque. Deux hommes ont pris la fuite à bord d'une clio blanche.


08h32. Des coups de feu ont été tirés à la Porte de Châtillon à Paris. Un policier municipal a été blessé à l'arme automatique sans que l'on sâche pour l'heure si cette affaire a un lien avec l'attentat. Le policier est en arrêt cardiaque.


08h29. 88.000 policiers et gendarmes sont mobilisés dans toute la France "aussi longtemps que nécessaire", annonce Bernard Cazeneuve sur Europe 1.


08h23. "Il n'y avait pas d'informations les concernant, signifinant l'imminence d'un attentat", indique Bernard Cazeneuve au sujet des deux frères Kouachi, activement recherchés depuis mercredi.

.


08h22. Qui sont les deux frères Kouachi ? Les frères Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont soupçonnés d'être les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo.

 >>> Plus d'informations dans cet article


08h10. "Parmi les blessés, certaines auront des séquelles à vie", explique Pierre- Henri Brandet, porte parole du ministère de l'Intérieur.


08h02. "Sept personne ont bien été interpellées", confirme Pierre-Henri Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, interviewé sur LCI. Les interpellations ont eu lieu dans la région de Reims mais aussi en région parisienne. 

.


07h57. "La France ce n'est pas la soumission, la France ce n'est Michel Houellebecq", ajoute Manuel Valls en référence au dernier livre de l'écrivain "Soumission".


07h41. La mobilisation des Français est une "réponse extraordinaire", commente Manuel Valls.


07h40. "Il y a eu plusieurs interpellations cette nuit. Il y a des personnnes en garde à vue", indique Manuel Valls sur RTL. Le Premier ministre refuse cependant d'entrer dans les détails. Selon une source policière, sept personnes seraient en garde à vue.

.


07h39.  La Polynésie a rendu à son tour hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo: un millier de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Papeete, mercredi soir.


07h38. Les panneaux de la SNCF aussi ont affiché le message "Je suis Charlie" ce jeudi matin.


07h20 L'ami du plus jeune des supects témoigne."Je lui ai envoyé un message pour savoir s'il avait vu la presse. Il était sous le coup de l'incompréhension totale. Il ne comprenait pas ce qu'il c'était passé. Je lui ai conseillé d'aller voir directement la police pour tirer ça au clair...  Ce n'est pas un extrémiste ou un islamiste. C'est un adolescent tout à fait normal."

.


07h10 Le boulevard Richard Lenoir à Paris est toujours bloqué. Des fleurs et des bougies y ont été déposés.

.


06h55 Les renforts vigipirate sont arrivés. Le plan Vigipirate a été relevé au niveau le plus élevé en Ile-de-France et les sorties scolaires suspendues. Selon l'Intérieur, près de 500 CRS et gendarmes mobiles ont été mobilisés en renfort dans la capitale, ainsi que 350 militaires.

.


06h30 Prudence sur l'implication du 3e homme actuellement en garde à vue. Le parquet de Paris a confirmé jeudi matin qu'un jeune homme de 18 ans était en garde à vue depuis mercredi soir dans les locaux du commissariat de Charleville-Mézière, dans les Ardennes. Une pote-parole a toutefois insisté sur le fait que le jeune homme né en 1996 s'est présenté de son plein gré aux autorités. Elle n'a pas souhaité donner d'autres précisions. Le rôle éventuel du jeune homme, présenté comme un sans domicile fixe, n'a pas encore été clairement établi. Selon des proches interrogés par les chaînes de télévision, il était en classe à Charleville-Mézières au moment de l'attaque contre le siège de Charlie Hebdo.

.


06h27 : Une carte d'identité retrouvée dans la C3 abandonnée. Une porte-parole du parquet de Paris confirme une information de l'hebdomadaire Le Point selon laquelle la carte d'identité de l'un des suspects a été retrouvée dans la Citroën C3 qu'ils ont abandonnée dans leur fuite près de la porte de Pantin à Paris. Des perquisitions ont été menées par les enquêteurs dans l'Est parisien mais sans résultat. Selon la chaîne BFM TV, plusieurs interpellations ont cependant eu lieu dans leur entourage.


06h02 : Dans les kiosques, la presse française mais aussi internationale s'est couverte de noir pour rendre hommage aux victimes de Charlie Hebdo.

.


05h47 : Perquisitions en série. Des opérations de "perquisitions et de vérifications" de lieux rattachés aux suspects ont été menées mercredi soir et dans la nuit à Reims et Charleville-Mézières, impliquant des policiers d'élite du Raid. D'autres ont également eu lieu à Strasbourg mais aussi à Pantin ou Gennevilliers en région parisienne.


