En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Tuerie de Chevaline : nouvelles investigations sur les lieux du crime

Alexandra Guillet par
le 10 septembre 2012 à 17h58 , mis à jour le 10 septembre 2012 à 22h57.
Temps de lecture
4min
Entrée de l'hôpital de Grenoble.

Entrée de l'hôpital de Grenoble. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Faits diversAlors que des proches ont pu rendre visite à la fillette de 7 ans, rescapée du massacre de Chevaline, en Haute-Savoie, les derniers éléments de l'enquête montrent qu'une seule arme a été utilisée pour les quatre meurtres.

Grâce à TF1 News, suivez point par point toutes les avancées concernant l'enquête sur le massacre de la famille britannique al-Hilli, perpétré mercredi dernier à Chevaline, en Haute-Savoie et qui a fait quatre victimes : un couple, la mère de l'épouse ainsi qu'un cycliste français de passage. Seules les deux fillettes du couple, d'origine irakienne ont survécu.

Nouvelles investigations sur les lieux du crime. Les enquêteurs français procédaient lundi soir à de nouvelles vérifications sur les lieux du crime, fermés aux piétons, "pour se replonger sur les lieux, vérifier du chronométrage, ce genre de choses", selon un responsable de la gendarmerie.

Premières visites pour la fille aînée. Quatre visiteurs, trois femmes et un homme, sont arrivés sous escorte lundi après-midi à l'hôpital de Grenoble où se  trouve Zainab al-Hilli, fille aînée du couple abattu à Chevaline. Deux gendarmes postés devant l'entrée de l'hôpital les ont accompagnés jusqu'à une entrée secondaire de l'établissement. L'une des femmes portait un foulard lui dissimulant le visage.

Sortie d'un coma artificiel dimanche après deux opérations, la fillette de 7 ans sera entendue dès que les médecins, qui "pour l'instant font barrage",  l'autoriseront, a indiqué lundi le procureur de la République d'Annecy Eric  Maillaud. L'audition, qui pourrait n'intervenir que dans plusieurs jours, se déroulera sans doute à l'hôpital à Grenoble et sera menée par des enquêteurs spécialisés dans le témoignage des enfants. Zainab, qui a reçu mercredi des coups à la tête et une balle dans l'épaule, est considérée comme un témoin essentiel puisqu'elle a vu le ou les assaillants qui ont tué mercredi dans leur voiture ses parents, des Britanniques, sa grand-mère maternelle de nationalité suédoise et un cycliste français de passage sur cette route forestière à Chevaline, près du lac d'Annecy. 

Zeena, la plus jeune des fillettes du couple, indemne mais traumatisée, a quant à elle regagné le Royaume-Uni dès dimanche, après avoir été entendue à deux reprises en France sans être en mesure de fournir d'éléments déterminants. Elle réside en un lieu tenu secret pour d'évidentes raisons de sécurité.

Une seule arme pour quatre meurtres. Les quelques 25 douilles retrouvées sur la scène du massacre ont été tirées par une seule arme, a indiqué lundi une source proche de l'enquête, confirmant une information de M6. L'arme utilisée serait un pistolet automatique de calibre 7,65 mm, un calibre moyen considéré comme ancien par des experts. Cette conclusion résulte des premiers examens balistiques, réalisés au microscope, et qui doivent encore être approfondis et formellement confirmés. Le procureur d'Annecy, Eric Maillaud, n'a cependant pas confirmé ces informations dans la soirée.
 
Le quartier où résidait la famille al-Hilli temporairement évacué. Les abords de la maison familiale des al-Hilli à Claygate, dans la grande banlieue sud-ouest de Londres, ont été évacués lundi matin après la découverte de "substances potentiellement explosives", selon une source proche de l'enquête. Un camion de déminage, dépêché sur les lieux, est reparti peu après midi.  Au final, il s'agissait  d'une fausse alerte. Le périmètre de sécurité qui avait été installé et élargi aux maisons  voisines du domicile des Al-Hilli a également été levé, permettant aux  journalistes de revenir se poster devant la maison. 
 
La quatrième victime est la grand-mère maternelle. La personne âgée, de nationalité suédoise, morte dans la tuerie de Chevaline est la grand-mère maternelle des deux fillettes rescapées, a indiqué lundi à l'AFP le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud. "Nous avons confirmé qu'il s'agit de la grand-mère maternelle grâce à des  éléments recueillis en Grande-Bretagne", notamment des déclarations de  l'entourage des victimes, a déclaré le magistrat, précisant que des analyses ADN interviendraient plus tard.

Plusieurs pistes. Les enquêteurs français et britanniques poursuivent leurs investigations, en France et en Grande-Bretagne, avec pour pistes de travail, "sérieuses, intéressantes", la thèse d'un différend familial, un crime lié à la profession du père des fillettes "ou éventuellement ses origines irakiennes", a dit dimanche le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud.

Zaid, le frère de Saad al-Hilli, était toujours entendu lundi, pour la troisième journée consécutive au Royaume-Uni. Aucune information n'a filtré à ce jour sur le contenu et même le lieu de cette audition menée dans le cadre d'une enquête confiée aux gendarmes français, auxquels les policiers britanniques prêtent assistance. Zaid al-Hilli s'était spontanément présenté à la police britannique dès jeudi. Les enquêteurs souhaitent notamment élucider les informations relatives à un différend d'ordre financier entre les deux frères et découvrir toute indice  qui permettrait de contribuer à élucider le mystère de la tuerie. 

Commenter cet article

  • pirate0 : "Les médecins font barrage", la police se rend-elle compte qu'il s'agit d'une fillette qui souffre? Il y a des choses qui me choquent gravement.

    Le 11/09/2012 à 05h24
      Nous suivre :
      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      logAudience