En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fillette martyre de l'A10 : un espoir d'éclaircir le mystère ?


le 25 septembre 2012 à 07h00 , mis à jour le 25 septembre 2012 à 20h50.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Faits diversPlus de 25 ans après la découverte du corps d'une fillette non identifiée au bord de l'autoroute près de Blois, la justice et la gendarmerie ont lancé lundi un nouvel appel à témoin.

Depuis 1987, nul n'a pu donner une identité à la fillette retrouvée morte en bordure de l'autoroute A10. Cette année-là, le 11 août, des employés de Cofiroute avaient découvert près de Suèvres, à 15 km au nord-est de Blois, le petit cadavre enveloppé dans une couverture.

L'autopsie devait révéler que la fillette était morte de maltraitances : son corps présentait des traces de coups, fractures anciennes, brûlures et même morsures. Sa disparition n'a jamais été signalée, personne ne l'a réclamée. Tout ce que l'on sait d'elle se résume à peu de choses : on évalue son âge entre 3 à 5 ans ; elle était de type méditerranéen (lire notre article : "Que sait-on de la fillette martyre de l'A10 ?"). 

"Un dossier n'est jamais clos"

Pour tenter de découvrir le nom et l'histoire de la fillette martyre de l'A10, la justice et la gendarmerie ont lancé lundi un nouvel appel à témoin. "Vingt-cinq ans après, on compte toujours sur un remords d'un membre de la famille, mais aussi sur un témoin qui à l'époque des faits n'aurait pas fait le lien avec la disparition", a déclaré lundi lors d'une conférence de presse le procureur de la République de Blois, Dominique Puechmaille.

"Un dossier n'est jamais clos. Nous aimerions connaître la satisfaction d'identifier cette enfant et de trouver ses meurtriers", a ajouté la magistrate, entourée des officiers de la section de recherche d'Orléans, responsable de l'enquête. Toutes les personnes susceptibles d'apporter une information ou un témoignage sur cette affaire peuvent appeler gratuitement le 06.46.17.05.59 ou envoyer un message à enfant-adn-tgi-blois@justice.fr.

 

Rencontre avec les enquêteurs qui refusent de baisser les bras et avec le maire de la commune où a été découvert le petit corps il y a 25 ans. Un sujet de Louis Olivier pour TF1

Commenter cet article

  • evasion01 : Très intéressant, merci kifangy !

    Le 25/09/2012 à 13h54
  • kifangy : Je pense que l'analyse des cheveux peut donner une piste : Je cite : Les experts de la police scientifique vont bientôt pouvoir disposer d'un nouvel outil d'investigation. Un géologue et un biologiste de l'université d'Utah à Salt Lake City (États-Unis) proposent aujourd'hui dans les Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) une méthode qui permet de déterminer, à partir de l'analyse des cheveux, la ou les régions géographiques dans lesquelles ont vécu les victimes ou les auteurs présumés d'un crime. [...] Nous avons découvert des variations significatives des teneurs en isotopes de l'oxygène et de l'hydrogène contenus dans les cheveux et l'eau de boisson, différences qui sont liées à la région où vit une personne... Quand la réalité rattrape la fiction...

    Le 25/09/2012 à 11h38
  • poutam52 : Ignoble.Difficile à lire.

    Le 25/09/2012 à 11h14
  • evasion01 : Qu'est-ce qui permet d'affirmer que la fillette a vécu dans la région ?

    Le 25/09/2012 à 10h06
      Nous suivre :
      Sur LCI, clash entre Maurice Ulrich (L'Huma) Julien Rochedy (FN)

      Sur LCI, clash entre Maurice Ulrich (L'Huma) Julien Rochedy (FN)

      logAudience