05h34 : Le siège de Charlie Hebdo transformé en lieu de recueillement. De nombreuses personnes se sont rendues au cours de la nuit près du siège du journal satirique pour y déposer des fleurs et des bougies.

.


03:15 La Marseillaise chantée en plein New-York. Bravant un froid glacial, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi à New York, Washington et au Canada pour dénoncer l'attentat contre Charlie Hebdo et défendre la liberté de la presse. A Washington, parmi les quelques 300 manifestants se trouvait Christine Lagarde, la patronne du FMI, venue pour montrer sa solidarité avec (ses) compatriotes et sa sympathie pour les victimes". A New York, en dépit d'une température ressentie de -20 degrés Celsius, plusieurs centaines de personnes, en très grande majorité des Français, ont chanté la Marseillaise avant de scander "Charlie, Charlie" sur la place Union Square. A Montréal, Québec ou encore Winnipeg (centre), des centaines de personnes ont également montré leur solidarité. Les drapeaux ont été mis en berne sur plusieurs édifices publics comme à la mairie de Montréal ou à l'Assemblée nationale à Québec.

.


02:45 La police diffuse les noms et photos de deux suspects. La Brigade criminelle de la Préfecture de police de Paris lance un appel à témoins et un avis de recherche avec les photos de Chérif Kouachi, né le 29 novembre 1982, et Saïd Kouachi, né le 7 septembre 1980. Ils sont présentés comme "susceptibles d'être armés et dangereux". Les deux frères sont originaires du 19e arrondissement de Paris et l'un d'eux, le plus jeune, a déjà purgé une peine de quatre ans de prison après avoir tenté de gagner l'Irak en 2005 pour y rejoindre des combattants islamistes, a-t-on appris de source policière.

Lire : La police diffuse les noms et photos de deux suspects

L'appel à témoins de la police concernant les frères Kouachi soupçonnés d'être les auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo

.

Le rappel des faits :

Il est 11h20 mercredi. Les journalistes et les dessinateurs de Charlie Hebdo, journal situé dans le XIe arrondissement de Paris, sont rassemblés pour la conférence de rédaction. Soudain, les  assaillants lourdement armés pénétrent  dans l'immeuble et tirent  sur une dizaine de personnes, tuant - après  les avoir interpelés un à un - les dessinateurs Cabu, Charb, Wolinski, Tignous, Honoré ainsi que l'économiste Bernard Maris.

Plusieurs témoignages et des vidéos tournées par des amateurs  démontrent que les auteurs de l'attaque "parlent parfaitement le français". Les mêmes sources concordent aussi pour indiquer que les hommes se revendiquent d'Al Qaïda et ont crié "Allahou Akbar" ("Dieu est le plus grand", en arabe). D'autres témoins, qui ont croisé la route des tueurs dans leur fuite, font état d'hommes d'un grand sang froid, presque polis lorsqu'ils s'emparent de la voiture d'une personne pour poursuivre leur cavale. 

L'attaque de Charlie Hebdo est la plus meurtrière commise en France depuis les vagues d'attentats islamistes à Paris en 1986 (12 morts dans une dizaine d'attentats) et 1995 (huit morts et près de 120 blessés dans le RER B à la station Saint-Michel.

 

Commenter cet article

  • ilesmarquises : Squalala : Les Français sont fatigués d'être tolérants, ils se réveillent.

    Le 09/01/2015 à 12h11
  • fdd66 : Cette carte d'identité "oubliée " dans le véhicule ! ! ! bizarre ! ! ! A moins qu'elle n'appartienne pas au suspect mais à un individu qui n'y serait pour rien et pendant ce temps, ils ont pris la poudre d'escampette incognitos.

    Le 09/01/2015 à 06h11
  • gib4806 : D'accord, mais tous les partis représentants les français, pas que certains au gré du bon vouloir du gouvernement. Sinon, pas d'union sacrée. Ce sera le seul moyen d'oulier la haine.

    Le 09/01/2015 à 01h46
  • castor1911 : Ce serait tout de meme etonnant qu'ils sachent déjà ou ils sont ,ce n'est pas très crédible , tout comme la rapidité d'identifié des individus cagoulés ,bizarre ,cette carte d'identité ....

    Le 09/01/2015 à 00h42
  • castor1911 : Les forces de l'ordre rentrés a paris , donc les 2 tarés peuvent prendre la poudre d'escampette comme ils veulent pendant la nuit . s'ils savaient réellement ou ils sont ils auraient lancés un assaut ,c'est pas le cas , donc probablement beaucoup d'annonce pour apaiser les esprits ....

    Le 09/01/2015 à 00h39

      JMJ : un prêtre se lance dans une danse "endiablée"

      logAudience