En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Affaire Merah

Enregistrements de Merah : la police enquête


le 09 juillet 2012 à 22h03 , mis à jour le 09 juillet 2012 à 22h35.
Temps de lecture
4min
Mohamed Merah : itinéraire d'un meurtrier

Mohamed Merah : itinéraire d'un meurtrier /

À lire aussi
Faits diversCritiquée pour avoir diffusé des extraits d'enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers, qui lui valent une convocation devant le CSA mardi, TF1 s'est justifiée lundi en soutenant qu'ils contenaient des "informations très importantes".

La diffusion par TF1 des extraits d'enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers dans son émission "Sept à Huit" a suscité une vive polémique lundi. Le point.

La police tente en vain de récupérer les enregistrements. Les policiers de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), saisis de l'enquête pour violation du secret de l'instruction ouverte, se sont rendus au siège de Elephant & Cie, la maison de production qui produit notamment l'émission "Sept à Huit" de TF1, ont indiqué des sources concordantes, confirmant une information du point.fr. "Il n'y a pas eu de perquisition", a déclaré à l'AFP une source judiciaire. "L'IGPN a sollicité la remise volontaire des enregistrements de conversations utilisés pour la réalisation du reportage mais Elephant & Cie a refusé de les donner aux policiers", a-t-on ajouté de même source. Frédéric Boisset, un des rédacteurs en chef de "Sept à Huit", a toutefois indiqué qu'une copie du reportage avait été remise aux agents.
 
"Il faut aller jusqu'au bout", prévient Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré lundi à Chartres qu'il fallait "aller jusqu'au bout pour connaître les auteurs" des divulgations des enregistrements audio entre des policiers et Mohamed Merah, diffusés dimanche par TF1."C'est une infraction claire. Il faut aller jusqu'au bout pour connaître les auteurs de ce qui est, encore une fois, quelque chose qui est contraire aux règles que l'on doit s'appliquer dans mon administration", a dit le ministre. Un peu plus tôt, la ministre de la Justice Christiane Taubira avait souhaité que "la lumière soit faite sur cette affaire".
 
Le CSA entendra mardi des dirigeants de TF1, BFMTV et iTélé. Le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) procédera à l'audition des dirigeants de TF1-LCI et entendra ensuite ceux de BFMTV et iTélé, chaînes qui ont repris les enregistrements. Concernant les radios, le CSA n'a pas encore pris de décision. Lundi sur Europe 1, son président avait jugé "pas acceptable qu'on puisse se moquer ainsi de la douleur des familles". Et d'avertir : "Que ceux qui voudraient diffuser ces images se tiennent sur leurs gardes".

"Notre travail, c'est d'informer". "Nous sommes des journalistes, notre travail, c'est d'informer (...). Toutes les rédactions du monde travaillent pour sortir des informations", a expliqué à l'AFP Catherine Nayl, directrice de l'information du groupe, au lendemain de la diffusion de ce document. "On comprend parfaitement le choc et la violence pour les familles des victimes d'entendre la voix de celui qui a assassiné un des leurs", a expliqué Catherine Nayl. Cependant, a-t-elle estimé, le document diffusé a été fait d'une façon "absolument pas sensationnaliste". "Il a été fait de manière journalistique, pierre après pierre." Ces extraits contenaient "des informations très importantes sur la façon dont les hommes du Raid ont négocié", affirme-t-elle. "Je pense que ce document prouve que, jusqu'au bout de l'assaut, les négociateurs ont essayé d'arrêter Mohamed Merah, et de l'arrêter vivant", a-t-elle poursuivi. "On comprend aussi dans ce document que Mohamed Merah, avec un sang-froid et une détermination absolus (...), s'est construit un personnage". 

La réponse de la médiatrice de l'information. La diffusion des enregistrements de Mohamed Merah divise aussi les téléspectateurs de TF1. La médiatrice de l'information leur a répondu >Une bande son qui divise, par FMM.

Chez les proches des victimes de Merah, l'indignation. "Scandalisés", les proches des victimes vont saisir la justice en urgence pour obtenir l'interdiction de toute diffusion des enregistrements. "A ce rythme, ce sont les vidéos des tueries qui se retrouveront sur la toile et l'atteinte sera alors irrémédiable", a dit Me Samia Maktouf. "Nous allons demander au parquet, conjointement avec les autres parties civiles, d'enclencher une procédure d'urgence pour bloquer la diffusion de ces enregistrements, par tout moyen et sur tout support", a dit Me Béatrice Dubreuil, son associée, à l'AFP. "Les juges avaient assuré aux familles que ces enregistrements seraient placés sous scellés et qu'un dispositif d'alerte serait mis en place. C'était un point extrêmement important pour elles", a-t-elle ajouté. "On attend que la justice tienne promesse et que cette diffusion soit bloquée", a-t-elle encore dit.
 
L'avocate de Merah s'étonne du "timing" choisi par TF1 pour diffuser la vidéo. "Pourquoi les vidéos ne sont pas apparues plus tôt et pourquoi attendre la semaine où je dois me rendre en France pour les remettre à la justice pour diffuser cette vidéo?" s'est interrogée Me Zahia Mokhtari qui a estimé que "des personnes dans l'ombre s'agitaient". La vidéo diffusée dimanche par TF1 "est une pièce de théâtre pour attirer l'attention et orienter l'opinion publique", a-t-elle encore indiqué à l'AFP. "Il y a une totale contradiction entre ce qui est dit dans la vidéo diffusée par TF1 et les vidéos en notre possession", a-t-elle ajouté. Elle devrait se rendre le 12 juillet en France pour remettre à la justice française des preuves en sa possession, dont des vidéos qui auraient été filmées par le tueur.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      Hitchbot : un robot a traversé le Canada en auto-stop

      logAudience